« Ceux qui ne respectent pas les règles sont considérés comme des moins que rien mais ceux qui abandonnent leurs amis sont encore pires. »
 

 Tensions diplomatiques sur l'île de Shima-Janguru... Rang A

Kumo no Shinobi
Kumo no Shinobi



Nombre de Messages : 171
Localisation : House of the Rising Sun
Nindô : La carte maîtresse d'un combat est l'analyse.
Date d'inscription : 05/01/2011



Passeport Ninja
Grade: Jônin
Points d'Expérience:
57/1000  (57/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Tensions diplomatiques sur l'île de Shima-Janguru... Rang A   Jeu 9 Juin - 7:39
Girachi a écrit:

    Mission de rang A : Sur une ile à l'ouest de Kaminari no Kuni, des braconniers ont commencé à ravager les forêts de bambou. Les villageois ont envoyé cette demande de mission car ils craignent que les panda ancestraux du mont Kumakura ne s'attaquent à leur village pour se venger des humains qui commettent un pareil sacrilège sur leur territoire. Bonne chance

_____________________________________


    Chapitre I
      : Les braconniers



    Après avoir fait séché sur des rochers exposées aux puissants rayons du soleil ses récoltes de feuilles cueillies dans les plantations voisines de palmacés durant tout un jour, Mashiro savourait, à l'aide d'une pipe en bois de chêne longue et fine, le goût de ce tabac entièrement naturel et artisanal, si subtilement parfumé et doux. Le soleil se couchait et sa douce chaleur faiblissait, sans laisser place encore à l'étreinte froide de la nuit. Il était assis à croupis devant un étang alimenté par une magnifique cascade, et il contemplait le magnifique paysage, décor qui rappelait une jungle tropicale. Dans l'étang, une femme, très belle, nue, se baignait, souriante, et faisait, de temps à autres, signe au jeune Chuunin de la rejoindre. Notre jeune ninja aux cheveux argentés n'avait l'esprit agité d'aucune préoccupation, il était paisiblement empli de la contemplation de cette scène magnifique, de cette femme, et gouttait le plaisir de fumer dans le calme d'un spectacle aussi agréable. Les formes voluptueuses de la créature féminine apparaissaient de temps à autres hors de la surface noire de l'eau, reflet du crépuscule, tandis qu'elle nageait. Mashiro posa sa pipe sur son rocher, se déshabilla tranquillement, et pénétra doucement dans l'eau dont la température était d'une fraîcheur exquise. Il avançait pas à pas dans l'eau, s'enfonçant peu à peu, et il découvrait au fur et à mesure des traits animaux à la femme... Celle-ci n'était pas entièrement humaine, mais rien de tout cela n'altérait son incroyable beauté. Une ombre presque imperceptible avec le faible niveau de luminosité actuel recouvrit la surface de l'étang. Un gigantesque morceau de roche, de la taille d'une ou deux baleines peut-être, tombait du ciel pile au dessus de leurs têtes. Mashiro eut à peine le temps de lever les yeux pour le voir avant que le rocher ne l'écrasa et qu'il mourut.

    Spoiler:
     

    Mashiro se réveilla en sursaut, les yeux grands ouverts. Comprenant aussitôt ce qui lui était arrivé, la désagréable impression d'être mort disparut bien vite, et il maudit l'étagère surchargée de bouquins mal clouée au dessus de son lit qui venait de se rompre et de lui tomber dessus. Un rêve est rarement agrémenté d'à la fois tant de réalisme, tant de beauté, et tant de sérénité... Prémonitoire ? Le sommeil du Chuunin avait été d'une qualité exemplaire, qui reflétait un esprit qu'aucun souci ne hantait. Tout à fait éveillé à présent, il se leva et tira les rideaux. La lumière envahit la pièce, il pencha la tête à l'extérieur de la fenêtre pour apprécier la position du soleil (oui, on va quand même pas acheter une montre). Celui-ci avait déjà atteint sa position la plus haute dans le ciel, son zénith, ce qui indiquait qu'il avait environ quatre heures de retard sur son rendez-vous au Quartier Général ninja de Kumo, qui était fixé, il s'en rappelait maintenant, à dix heures du matin. Les pensées de Mashiro résumèrent alors avec éloquence la situation : * Bwoarf. *. L'étagère n'avait peut-être pas si mal fait de tomber, finalement, et comme dit l'expression, "mieux vaut tard que jamais". S'attendant à une mission importante, il s'habilla et s'équipa de ses meilleurs parchemins, il avait récemment récolté quelques jutsu intéressants d'autres Kumojin grâce à sa boutique, puis se rendit sans plus attendre au QG. Il s'excusa de son important retard et on lui donna son nouvel ordre de mission, arrivé depuis le matin... Une mission de rang A, accompagnée d'un commentaire expliquant que le QG était débordé de demandes et que sa récente efficacité leur laissait à penser qu'il serait capable, avec prudence, de mener à bien cette mission délicate en solo. Mashiro fut assez honoré, et lut rapidement les quelques lignes détaillant la mission pour apprendre de quoi il s'agissait : Il devait se rendre sur l'ile de Shima-Janguru, à l'ouest des côtes, et, somme toute, régler une situation un peu tendue entre les hommes et les pandas ancestraux peuplant cette île presque mythologique...

    Il avait déjà, lors de ses recherches sur le Fuinjutsu, entendu parlé des Kuchiyose no Jutsu, basés sur des pactes de sang passés avec les animaux ancestraux de telle ou telle espèce, des représentants tout à fait étonnants de leur propre race, dotés d'une intelligence du niveau des humains, et même de la parole. Toutefois leur puissance pouvait générer, pour un groupe dont la situation diplomatique avec les humains locaux n'était pas clairement définie, une grande menace, malgré leur habituel pacifisme. Ce qui justifiait le rang élevé de la mission était donc la puissance de ces créatures, avec qui la diplomatie semblait le seul recours, car un affrontement direct serait du suicide pour Mashiro, seul. Mais une autre force, et le Chuunin avait le sentiment que c'était celle-là qui serait réellement hostile, était dans la place : le groupe de braconniers, dont le niveau de menace n'était pas clairement défini. D'un côté, des braconniers peuvent être de simples humains sans entrainement, ne présentant aucune menace pour un Shinobi, d'un autre côté, ceux-ci violaient les terres sacrées des forêts de bambou, gardés par des créatures qui, elles, en revanche, pouvaient rivaliser avec des Shinobi. Il était donc possible, probable, et Mashiro devait donc envisager cette possibilité, que ce groupe de braconniers ait engagé des mercenaires pour leur protection. Des Nukenin, par exemple. Bref, de toutes parts un manque cruel d'informations sur l'ennemi réel et, plus important, sa force. Mashiro apercevait d'ici la périlleuse aventure, l’île mystérieuse dont il allait devoir, seul, reprendre le contrôle, et, pour une fois dans l'esprit pragmatique et prudent du jeune Chuunin, le danger lui fit ressentir une agréable frémissement qui lui fit esquisser un sourire. Il réfléchit un instant à la position de l’île, qu'on lui avait montré sur une carte au quartier général, et se rappela que le climat de cette région océanique était par certains aspects assez tropical, ce qui lui rappela un instant son étrange rêve.

    Son analyse actuelle de la situation ayant été poussée à sa limite, il arrêta là ses réflexions pour l'instant et se hâta dans son voyage vers une petite ville portuaire à l'ouest de Kumo no Gakure, où il embarqua peu après sur une embarcation qui faisait la navette deux fois par jour entre le continent et l'île de Shima-Janguru à quelques kilomètres seulement au large des côtés du pays de la foudre, relativement peu de passagers à bord d'ailleurs, mais Mashiro prit quand même la peine de se présenter et de les interroger, il s'agissait essentiellement de villageois de l'île revenant du continent où ils allaient régulièrement rechercher des provisions. Ils confirmèrent une situation qui les plongeait, eux et leurs concitoyens, dans une inquiétude profonde, et apportèrent quelques précisions intéressantes : la demande de mission avait été envoyée dans le stress et la précipitation créés par un incident survenu cinq jours auparavant. Un projectile de grande envergure lancé par une force prodigieuse avait, sous les yeux effrayés de quelques villageois, volé d'une lointaine montagne jusqu'au cœur du village, écrasant entièrement d'un coup une habitation heureusement vide à ce moment là. Le projectile était en réalité le tronçon d'un énorme tronc de bambou doré, d'environ quatre mètres de diamètre, avec gravé grossièrement dans l'écorce, l'inscription en Kanjin : "Nous ne répondons pas de la vie de ceux qui violent nos terres sacrées". La menace était claire. Du point de vue des Pandas, les humains formaient un groupe unique, et si quelqu'un s'introduisait sur leur territoire, c'étaient tous les habitants de l'île qui étaient responsables. De plus ils n'avaient sans doute pas attrapé les coupables, sans quoi ils auraient sans doute fait la distinction entre les braconniers et les villageois, qui, quant à eux, connaissaient depuis des siècles les limites du territoire sacré et les respectaient. Un homme qui avait pris la navette il y a une dizaine de jours lui signala que trois inconnus assez discrets avaient voyagé à bord, et qu'on ne les avaient vu ni au village, ni quitter l'île. A priori, Mashiro était donc fixé sur leur nombre, le problème étant que ni sur l'embarcation, ni une fois arrivé sur l’île et avoir consulté les villageois à qui il avait annoncé qu'il était là pour remplir la mission demandée, ne put-il obtenir de renseignements sur les voyageurs inconnues. Aussitôt débarqués, ils avaient disparu on ne sait où. Par contre, on lui apprit la raison probable de la présence de braconniers sur l’île : du fait que le territoire était gardé par des Pandas et par conséquent inaccessible, la valeur de toute espèce animale ou végétale ne pouvant être trouvé que dans cette zone était élevée. En l'occurrence, il ne s'agissait pas d'animaux, mais de la qualité exceptionnelle du bois de bambou, et surtout de la valeur incroyable du bambou doré, dont une légende disait qu'il était à la fois le meilleur bois de construction qui soit, à la fois souple et totalement incassable, et d'autre part un matériau des plus précieux pour les sculpteurs, car, une fois travaillé, il donnait aux décorations un aspect magnifique, et une sorte de lueur doré en émanait. Le Chuunin fut invité à dîner, et on lui fournit même aimablement quelques vivres, puis il quitta aussitôt le village avant que la nuit ne tombe pour commencer ses investigations : la situation était éventuellement pressante, désireux de protéger leur territoire, les pandas exerceraient peut-être bientôt quelque représaille. Il avait tenté de se montrer rassurant avec les villageois, qui semblaient assez contents de sa venue mais étonnés qu'il soit... Si jeune, et si seul. Enfin, pour l'instant, leur protection immédiate importait davantage que leur état d'esprit.

    Voilà où en était la connaissance de la situation de Mashiro lorsqu'il pénétra au hasard dans la jungle, réfléchissant à toute vitesse et observant avec intensité les alentours pour retrouver des traces mêmes imperceptibles de passage. Il avait au passage récupéré une carte de l’île qui lui indiquait les zones de la terre sacrée et s'était fait expliqué brièvement la topologie des alentours. Après une heure de voyage attentif à travers la jungle en direction de la zone contrôlée par les pandas ancestraux, il trouvait le repérage, malgré la carte, assez compliqué dans la végétation dense et luxuriante. Son intuition commençait à le renseigner sur les moyens d'opérer des braconniers : Première possibilité, ils auraient pu soudoyer quelqu'un du village pour les guider à travers cette île complexe. Seconde possibilité, leur technique pour ne pas se faire repérer des pandas étaient peut-être du à un dispositif leur permettant de travailler de nuit. C'est cette idée surtout qui le poussait à continuer ses recherches malgré la nuit tombante, pensant que si son hypothèse était bonne, ils seraient sans doute cachés de jour et donc beaucoup plus difficiles à repérer que lorsqu'ils étaient au travail. Il fit une pause, debout sur un pied, la pointe délicatement posée sur la cime d'un arbre d'une espèce qui lui était inconnue. Il observa les alentours avec le peu de lumière qu'il restait, il apercevait l'océan dans la bonne direction, donc il était proche de l'endroit qu'il voulait atteindre avait peut-être même déjà pénétré à son insu dans les terres sacrées. Il aperçut aussi non loin de là une zone défrichée. Une piste. Il supputa qu'elle ne serait pas facile à suivre, si les pandas n'y étaient pas parvenus...


    _____________________________________


    " Dépêche toi d'abattre celui-ci, je t'ai dit qu'une présence que je n'ai pas pu identifier a pénétré notre périmètre de sécurité.
    - Je fais du mieux que je peux...
    - C'est un trop gros tronc, on devrait arrêter pour ce soir, on peut pas risquer de se faire repérer.
    - Je vous ai pourtant répété que le sommeil est presque une religion chez les pandas, il n'y a aucune chance qu'ils nous tombent dessus à l'improviste une fois le soleil disparu.
    - Et moi je peux certifier que quelqu'un nous a repéré, et je n'ai pas du tout l'impression que ce soit un animal. C'est humain. Mais terminez le travail, si c'est un homme et qu'il est seul, je le combattrai.
    - Vous êtes beaucoup trop imprudents. "

    Une arme de jet siffla à leurs oreilles, et ils virent un kunai se planter dans un parchemin dont ils n'avaient pas remarqué la présence... Sur le tronc de bambou noir qu'ils étaient en train d'abattre. Une explosion se produit. Le plus grand des quatre hommes, celui qui avait parlé de combat, effectua quelques signes très rapides et s'écria :

    ** Lumicent Kousuko Hiroi no Jutsu ! ** (la grande étreinte lumineuse)

    Dans une large zone autour du Shinobi s'ouvrit un disque de lumière jaune, et aussitôt après, un cercle de chakra de cinq mètres de diamètres empli de signes alchimiques apparut sous les pieds des braconniers, brillant d'une lumière verte. Du cercle s'échappèrent des éclairs émeraudes qui enchaînèrent les quatre hommes, seul le Shinobi put s'en défendre d'un jet de lumière qu'il mania comme un fouet et qu'il fit sortir de sa main par réflexe, anéantissant les chaînes d'éclairs.

    Spoiler:
     

    "Pas un geste, Nukenin."

    Le Shinobi qui maniait les jutsu de lumière vit briller sous son menton la lame d'une immense faux d'acier. Mashiro se tenait derrière lui. Les trois autres, électrocutés, avaient perdu connaissance.

    "C'est un jutsu fort impressionnant que tu as là, chien de Kumo. Vous êtes toujours aussi fanatiques d'électricité...
    - La lumière est une puissance qui n'est pas tant étrangère à celle de la foudre... Je te remercie, c'est un jutsu expérimentale que j'ai copié sur un homme que j'ai connu grâce à un parchemin et que je compte bien maîtriser un jour... Il fait parti des secrets de l'éclair de jade. Tu te rends tout de suite ou bien tu préfères défier les dizaines de pièges que j'ai mis en place pour toi sur ce champs de bataille ? "

    Le Nukenin ne répondit rien. Mashiro devinait un sourire narquois se dessinant sur son visage, ce qui ne lui plut pas beaucoup : le Chuunin aux cheveux argentés de Kumo bluffait complètement, il venait de repérer les braconniers et n'avait prévu aucun plan de bataille au-delà du piège de l'éclair de jade qui était son meilleur parchemin à disposition. Il avait en outre mis plus de quatre heures à suivre une piste très bien camouflée et par endroit totalement effacée, il s'était trompé plusieurs fois de direction avant de tomber enfin sur ses ennemis et était épuisé. Mais alors qu'il pensait restreindre les mouvements de son énigmatique ennemi à la menace de la faux, véritable instrument de mort, celui-ci disparut tout à coup dans un flash lumineux.

    * Et merde, j'ai pas envie de me battre, la situation ne m'est pas du tout favorable... Un utilisateur de lumière se fout complétement de l'obscurité - pas moi. *

    Mashiro se retourna juste à temps pour contrer de sa faux deux très longs fouets de lumière jaune qui s'abattaient sur lui. Ils disparurent aussitôt contrés et l'obscurité totale revint envelopper les combattants. Mashiro ferma les yeux et se saisit du deuxième gros rouleau de parchemin qu'il transportait. Un énorme faisceau de lumière tomba du ciel sur lui, mais il avait déjà placé le parchemin vierge en bouclier au-dessus de sa tête et il s'écria :


    ** Fuuinka Houin no Jutsu ! ** (technique de sceau de jutsu)

    Le faisceau destructeur fut absorbé, mais Mashiro dû aussitôt lâcher son rouleau pour manier sa faux à deux mains afin de contrer les dizaines d'aiguilles lumineuses qui fusaient sur lui de toute part. Les attaques pleuvaient sur lui, et, on aurait dit, de toutes les directions, ce qui rendait impossible la localisation de l'attaquant. Il réussissait à peine à contrer les attaques les plus dangereuses, certaines le frôlait ou lui lacérait la peau. Cela continua pendant peut-être une minute... Avec la vitesse des réflexes dont il devait faire preuve pour survivre, cette minute sembla être une éternité à Mashiro, qui commençait à perdre une quantité sérieuse de sang. Dans cette situation, sur la défensive, il devait tenter quelque chose au plus vite ou sa défaite serait inévitable. Fort heureusement, il n'était pas tout à fait à court d'atouts... Soudain, il planta sa faux dans le sol et composa des mudras, s'exposant aux projectiles lumineux extrêmement rapides et perçants pendant un court instant.

    ** RAITON, BYAKURAN NO JUTSU ! ** (l'éclair du tigre blanc)

    Un flash lumineux beaucoup plus puissant que les projectiles de l'ennemi éclaira pendant un instant la scène du combat. Une scène d'ailleurs tout à fait surprenante : l'intégralité de la clairière défraîchie par les bûcherons était emplie d'un dense nuage de fumée... Le Kumo Shien no Jutsu de Mashiro. Les deux hommes étaient face à face. Mashiro, debout, avait huit aiguilles lumineuses plantées un peu partout sur son corps et son sang ruisselait. Il avait du concentrer du chakra à la surface de sa peau à la dernière minute afin de n'être pas transpercé de parts en parts. La lumière de l'aube du jour nouveau vint à son tour éclairer faiblement la clairière dévastée...

    "Zut, on dirait que je t'ai loupé, je visais le cœur, jolie esquive..."

    Son adversaire mystérieux le fixa, le regard plein de haine. Lui qui semblait avoir un ascendant total dans ce combat mené dans la plus complète obscurité, le véritable visage de cette bataille apparaissait peu à peu... L'éclair blanc avait transpercé l'ennemi au niveau de l'épaule droite. Celui-ci essayait d'empêcher le sang de couler avec sa main, mais il tomba bientôt à genoux et cracha du sang à plusieurs reprises. Après quelques instants il réussit avec peine à arrêter de vomir ses poumons pour prononcer quelques mots à peine audibles, à Mashiro qui enlevait une à une les aiguilles de lumière comme si il s'agissait de simples échardes...

    "Comment as-tu fait ? Cette fumée que je n'avais pas remarqué avant le flash de lumière... Et comment as-tu pu me localiser ? Mon jutsu de déferlante d'aiguilles est parfait dans l'obscurité, normalement personne ne peut me repérer...
    - Oh c'est bien simple... Cela ne tient qu'à une chose. Je pense que tu es bien plus puissant que moi, mais c'est la qualité de nos jutsu qui a fait la différence. Mon Kumo Shien no Jutsu, inodore et d'une légèreté comparable à l'air, est presque indétectable dans le noir. Pour le coup, j'ai aussi profité de l'obscurité plus que je ne le pensais. Tu te rappelles du cercle d'alchimie qui est apparut sur le sol, parcouru par l'éclair de jade ? J'avais disposé sur tout son contour tout un paquet de cigarettes un peu spéciales qui se sont allumées grâce à l'éclair, et ce sont elles qui ont répandu cette fumée nocive tout du long de notre combat sans que tu ne t'en rendes compte... Et moi j'ai déjà tellement inhalé de cette fumée toxique par le passé que j'y suis quasiment immunisé. (En général, Mashiro contrôle la direction de la fumée avec son chakra pour éviter de l'inhaler, mais cette fois-ci le combat fut trop intense pour qu'il en ait le temps) Quant à ta position, j'ai compris que pour faire pleuvoir des attaques de tous les côtés à la fois tu devais utiliser la technique de déplacement rapide qui t'avait permis de fuir la lame de ma faux... Seulement je t'avais bien observé à ce moment là, et j'avais remarqué sous tes pieds une marque dorée au moment où tu as disparu. J'ai donc compris que cette technique de déplacement utilisait des points fixes préparés par toi à l'avance... En analysant la provenance des projectiles que tu m'envoyais, j'ai vu que les aiguilles ne provenaient en fait que de quatre sources disposées autour de moi : tes quatre marques de déplacement. J'ai donc essayé de suivre ces déplacements ultra rapides en fonction des projectiles, et grâce à l'intoxication de la fumée, tu as ralenti peu à peu au fil du temps, ce qui a rendu cela possible... Mais j'ai quand même quasiment tiré au pif. J'avais un peu plus d'une chance sur quatre de t'avoir, c'est pas trop mal..."

    Mashiro sourit. Il avait pris un risque assez énorme en visant une cible aussi rapide, un véritable pari sur sa vie. Son adversaire tenta de se relever mais Mashiro apparut derrière lui, posa sa main sur la nuque de son ennemi, et lui transmit une petite décharge, une version réduite du Raizo Ikazuchi no Utte (paralysie électrique) qui suffit à plonger le nukenin dans l'inconscience étant donné son état. Les quatre bandits étaient neutralisés. Mais... Si toi, lecteur, a bien suivi ce combat, et malgré toutes les explications que Mashiro a dévoilé à son ennemi sur sa manière de procéder, il y a quelque chose que Mashiro a fait et qui n'était techniquement pas réalisable durant cette bataille : préparer le parchemin explosif, le piège de l'éclair de jade et le kumo shien no jutsu sous le nez de ses ennemis sans que ceux-ci ne s'en rendent compte... La clairière dans laquelle se tenaient Mashiro et les corps des quatre braconniers disparut, laissant place à un paysage différent : la même forêt, le même endroit, mais sans clairière défraîchie ; tous les bambous quasiment intacts, l'endroit avait presque encore la densité d'une forêt tropicale, comme si le travail des braconniers avait été annulé par magie. Mashiro esquissa un second sourire, puis s'effondra sur le sol. La perte de sang et l'intoxication de la fumée malgré l'habitude qu'il en avait était trop pour sa résistance physique. Une ombre se pencha au-dessus de lui et commença à lui appliquer des cataplasmes de plantes broyées sur ses plaies. Le Chuunin de Kumo lui adressa quelques mots d'une voix faiblarde.

    "- Très beau Genjutsu, Mobuiro-san. Les caractéristiques de cette illusion m'ont permis de gagner un combat que j'aurais inévitablement perdu sans elle...
    - Oh, ce n'est rien, je regrette que nous ayons accusé à tord les villageois, et puis, il était bien naturel de venir en aide à notre allié. Notre rencontre fortuite fut placé sous le signe de la providence... Repose-toi maintenant, je vais m'occuper de tes blessures et te ramener parmi les miens.
    - Merci beaucoup, Mobuiro-san."

    Les paupières de Mashiro tombèrent doucement devant ses yeux, et la fatigue l’entraîna rapidement dans un profond sommeil, il se sentait en complète sécurité. Son interlocuteur et guérisseur était un panda de couleur mauve et de taille moyenne... Voici maintenant l'explication que je vous dois, car, en tant que narrateur, j'ai fait quelque chose d'interdit : je vous ai menti. Vous vous rappelez ? "Le Chuunin aux cheveux argentés de Kumo bluffait complètement, il venait de repérer les braconniers et n'avait prévu aucun plan de bataille au-delà du piège de l'éclair de jade." C'était bien entendu complètement faux. Pour ceux d'entre vous qui connaissent un tant soit peu le caractère de Mashiro, vous savez qu'il ne foncerait jamais tête baissée dans un combat contre un adversaire de force inconnue si c'était lui l'attaquant, et qu'il avait donc le temps de préparer tous les pièges nécessaires à la victoire. Il avait en réalité rencontré le panda Mobuiro quand il était sur la piste des braconniers. Après une courte altercation il réussit à lui expliquer qu'il était là pour arrêter les bandits qui saccageaient la forêt sacrée. Mobuiro lui-même avait enfreint les règles sacrées du sommeil des pandas ancestraux pour mener sa propre enquête, tant il était horripilé par l'impunité de ceux qui osaient transgresser les limites de leurs territoires. Ils avaient donc suivi la piste ensembles, et une fois l'ennemi repéré, élaboré une très ingénieuse stratégie. Mobuiro est un excellente spécialiste du Genjutsu et son meilleur jutsu permet de plonger un groupe de personnes dans un monde illusoire totalement réaliste sans qu'ils ne s'en rendent compte. Et le fonctionnement de cette illusion est particulièrement ingénieux : Une fois un groupe de personnes plongé dans l'illusion, ceux-ci sont immobiles dans le monde réelles, mais peuvent continuer à interagir normalement entre eux dans le monde illusoire, superposé à la réalité en quelques sortes. Si quoique ce soit du monde réel touche les corps immobiles de ceux qui sont plongés dans l'illusion, ceux-ci en sortent immédiatement. En revanche, Mobuiro peut envoyer à tout moment qui il veut et ce qu'il veut à l'intérieur du monde illusoire créé. Vous suivez ?

    Voilà donc ce qui s'est passé : Mobuiro avait lancé sa technique sur les quatre braconniers. Pendant une heure environ Mashiro et lui avaient laissé les ennemis dans l'illusion en train de bucheronner, afin qu'ils soient persuadés d'être dans la réalité et ne puissent en aucun cas être alertés par quoique ce soit. Ils avaient donc continuer à abattre des bambou à l'intérieur de l'illusion, laissant en réalité cette partie de la forêt parfaitement intacte, et cela sans se douter de rien. Ensuite, Mashiro, toujours hors de l'illusion, avait placé son parchemin de l'éclair de jade de manière à ce qu'il s'active au contact de tout autre chakra que le sien, (ce qui s'est passé lorsque l'ennemi a utilisé un jutsu), des cigarettes marquées sceau du kumo shien no fuinjutsu - qui s'allumeraient au moindre contact avec l'éclair de jade - en cercle autour du parchemin et enfin le parchemin explosif qui avait engagé le combat, sur un tronc de bambou noir. Après ces méticuleuses préparations, le piège parfait avait été créé, et il ne restait plus qu'à envoyer Mashiro dans le monde illusoire afin qu'il y combatte les braconniers. Et comme on l'a dit, au sein de cette illusion, les interactions sont bien réelles, et donc les blessures de combat le sont aussi, c'était somme toute seulement le moyen d'obtenir le champs de bataille parfait. Une fois dans la gueule du loup, Mashiro fut détecté par l'ennemi, s'approcha rapidement, envoya un kunai pour déclencher l'explosion afin de faire réagir le Nukenin (il savait que c'en était un car il portant toujours le bandeau rayé du village de Kumo sur son front) qui ne manqua pas aux prévisions de Mashiro et utilisa un jutsu de reconnaissance : le large disque de lumière, afin de repérer la position de son assaillant improbable. C'est ainsi qu'à son insu, le méchant pas beau vilain mercenaire vendu et pourri jusqu'à la moelle qu'il est (enfin, on le suppose, c'est bon pour le moral) déclencha tout le piège que Mashiro avait pu préparer grâce au genjutsu du panda mauve...

    De tout cela, la moralité est que... Euh, j'ai dit moralité ? Enfin ce qu'il faut retenir d'un point de vue stratégique en tout cas, c'est qu'un genjutsu qui permet de préparer un piège parfait sous les pieds mêmes de ses ennemis sans qu'ils ne s'en rendent compte est absolument... Inestimable.



__________________________________________________________________________

Légende :

Mashiro
Le nukenin de Kumo qui utilise des jutsu de lumière.
L'expert bûcheron
Un homme de main et contrebandier (qui aide le bûcheron)
Le traître du village des autochtones de l'ile de Shima-Janguru qui guide les bandits dans la jungle
Le panda mauve Mobuiro, utilisateur de genjutsu.
Kumo no Shinobi
Kumo no Shinobi



Nombre de Messages : 171
Localisation : House of the Rising Sun
Nindô : La carte maîtresse d'un combat est l'analyse.
Date d'inscription : 05/01/2011



Passeport Ninja
Grade: Jônin
Points d'Expérience:
57/1000  (57/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Tensions diplomatiques sur l'île de Shima-Janguru... Rang A   Jeu 9 Juin - 7:40
    Chapitre II
      : Le peuple des pandas



    C'est un étrange mélange de sensations qui réveilla Mashiro de son profond sommeil emprunt de la fatigue du combat, due autant aux blessures qu'à une trop grande quantité de chakra utilisée. Une fraîche odeur de forêt et de plantes aromatiques baignait l'atmosphère, qui, bien que calme, laissait transparaitre un bruit au loin qui semblait être une musique exotique. A la place des parties de son corps qui auraient du lui sembler douloureuses, il ressentait un étrange mélange de chaud et de froid tout à fait agréable. Soulevant doucement ses paupières, sa surprise ne fut qu'augmentée par l'observation de sa situation. Il était nu, posé sur un lit de feuilles d'une douceur étonnante, qui ne lui aurait guère permis de deviner qu'il était allongé sur des végétaux sans l'avoir vu par lui-même. Son corps était en multiples endroits recouvert d'une mixture autant verdâtre que blanchâtre, visiblement elle aussi d'origine végétale, qui devait être la source de son confort et de la disparition de sa douleur. Il était placé dans une petite enclave dans un mur de roche, au milieu d'une forêt bambous luxuriante mais très bien éclairée des rayons du soleil. Lorsqu'il vit ce qu'il crut d'abord être une femme, il eut le réflexe de se saisir d'une des feuilles qui lui servait de matelas pour s'en cacher l'entrejambe ; pour ensuite réaliser qu'il s'agissait d'une femelle panda aux allures très humaines. Présentations polies, la femelle panda se prénommait Ayame (fleur d'Iris), et venait se réjouir de son réveil, l'interroger sur son état, et l'informer qu'il était attendu par le panda ancestral. Mashiro écoutait, et discutait joyeusement avec cette créature dont la voix douce et aux accents légers le berçait. Il se surprit même dans un état de demi-rêve lorsqu'elle expliquait qui était le panda ancestral. Il s'agissait en réalité de son arrière grand-père (ce qui faisait d'elle une sorte de célébrité parmi son peuple, imagina Mashiro), et que c'était le chef du peuple des Kumaneko. Ce peuple vivait très paisiblement au fond de leur sanctuaire, au cœur de ces terres sacrées de forêts de bambous, depuis des décennies. Elle expliqua ensuite certaines de leurs traditions : il est interdit d'interrompre le sommeil d'un panda, car le sommeil est une chose sacrée chez eux, et leurs activités préférées, quand ils ne sont pas en train de grignoter des pousses de bambous ou de flemmarder (car les pandas aiment le calme et la sérénité) est boire une liqueur de bambou que les femelles pandas distillent elles-mêmes (et qui ressemble étrangement au rhum comme Mashiro le découvrira un peu plus tard) et participer à des tournois, des joutes organisées, ce qui constitue la forme de spectacle la plus appréciée des pandas.

    "En résumé, nous sommes des êtres qui apprécient à la fois le calme, les arts martiaux et les festivités, les deux derniers étant d'ailleurs très souvent liés dans les mêmes évènements. Nous savons tous nous battre, et maîtrisons tout comme ce que vous, les Shinobi, appelez l'utilisation du chakra : ninjutsu, taijutsu et genjutsu. Nous méprisons les peuples barbares qui aiment faire la guerre et voir couler le sang, mais nous apprécions la force utilisée avec sagesse. Par le passé, nos terres sacrées furent bien des fois menacées par divers envahisseurs, et c'est pourquoi, pour notre sécurité, l'art du combat est restée une de nos principales traditions.
    - Je vois... C'est absolument passionnant ! Je ne sais comment vous remercier de venir m'expliquer tout cela, en plus des soins qui me furent prodigués, et de m'accueillir parmi les vôtres... Mais...
    - Vous vous demandez pourquoi je vous tiens de tels discours dès votre réveil ? Je vais vous expliquer : lorsque nous accueillons sur nos terres un étranger, ce qui est extrêmement rare, une femelle de mon peuple est toujours chargée de lui décrire les aspects principaux qui nous définissent. C'est notre forme d'introduction et de présentation, dit-elle en esquissant un léger sourire."

    Mashiro ne put empêcher ses joues de rosir légèrement. Il était complétement sous l'emprise du charme et du charisme de cette créature... Se secouant les idées, il sortit de cette douce torpeur pour enfin demander ce qu'il aurait dû demander depuis le début, si l'ambiance ne l'avait pas laissé aussi rêveur : ses vêtements. Ayame lui expliqua que ses vêtements, mêmes une fois nettoyés, étaient en si mauvais états qu'ils n'était absolument plus mettables, et qu'on lui avait préparé une tenue similaire à celle que portait la plupart des pandas (à sa taille, fort heureusement...). Elle lui apporta peu après un petit kimono bleu foncé aux bordures dorées, dont la qualité étonna Mashiro (qui n'avait dormi qu'une quinzaine d'heures, ce qui ne laissait pas beaucoup de temps pour un tel travail). Il l'enfila, et se rendit compte qu'il lui allait comme un gant... Ce qui signifiait sans doute qu'on avait pris ses mensurations pendant son sommeil, idée que Mashiro préféra chasser de sa tête. Le Chuunin n'était pas de nature extrêmement timide, mais la situation avait quand même un quelque chose de gênant qu'il ne parvenait pas à totalement ignorer... Après une rapide toilette et un repas constitué de quelques délicieux fruits qui lui furent apportés, il suivit Ayame à travers la forêt pour se rendre auprès du panda ancestral. Le long du sentier qu'ils suivaient, ils croisèrent plusieurs panda de tailles, d'apparences, et même de couleurs diverses, qui les saluaient tous. De temps en temps Ayame mentionnait un nom en désignant l'un d'eux, évoquant une spécialité ou un fait notable tel que "Tiens, c'est Niwashi... C'est un véritable génie en terme de botanique, il a créé de nombreuses espèces de bambou !" ou encore "Lui, c'est un excellent combattant, il a remporté un petit tournoi organisé la semaine dernière" ; etc. Tous avaient l'air de bien se connaitre, et ils souriaient d'une manière mystérieuse, comme si le simple fait d'exister était pour eux une raison d'émerveillement de chaque instant. Mashiro était de plus en plus séduit par ce peuple, qu'il découvrait beaucoup plus accueillant qu'il n'aurait pu l'imaginer, étant donné leur manière de s'isoler du reste du monde. Il arriva enfin devant ce qui lui sembla être le premier véritable bâtiment rencontré jusqu'ici : une sorte de gigantesque temple d'architecture orientale très raffinée. A l'intérieur, au fond d'une grande salle, un gigantesque trône, dont la taille était d'ailleurs adaptée au panda ancestral qui y était assis, un panda immense de peut-être plus de trois mètres, ainsi qu'extrêmement large. Derrière le trône, une peinture murale magnifique recouvrait l'intégralité de la paroi. Cette somptueuse décoration donnait un cachet particulier à ce hall, et le panda représenté par la peinture ressemblait au panda ancestral... Peut-être était-ce lui plus jeune ? Ayame et Mashiro firent quelques pas vers le trône puis s'arrêtèrent à quelques mètres de celui-ci. Mashiro, impressionné, mit un genou à terre et inclina la tête instinctivement, comme pour saluer le caractère royal du panda ancestral qui avait un ascendant irrésistible sur quiconque le rencontrait.

    Spoiler:
     

    "Relève-toi, petit homme, tu ne me dois aucune forme d'allégeance, tu n'as pas besoin de t'incliner devant moi."

    Être traité comme un égal par une créature qui dégageait une telle impression de puissance éveilla un sentiment étrange en Mashiro. De la fierté, mêlée de gêne et de reconnaissance balbutiante.


    "Tu es Mashiro n'est-ce pas ? Mobuiro m'a raconté toute l'histoire, et nous avons eu le temps d'interroger les brigands que vous avez combattu tous les deux lorsque tu te reposais : la situation est maintenant parfaitement éclaircie. Tout d'abord, je te dois excuses et remerciements. Pour nous, les hommes sont une race dont le cœur est souvent corrompu et mauvais. L'intrusion sur nos terres ne nous plait guère, et nous ne tolérons absolument pas qu'elles soient abîmées. Nous n'avons que peu de rapport avec les humains de village de la côte ouest de l'île, et comme ce sont les seuls qui ont des connaissances géographiques nécessaires pour s'aventurer sur nos terres sans s'y perdre, nous les avons à tord suspecté lorsque nous avons constaté des dégâts dans nos forêts. Vous leur passerez mes plus humbles excuses à votre retour. En réalité il y avait bien un homme de ce village parmi les brigands : c'est un traître, qui avait accepté de guider les braconniers contre forte récompense. Il l'a fait alors que les villageois comme lui sont ceux qui connaissent le mieux l'interdit de nos terres sacrées, il est donc particulièrement inexcusable. J'imagine que cela fait partie de ta mission de ramener les coupables de cet incident pour les remettre à la justice de ton peuple, je te les remettrai donc en à peu prêt bon état, mais j'avoue que j'aurais apprécié pouvoir leur rendre justice moi-même. Pour l'instant, après les avoir interrogé, nous les avons drogué afin qu'ils ne créent pas de problèmes. Nous avons appris ceci : leur groupe était constitué d'une contrebandier, d'une expert bûcheron, du villageois traître et d'un Nukenin de Kumo Gakure. C'est le village caché dont tu viens n'est-ce pas ? Non, ne soit pas étonné, ajouta-t-il en voyant la surprise de Mashiro, je connais bien ce monde. Les sigles des différentes puissances ninja ne me sont pas inconnus. Nous sommes isolés par choix, c'est notre forme de défense, mais ça ne veut pas dire que nous ne sommes pas informés. Ils étaient venus après avoir entendu parlé de légendes concernant certains bois qui auraient des propriétés "magiques" sur nos terres, et espéraient les revendre extrêmement cher. Eh bien, ils n'avaient pas entièrement tord : nos forêts regorgent d'arbres extraordinaires qui n'existent nul part ailleurs, ils seraient sans doute devenus riche, dit-il dans un petit ricanement. Quoiqu'il en soit, je pense que l'on peut dire que l'affaire est closes. Nous surveillerons mieux nos frontières à l'avenir, mais il est vrai que la nuit est notre faiblesse puisque comme tu le sais notre sommeil est sacré, et ces braconniers le savaient grâce au traître du village. Mobuiro a d'ailleurs transgressé une de nos règles en agissant de nuit, mais je passe l'éponge pour lui cette fois car il agit dans le bien de notre peuple ; les traditions sont importantes pour nous, mais il faut savoir avoir la souplesse de s'adapter à chaque situation, c'est ainsi qu'il faut voir l'art de gouverner. Assez parlé de ce fâcheux incident jeune Shinobi. Maintenant que tu as été convié à l'intérieur de notre sanctuaire et que tu as toute notre gratitude, que dirais-tu de profiter de notre hospitalité et de découvrir notre peuple durant quelques jours ?"


    Mashiro jeta un œil en coin à Ayame qui était restée silencieuse et très calme durant tout le long discours du panda ancestral. Un silence de quelques seconde suivit cette déclaration, durant laquelle le Chuunin de Kumo réfléchissait. Sa mission ici était terminée, et en tant que Shinobi, son devoir était de soumettre les responsables à la justice de son village, comme l'avait dit si bien dit le panda ancestral, et de rentrer au plus vite pour faire son compte-rendu au quartier général. D'un autre côté, il éprouvait ce sentiment inconnu qui grandissait en lui d'instant en instant, une sorte d'attachement pour ce peuple de pandas qui l'émerveillait. Pesant ces éléments, il n'hésita pas très longtemps.


    "Je suis très honoré de votre invitation. Si vous me laissez envoyer un message à Kumo pour leur expliquer la situation, je serai ravi de l'accepter.

    - Aucun problème, j'enverrai un soldat porter ta lettre au village à l'ouest de notre île, les hommes du villages s'occuperont d'acheminer ton courrier par bateau.

    - Merci."


    L'entretien de Mashiro, Ayame, et de l'arrière grand-père de celle-ci, le panda ancestral, continua durant longtemps, tournant en une discussion moins officielle et plus ouverte. Puis Mashiro prit congé du chef du peuple des pandas, et on l'installa à une table dans une petite hutte avec du papier, une plume et de l'encre noire. Il rédigea une lettre à l'intention du QG de Kumo qui expliquait que la situation était sous contrôle, tout danger écarté, mais qu'il ne rentrerait à Kaminari no Kuni que dans quelques jours. Dans l'histoire des Shinobi, on peut dire que c'est la première véritable "demande de vacances" qui fut jamais écrite. D'ailleurs, les hommes du quartier général n'apprécièrent que très peu cette liberté prise par Mashiro, mais notre Chuunin aux cheveux argentés ne regretta jamais cette décision, car sa vie durant les quelques jours parmi les pandas en leur sanctuaire furent absolument géniaux : instructifs, amusants, et bien d'autres choses encore... Je vous parlerai de certains détails de ce séjour en temps voulu...


    _______________________________________________________________


    "Mashiro, courage ! Tiens bon ! , cria une voix perçante au milieu du brouhaha du public."

    Dans un grand cercle de terre battue se tenait Mashiro, en garde avec sa faux d'acier, l'arme avec laquelle il excelle le plus au combat rapproché, face à un panda grand de plus de deux mètres, armé d'une gigantesque hache, et dont les bras étaient recouverts d'une lourde armure dorée. Autour de ce champs de bataille, quelques rangées de gradins en bois circulaires complétements remplis de spectateurs, tous sans exceptions étant des pandas. Mashiro avait une épaule sanguinolente, et semblait en mauvaise posture. Il avait le souffle court, et fixait intensément son adversaire, qui était au contraire très calme.

    Spoiler:
     

    *Bon, il va falloir être précis...*

    Mashiro s'élança vers son adversaire, se prépara à le frapper avec sa faux, puis, quand il fut à moins d'un mètre de distance, il stoppa net son mouvement. La puissante hache s'abattait déjà sur lui à une vitesse vertigineuse, à la verticale. Mashiro esquiva de côté tout en saisissant un petit rouleau de parchemin qu'il portait à sa ceinture, qu'il déploya aussitôt.

    ** Heiki Fuuin no Jutsu ! ** (technique d'invocation d'objet)

    Un kunai fut projeté hors du parchemin en direction de l'avant-bras du panda, celui qui tenait la hache. Le guerrier Kumaneko allait esquiver, et à cet instant Mashiro s'écria : "Baku !" (explosion). Le parchemin explosif attaché au kunai explosa. Lorsque la fumée se dissipa, Mashiro était passé derrière son adversaire et la lame de sa faux s'était glissée dans son cou. La proximité de l'explosion avait désarmé son adversaire, dont la hache gisait au sol, et qui était maintenant à la merci du Chuunin de Kumo. La foule applaudit la prouesse bruyamment... Puis quand le calme revint, l'organisateur du tournoi annonça que Mashiro passait donc ainsi en demi-finale, pendant laquelle il serait opposé à Shinku, le panda écarlate. La première demi-finale devait opposer Raijin à Takenoko. Raijin était le petit-fils du panda ancestral, considéré comme le combattant le plus puissant du peuple des Kumaneko, et qui habituellement ne participait pas aux tournois mais avait fait une exception due à la participation de l'outsider Mashiro. Takenoko était l'expert reconnu en combat de taijutsu utilisant un tronc de bambou. Shinku, quant à lui, était un utilisateur réputé de katon, et un manieur de katana très vif et rapide. Mais avant de passer à la suite de ce tournoi, expliquons un peu comment Mashiro en était arrivé à y participer.

    Durant les quelques derniers jours, le Chuunin de Kumo avait vécu très paisiblement : presque chaque soir les pandas organisaient de grandes fêtes, ils se retrouvaient très nombreux autour d'un grand feu et festoyaient une partie de la nuit ; ripailles en quantité, alcools, dont le fameux alcool de bambou qui a un goût très proche de celui du Rhum, etc. Mashiro s'était fait de très nombreux amis parmi le peuple des pandas à l'occasion de ces soirées. Durant ses journées, c'était le doux repos de la nature, il aidait parfois Ayame à faire telle ou telle tâche, il aimait passer du temps avec elle et ils s'étaient beaucoup rapprochés au fil des jours. Il avait aussi visité presque l'intégralité du sanctuaire et avait repéré des plants sauvages de tabac et de chanvre qu'il avait cueillis et affinés afin de pouvoir fumer des herbes naturelles de bonne qualité. Avec un panda érudit, il avait également consulté des ouvrages sur l'histoire de ce peuple dans la bibliothèque qui se trouvait derrière le temple du panda ancestral, afin d'en apprendre plus. Il avait alors découvert d'anciens rites initiatiques et autres pratiques qui permettaient aux pandas de considérer un étranger de lieu ou même de race comme l'un des leurs. Sur ce sujet il avait été consulter le panda ancestral, qui lui avait dit qu'il pouvait passer ces rites si cela le chantait, mais qu'il était déjà considéré comme un ami de leur peuple. Désireux de s'intégrer davantage, Mashiro tentait donc de lui-même d'effectuer les différentes étapes de l'initiation. La première était la participation à un des très nombreux tournois de joute fraternelle organisés par les pandas régulièrement. La seconde était l'ingestion d'un grand bol de Meskâl, une boisson sacrée utilisée par les pandas lors de leurs rituelles religieux. Il fallait tout d'abord bien entendu... Survivre à ces deux premières étapes, et d'après les histoires retranscrits dans le livre qu'il lisait, ce n'était pas toujours... Évident. La troisième et dernière étape de l'initiation était de gagner l'amour d'une femelle panda... Bizarrement, c'était l'étape qui inquiétait le moins Mashiro, au vue de la tournure des choses... Maintenant que vous avez un aperçu des activités de Mashiro ces derniers jours, vous pouvez appeler Gallimard pour qu'ils sortent un nouvel album illustré pour enfants "Mashiro en vacance chez les pandas", avec comme chapitres "Mashiro fume du cannabis", "Mashiro fait la fête et se soule", je suis sûr que ça leur plaira beaucoup comme projet... Et surtout nous pouvons en revenir aux évènements présents.


    Spoiler:
     

    Mashiro observait le combat qui venait de commencer entre Raijin et Kumaneko... Sans perdre une seconde les deux combattants s'étaient lancés dans le vif de la bataille. Bien que les coups soient échangés de part et d'autre avec un rapidité extrême, impossible à suivre sans des yeux affutés et une grande expérience du combat, Mashiro sentait que Takenoko était déjà à son maximum alors que Raijin se contentait de parer les coups avec une puissance minimale et de riposter avec des attaques de puissance comparable. Du point de vue du style de combat, Takenoko semblait être tellement en osmose avec son bâton de bambou que son chakra se concentrait tout autour et en faisait une arme aussi puissante qu'indestructible. Raijin, de son côté, n'utilisait jamais de taijutsu mais exclusivement sa maîtrise parfaite du Raiton. S'il devait parer un coup, il concentrait du chakra en une partie de son corps, le transformait en étincelle, et le choc électrique faisait bouclier. Pour attaquer il envoyait des éclairs avec une aisance telle qu'il donnait l'impression qu'il était la foudre elle-même. Mais Takenoko n'avait pas de problème pour se battre contre le Raiton : Il absorbait l'électricité avec son bambou en s'en servant un peu comme d'un paratonnerre, puis la redirigeait vers le sol. A un moment où les foudres de Raijin tombaient sur lui de manière plus puissante, il n'eut pas le temps d'utiliser la conductivité de son bâton, et dû concentrer une grande quantité de chakra pour frapper la foudre et l'envoyer sur le côté comme s'il avait frappé une balle avec une batte. Un spectateur murmura à l'oreille de Mashiro dans la foule silencieuse, en pleine admiration, "Le Seigneur Raijin se donne rarement ainsi en spectacle car sa suprématie guerrière n'est plus remise en doute par personne. Mais lorsqu'il se montre, il trouve toujours un moyen élégant de battre son adversaire...". Et en effet, il sembla alors à Mashiro - qui observait intensément son futur adversaire s'il remportait le match suivant - que Raijin préparait quelque chose. Alors que Takenoko l'assaillait de coups de bambou, avec une telle rage qu'il trouvait de temps à autres une ouverture et assénait un coup violent à Raijin, qui commençait à encaisser de sérieux dommages, la main droite de Raijin s'entoura d'éclairs. De cette main, le seigneur panda de la foudre saisit le puissant bâton de bambou qui allait le frapper, et, à la surprise de tous, souleva à la fois le bambou et Takenoko qui s'y agrippait fermement. Avant que personne n'ait pu remarquer quoi que ce soit, Raijin avait enlevé son grand chapeau (voire image) de la main gauche, et l'avait déposé sur la tête de son malheureux adversaire qu'il maintenait dans les airs quelques très courts instants. Du chapeau de Raijin partit une décharge électrique, et aussitôt une dizaine d'éclairs parcoururent le corps de Takenoko, l'enfermant dans une prison magnéto-statique. Raijin laissa choir son valeureux adversaire sur le sol, ce dernier était totalement paralysé. Après quelques secondes de stupéfaction, le public laissa échapper un véritable tonnerre d'applaudissements et d'exclamations qui emplirent l'arène. Essayant de couvrir le bruit incessant, l'arbitre du tournoi criait que la victoire revenait à l'Esprit de Tempête - le nom de guerre de Raijin - , qui était donc le premier finaliste.

    Mashiro devait reconnaitre qu'au point de vue du spectacle, ce Raijin était un sacré numéro. Mais, bien que de nature peu présomptueuse ou même ambitieuse, la victoire garde même pour les plus humbles un goût grisant, et, lorsque l'on participe à un évènement tel qu'un tournoi, il est naturel de s'amuser en essayant de la décrocher. Et pour cela, le Chuunin de Kumo avait accumulé un maximum d'informations durant le combat qui venait de se dérouler, et essayait de créer la stratégie idéale en conséquence. A priori, sa propre maîtrise du Raiton l'aiderait à se défendre de son adversaire. Étant donné ce qui s'était passé à la fin du combat, Raijin ne paraissait pas expert en combat rapproché. De plus il avait connu il y a quelques temps un Juunin fort sympathique à Kumo (cela s'est passé dans la maison de Mashiro sur l'ancien forum, et le juunin en question s'appelait Sakai Nozomi. Lien) qui lui avait permis de stocker dans quelques rouleaux de parchemin ses techniques Fuuton les plus puissantes. Le Fuuton était exactement l'élément nécessaire pour battre un expert du Raiton. De plus, d'un point de vue psychologique, sans pour autant sous-estimer son adversaire car c'était un excellent combattant, il semblait que Raijin agissait avec dans l'idée de se donner en spectacle au public, et faisait donc durer le combat avant de se donner à fond. Si Mashiro voulait avoir des chances de gagner, il lui faudrait donc agir vite, aller au combat rapproché avec sa faux et ses techniques de kunai multiples, puis sortir ses rouleaux de Fuuton au moment opportun. La puissance réelle de l'adversaire était inconnue, mais c'était la stratégie idéale. C'est alors seulement que Mashiro se rendit compte qu'il réfléchissait trop en avance, puisqu'il lui fallait se concentrer sur son adversaire de demi-finale avant cela, et qu'il ne l'avait pas encore vu combattre puisqu'il était parti se reposer entre ses deux derniers combats... L'arbitre annonçait déjà le début de la deuxième demi-finale et appelait Shinku et Mashiro à se présenter au centre de l'arène.

    Spoiler:
     

    La bataille entre les deux derniers demi-finalistes faisait rage depuis déjà une bonne dizaine de minutes. Pour décrire ce combat, il faudrait commencer par expliquer que les spectateur n'y comprenaient pas grand chose : il aurait fallu pouvoir passer les images au ralenti pour distinguer les mouvements, les coups, les parades et les déplacements. Shinku se battait d'une manière très simple : il maniait deux katana enflammés et se déplaçait sans arrêt avec une vitesse et une agilité telles que Mashiro n'avait jamais eu à faire face à une pareille déferlante de coups et de flammes. Il était donc passé d'entrée de jeu sur la défensive et devait faire appel à tout ce qu'il a de réflexe pour espérer éviter de prendre trop de dégâts. Maniant sa faux à deux mains, la tenant par le centre afin d'utiliser les deux côtés pour parer simultanément, pour la première fois de sa vie, la concentration du Chuunin était maintenue à un niveau si élevée qu'il lui était impossible de réfléchir à un plan. Il courait de ci de là, esquivait, parait, et son adversaire partout le suivait et le harcelait. Son kimono avait de multiples traces de brûlures et peu à peu, au fur et à mesure que Mashiro cédait du terrain et que son endurance physique s'épuisait, des traces de coupures et de petites lignes rouges, montrant qu'il ne pourrait plus totalement esquiver son adversaire bien longtemps. C'était un véritable enfer pour lui : l'effort physique plus la chaleur des flammes de Shinku l'épuisaient, le faisait transpirer en quantité et lui coupait le souffle. Quant à Shinku, il était évident que ceci était son style de combat habituel, et qu'il ne forçait absolument pas. Cette vitesse et cette maîtrise du Kenjutsu devait pour lui être la plus banale des choses. Sentant que son adversaire faiblissait, il commença à le bombarder de petits projectiles de feu, tout en redoublant ses attaques et en augmentant la taille des flammes autour de ses sabres. Peinant à esquiver, Mashiro savait que la prochaine attaque serait trop puissant pour qu'il puisse la parer. Si lui-même n'arrivait pas à faire quelque chose tout de suite, c'était la défaite. Mais comme on l'a dit, Shinku ne lui laissait pas le temps de réfléchir, et lui fonçait dessus. Le Chuunin aux cheveux argentés de Kumo s’agrippa fortement à sa faux comme on s'agrippe à l'espoir. Au moment de parer le coup, du chakra Raiton enveloppa la faux, augmentant sa puissance et sa vitesse, et quand les armes s'entrechoquèrent Shinku fut presque repoussé en arrière. Cela c'était produit si naturellement et à l'insu de Mashiro qu'il était difficile de dire s'il avait transmis du chakra ou plutôt si la faux avait absorbé le chakra de son manieur. Quoiqu'il en soit, le combat qui allait se terminer dura en fait encore environ trois minutes sur le même schéma qu'au départ ; à l'exception que les deux adversaires avaient tous deux augmenté leur niveau de puissance, rendant les coups plus violent et plus destructeurs, et même s'ils ne parvenaient ni l'un ni l'autre à se porter un coup direct, les dégâts commençaient à s'accumuler sur leurs corps : contrecoups dans les bras à cause du chakra adverse, brûlures, etc. Mais le moment où Mashiro s'était sauvé instinctivement la mise l'avait remis d'aplomb : son cerveau tournait maintenant à plein régime. Il eut même une pensée pour son père, le forgeron de sa faux d'acier, et se rendit compte qu'il avait sans doute développé un lien insoupçonné jusqu'à alors avec cette arme qu'il maniait depuis tout petit. Soudain, son unique moyen de victoire lui apparut. Il s'agissait d'une technique qu'il n'avait jamais réussie ni même essayée auparavant, cela serait donc de l'improvisation totale. Cette prise de risque étant la dernière carte qu'il pouvait jouer avant de céder à l'épuisement, il prit le pari. Sa faux était toujours chargée de son chakra Raiton, il rassembla toute sa concentration pendant un instant, se rendant complétement vulnérable au prochain assaut, pour concentrer son chakra dans sa faux comme pour effectuer le Raizo Ikazuchi no Utte, technique de paralysie électrique qu'il ne peut effectuer normalement qu'avec les mains. Au moment où les armes de métal s'entrechoquèrent, le métal étant un excellent conducteur, l'énorme décharge électrique se produisit et fut transmis par les deux katana. Le seba et le tsuba (les deux parties de la garde d'un katana) de Shinku étant entièrement métalliques (bien que le tsuba soit entouré d'un tissu décoratif permettant une plus grand confort dans le maniement de l'arme), le panda rouge reçut la quasi-totalité de la décharge. Cela ne suffit pas à le paralyser, mais c’eut au moins le mérite de le stopper net dans son mouvement, permettant à Mashiro qui avait prévu un enchainement final de désarmer son adversaire en une rotation de sa faux, et de menacer le cou de celui-ci de sa dangereuse lame d'acier.

    "Et Mashiro remporte cette demi-finale contre Shinku ! , s'exclama l'arbitre. La finale entre l'esprit de tempête et notre jeune ami humain Mashiro aura donc lieu demain pendant le...."

    Mashiro n'entendit pas la suite, il s'était effondré sur le sol, sa vision était troublée, son visage perlait de sueur. Il s'étala confortablement sur le sol et tâcha de reprendre son souffle, il était si sonné qu'il entendait une sorte de bruit suraigu dans son cerveau l'empêchant d'entendre les commentaires de l'arbitre sur le combat ou même les applaudissements du public. Shinku vint lui serrer la main, souriant, et le Chuunin de Kumo utilisa ses dernières forces pour lever légèrement le bras et lui rendre son sourire. Encore une fois, malgré sa puissance assez médiocre au combat, il obtenait la victoire sur un adversaire beaucoup plus fort que lui grâce à une prouesse technique d'un instant. Décidément, ceux qui croient que l'intelligence n'est pas utile sur un champ de bataille... Détrompez-vous, Mashiro est dans la place.

_______________________________________________________________

Légende :

Mashiro
Ayame, l'arrière petite-fille du panda ancestral
Le panda ancestral
L'arbitre du tournoi

Couleur de narration 1
Couleur de narration 2
Couleur de narration 3
Couleur de narration 4

Oui, c'est vrai Onizuka, j'ai beaucoup de couleurs de narration... Mais bon, je varie un peu pour faire joli quoi !



Nombre de Messages : 492
Nindô : Vivre pour enseigner.
Date d'inscription : 25/02/2011



Passeport Ninja
Grade: Kage
Points d'Expérience:
314/1000  (314/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Tensions diplomatiques sur l'île de Shima-Janguru... Rang A   Ven 10 Juin - 15:05
Bien, bon retour parmi nous, voici l'analyse de ta mission.
Spoiler:
 

_________________
Tout ce que tu as à savoir sur moi, Invité, se trouve ici.

Prend garde cependant à ne pas te faire capturer, car celui qui te torturera, ce sera moi !
Kumo no Shinobi
Kumo no Shinobi



Nombre de Messages : 171
Localisation : House of the Rising Sun
Nindô : La carte maîtresse d'un combat est l'analyse.
Date d'inscription : 05/01/2011



Passeport Ninja
Grade: Jônin
Points d'Expérience:
57/1000  (57/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Tensions diplomatiques sur l'île de Shima-Janguru... Rang A   Mer 15 Juin - 4:08
    Chapitre III
      : Tempête de foudre



    "Hajime* !"

    Mashiro s'élança vers Raijin, déployant d'un mouvement ample deux rouleaux de parchemin de taille moyenne.

    ** Heiki Fuuin no Jutsu ! ** (technique d'invocation d'objets)


    Deux kunai volèrent en direction de Raijin. A l'un d'eux était attaché un parchemin explosif qui explosa à quelques centimètres de l'esprit de tempête, qui esquiva d'un vif bond en arrière, tandis que l'autre kunai traversa l'explosion, fusant dans l'air, dirigé exactement vers la pomme d’Adam de l'adversaire de Mashiro. Raijin fit un pas de côté et sentit le projectile le frôler, mais aussitôt, un petit nuage de fumée s'échappa du parchemin attaché à ce même projectile, et dix autres kunai furent invoqués et propulsés dans toutes les directions que Raijin pouvait choisir pour esquiver l'attaque. Mashiro avait eu un jour de repos depuis son dernier combat, et cet enchainement, il l'avait répété des dizaines et des dizaines de fois dans sa tête, le timing et la visée étaient parfaites. Et il était conçu pour qu'il soit matériellement impossible de tout esquiver, afin de pousser l'adversaire à se défendre. Raijin fit face à la rafale, tournant le dos à Mashiro. Les kunai qui allaient l'atteindre étaient aussitôt balayés par un bouclier électrique qui s'activait partiellement juste aux endroits nécessaires, un peu à la manière du bouclier de sable de Sabaku no Gaara. Mais Mashiro avait bien entendu envoyé une autre rafale de cinq kunai avec des parchemins explosifs pendant que son adversaire lui tournait le dos. Sans que Raijin ait eut le temps de bouger d'un pouce, l'explosion multiple se produit tout prêt de lui. Mashiro savait que si par chance il avait réussi à causer quelques dégâts, c'était loin d'être suffisant : il invoqua aussitôt sa faux et fonça vers le nuage de fumée généré par les explosions. Au moment où sa faux allait s'abattre sur la silhouette de Raijin qu'il commençait à distinguer dans la fumée qui se dissipait, la lame se heurta à une sorte de cercle d'énergie électrique qui était positionné en bouclier au beau milieu des airs, et lorsque le contact se produisit, le cercle libéra une onde de choc qui propulsa Mashiro en arrière. Il freina de toutes ses forces, et malgré cela la puissance de la parade avait déjà réduit en lambeaux ses vêtements et l'avait fait reculer de dix mètres. Une fois le nuage entièrement balayé par un souffle de vent qui se levait à cet instant, Mashiro put alors contempler le grand panda au kimono bleu qui le regardait intensément, debout, immobile, prêt à riposter contre n'importe quoi. Raijin n'avait même pas une trace de brûlure ou de suie qui aurait pu témoigner des restes de l'explosion qui s'était pourtant produite à bout pourtant. Cela signifiait que même de dos, il était capable de sentir venir toutes les attaques de ce type et de les parer sans problème avec son bouclier électrique. Maintenant que Mashiro se concentrait davantage d'ailleurs, il ressentait le chakra de Raijin qui flottait en cercles concentriques tout autour de lui. Et il comprit l'inutilité de ses manœuvres jusqu'ici...

    *Si c'était un humain j'aurais bien été tenté de dire que c'est une défense surhumaine qu'il a là, mais comme il s'agit d'un panda... Il déploie des cercles concentriques de chakra sur un rayon de quinze mètres tout autour de lui, de puissance croissante lorsque l'on s'approche de lui. Cela explique qu'il puisse sentir venir sans problème toutes les attaques même celles qui arrivent dans son dos, et grâce aux sphères de chakra les plus rapprochée de son corps il peut activer son bouclier électrique à tout instant... Quasiment toutes les idées que j'avais pour le battre tombent à l'eau, il faut maintenant chercher la faille dans cette défense qui semble parfaite...*

    Il profita des quelques secondes de répit pendant lesquelles Raijin semblait attendre son attaque pour se remémorer le début du combat en détails. Il y avait deux kunai au total dont l'adversaire de Mashiro ne s'était pas protégé avec son bouclier Raiton, mais qu'il avait esquivé à la place : le premier et l'un de ceux de la deuxième vague. Et ces deux kunai avaient en commun qu'ils avaient été tous les deux dirigés vers le cou de Raijin... Cela créa le déclic dans l'esprit de Mashiro : le cou est la partie du corps où les Tenketsu sont les plus rares, il est donc beaucoup plus difficile de projeter du chakra à partir de cette endroit, et c'était donc en toute logique la faille du bouclier de Raijin, où tout du moins sa zone la plus faible. Maintenant qu'il avait compris cela, et c'était sans doute la seule lueur d'espoir qui lui restait, il allait avoir à faire face à un autre problème...

    Spoiler:
     

    L'esprit de tempête avait concentré une quantité énorme de chakra Raiton dans chacune de ses mains, et les éclairs s'échappaient en pagaille comme dans un débordement de puissance. Ainsi paré à l'attaque, Raijin chargea Mashiro. C'était le moment où jamais... Mashiro attrapa dans son dos son plus gros rouleau de parchemin, le déroula, posa sa main en son centre pour transmettre un peu de son chakra afin de l'activer, puis le tourna vers Raijin. Un jutsu Fuuton d'une grande puissance s'en échappa aussitôt : il s'agissait du Juhareppushô légué à Mashiro par Sakai Nozomi il y a environ un an. C'était une technique dévastatrice qui produisait trois énormes mains venteuses aux griffes aiguisées. Si Raijin essayait de se protéger de ça avec son Raiton, il serait balayé et déchiqueté par la tornade. Mais Raijin n'en fit rien. Il avait stoppé net sa charge, annulé le jutsu Raiton qui occupait ses mains et il était déjà en train de composer des signes. Mashiro eut à peine suffisamment de temps pour les distinguer et réagir... De sa main droite, à l'instant où il allait être balayé par le Fuuton, Raijin porta le signe du tigre à sa bouche...

    "TOUS A TERRE !"

    Mashiro poussa ce cri de détresse à l'attention du public tout en se jetant lui même violemment sur le sol. Une explosion gigantesque se produisit aussitôt après, et de gigantesques langues de flammes, longues de peut-être vingt ou vingt cinq mètres, partirent dans toutes les directions pendant en un instant, passant juste au-dessus des spectateurs qui s'étaient tous baissés juste à temps. Le Chuunin de Kumo avait eut tout juste le temps de reconnaitre les signes caractéristiques d'une technique de Katon... Hors une flamme en contact avec un Fuuton du niveau de celui qu'il avait utilisé ne produit pas un simple embrasement : l'apport d'oxygène est d'une telle violence que cela est susceptible de créer une explosion de puissance supérieure. Lorsque la fumée se dissipa, un cratère noircie profond d'un mètre et large de cinq couvrait le centre de l'arène. De part et d'autre de ce cratère, Raijin, toujours intouché, intouchable (il s'était sans doute protégé entièrement de l'explosion qu'il avait provoquée lui-même avec son incroyable bouclier électrostatique) , et Mashiro, sa faux entre des mains crispées de rage. Cette technique Fuuton, un des atouts sur lequel il avait misé le plus, s'avérait comme le reste parfaitement inutile, puisque Raijin était également capable d'utiliser le Katon, ce qui était une surprise totale. L'esprit de tempête avait en effet l'air si à l'aise avec le Raiton qu'il ne venait pas à l'esprit qu'il puisse vouloir ou même pouvoir maîtrisé une autre affinité, et pourtant il venait de faire la preuve que c'était le sous-estimer que de penser ainsi. Désespéré, et de manière similaire au combat précédent, Mashiro préféra arrêter de réfléchir et se jeta dans la mêlée, se vouant à sa faux qui l'avait si bien servi la veille. Beaucoup plus rapidement et aisément que lorsqu'il était face à Shinku, il transmit une grande quantité de chakra Raiton à son impressionnante arme d'acier, et sa lame fendit l'air à l'horizontale en direction du cou de Raijin. L'extraordinaire panda allait, comme prévu, non pas parer, mais esquiver, puisque l'attaque visait le point faible de son bouclier, qui ne pourrait pas résister à un coup d'une telle puissance. Ayant évalué précédemment l'allonge exacte de l'arme du Chuunin, Raijin esquiva précisément de manière à ne pas pouvoir être touché. Mais au moment où il croyait être tout juste hors d'atteinte, il se rendit compte que dans son mouvement de rotation, la faux avançait toujours vers son cou et qu'elle s'apprêtait à trancher ce dernier. Dans son étonnement, ses yeux balayèrent rapidement la scène et juste avant que sa catastrophique réaction de défense instinctive ne se déclenche, il eut le temps de voir comment Mashiro était devenu capable de le surprendre de telle manière : il ne tenait pas la faux avec ses mains, il la maintenait reliée par un fil de chakra Raiton qui s'allongeait de manière élastique, chose que le Chuunin n'avait jamais été capable de faire auparavant. Mais toutes ces pensées ne traversèrent pas l'esprit de Raijin en l'espace de plus d'un millième de seconde, et au moment où la lame d'acier commençait à entamer sa chaire et son sang, le corps du légendaire panda se métamorphosa instantanément et complétement en foudre. Raijin était devenu une boule d'électricité, abandonnant un instant par une technique d'un niveau absolument mythique son enveloppe charnelle. Dans cet état, rien de matériel ne pouvait l'atteindre, mais cette forme avait un inconvénient : une fois qu'il était avait déclenché cet ultime jutsu, il ne pouvait que bouger à une vitesse foudroyante, se déplaçant de manière quasi-instantanée. Donc, aussitôt qu'il fut entré dans cet état pour ne pas être blessé par le coup de faux, il fut propulsé en avant à une vitesse incroyable, traversant la faux puis le corps de Mashiro de part en part, et s'arrêtant dix mètres plus loin, reprenant aussitôt que son mouvement se fut stoppé sa forme physique normale. Sa réaction fut alors très rapide :

    "Merde, Mashiro ! , s'écria Raijin"

    L'esprit de tempête venait de prendre conscience de ce qui s'était passé. La nouvelle technique de maniement de la faux de Mashiro l'avait tant surpris qu'il avait instinctivement déclenché sa technique la plus destructrice et la plus rapide afin de survivre à l'attaque du Chuunin. Mais il savait pertinemment qu'un humain possédant une résistance physique comme celle de Mashiro connaitrait une mort instantanée s'il le traversait en utilisant ce jutsu comme il venait de le faire : elle consommait une quantité de chakra incommensurable, et infligeait donc de fait une décharge au minimum mille fois supérieure à ce que peut supporter au maximum le corps humain. Il en était certain, car il avait déjà assassiné de très nombreux Shinobi et guerriers bien plus puissants que Mashiro à l'aide de cette technique, durant les guerres du passé. Le Chuunin de Kumo gisait sur le ventre, inerte et brûlé à un degré assez sévère par l’électrocution : il avait en effet violemment mordu la poussière. Le combat était fini, mais le silence régnait parmi les spectateurs, qui s'étaient à peine remis de l'explosion "supernova" dont le cratère fumait encore, et redoutaient tous la même chose que Raijin : la mort de Mashiro. Bien que les tournois soient une chose commune dans le peuple des pandas, comme on l'a expliqué précédemment, ils n'allaient jamais au-delà des blessures moyennes, et jamais personne n'était mort lors d'un de ces tournois. L'arbitre, déclara solennellement la victoire de Raijin, puis s'avança lentement vers le corps de Mashiro, et colla son oreille contre son dos. Aussitôt il se releva, souriant.

    "Il vit ! Son cœur bat à un rythme normal, il va lui falloir des soins intensifs, mais sa vie n'est pas en danger."

    Une bruyante clameur partit du public, accompagnant cette déclaration. Le seul qui restait silencieux était Raijin. Il était heureux bien sûr de ne pas avoir tué son valeureux adversaire, mais il se demandait aussi par quel miracle ce simple chuunin avait put survivre à sa technique la plus puissante, et quelque part au fond de lui, il en ressentait une légère pointe de vexation... Qu'un simple jeune Shinobi puisse résister à la boule de foudre mortelle de l'esprit de tempête, une véritable arme de destruction massive qui avait fait de nombreux ravages au cours de l'histoire, c'était une première absolue ! Mais il chassa vite ce sentiment pour se concentrer sur la réjouissance du fait que Mashiro soit en vie, et il s'approcha bientôt de lui pour saisir son corps et le jeter sur son épaule. Il mena ensuite chez sa fille Ayame afin qu'elle s'occupe de lui, car elle était une excellente guérisseuse. Décidément, dans cet épique tournoi, Mashiro avait eut le corps bien endommagé, et pour finalement perdre en final... Heureusement, la médecine des pandas était d'un excellent niveau pour faire récupérer rapidement des blessures et des brûlures, et le Shinobi serait sans doute sur pied d'ici trois ou quatre jours.

    _____________________________________________________________________

    Mashiro était allongé dans un lit entièrement végétal mais néanmoins très confortable, dans une des chambres de la maison d'Ayame. Ses blessures avaient été traitées avec soin, et il s'éveillait pour la première fois depuis son combat contre l'esprit de tempête, après prêt de vingt heures de sommeil d'affilée. Raijin se tenait là, à un mètre de lui.

    "Salut Mashiro.
    - Bonjour Raijin... Tu n'étais pas exactement la première personne que j'espérais voir à mon réveil, étant donné que tu m'as battu à plat de couture, mais bon... Où est-ce que je suis ?
    - Tu es chez ma fille Ayame, elle s'est occupée de tes blessures et t'a veillé une bonne partie du temps... Je la trouve étrangement aux petits soins avec toi, remarque-t-il avec un froncement de sourcils. Elle est partie te chercher de l'eau fraîche, elle sentait que tu allais bientôt te réveiller, et je voulais te parler seul à seul. Elle m'a fait une scène pour t'avoir infligé de telles blessures, j'ai même du me justifier en lui expliquant que j'avais réagi instinctivement face au danger.
    - Oui, j'ai en effet remarqué que tu pouvais avoir un instinct assez... Destructeur, ironisa Mashiro.
    - Tu as fait de grands progrès durant tes derniers combats, répondit Raijin, souriant. On sent que tu manies ta faux depuis si longtemps et de manière si instinctive qu'elle permet d'accélérer ton gain d'expérience durant les batailles. Je dois avouer, sans vouloir te jeter trop de fleurs, que ton inventivité m'a quelques peu impressionné. Tu n'es pas l'adversaire le plus puissant que j'ai eu à combattre, et pourtant tu as montré que tu possédais beaucoup de ressources. J'ai toutefois une question à te poser. Par quel miracle as-tu survécu quand je me suis transformé en boule de foudre et que je t'ai traversé ? Cette technique a tué des hommes plus résistants que toi par le passé...
    - Eh bien, je savais avant que notre combat ne commence que j'allais affronter un véritable expert en Raiton, et j'avais donc cherché un moyen de me protéger rapidement au cas où je serais confronté à une importante décharge électrique, ou tout du moins à en limiter les dégâts. J'ai donc eu recours à mes connaissances en physique : une grande masse électrique en mouvement crée un champs magnétique destructeur. Physiquement, on peut définir l'orientation de ce champs magnétique. Étant moi-même un utilisateur de Raiton, je peux créer autour de mon corps un champs magnétique ayant une orientation inverse afin que les deux s'annulent en partie, c'est la manière la plus efficace de se protéger contre les utilisateurs de Raiton. Le cerveau est un outil infiniment programmable, et avec une certaine maîtrise, il est possible de créer un réflexe, une réaction voulue à telle ou telle situation. Je m'étais préparé à ce que, sans avoir à réfléchir, face à un jutsu tel que le tien, mon corps produise un champs magnétique protecteur comme je te l'ai expliqué... Apparemment, j'ai bien fait, on dirait que c'est à ça que je dois la vie. Les préparations qu'un combattant peut mettre en place avant une bataille font partie inhérente de la bataille elle-même, je suis bien placé pour le savoir maintenant...
    - J'avais vu en toi une grande intelligence, mais on dirait que tu avais encore de quoi m'étonner en réserve. Avec un tel potentiel, je suis certain que tu feras partie des meilleurs d'ici quelques courtes années.
    - Je n'en sais rien moi-même, mais étant donné que c'est un véritable vétéran qui s'adresse à moi, je prends ça comme un compliment de valeur. Si tu me le permets j'ai moi aussi quelques questions à te poser à propos de notre combat... Comment se fait-il, alors que le Raiton semble de toute évidence être ce que tu maîtrises le mieux naturellement, que tu puisses également utiliser le Katon ? Et pourrais-tu m'en dire un peu plus sur cet extraordinaire jutsu de boule électrique que tu as utilisé ?
    - Eh bien, j'accepte de répondre à tes questions. Tu n'es pas le seul à gagner de l'expérience durant tes combats : il y a une douzaine d'année, j'ai affronté un très puissant utilisateur de Fuuton. D'un point de vue élémentaire, j'étais désavantagé, et j'ai failli perdre la vie au cours de cette bataille. C'est pourquoi suite à ça je me suis efforcé pendant quelques temps à transformer mon chakra en feu et à apprendre quelques techniques de Katon rudimentaires, bien que comme tu l'aies dit ce ne soit pas mon élément naturel, afin de pouvoir contrer les utilisateurs de Fuuton et de... Supprimer cette faiblesse que j'avais. Finalement c'est une bonne illustration d'une saine progression : chercher à connaitre ses propres faiblesses pour ensuite les combattre et les faire disparaitre, c'est assez philosophique... Quant à mon meilleur jutsu, le Kyuuden, mon chakra a tendance à se transformer en électricité presque de lui-même. En accélérant le mouvement du chakra dans mon corps, il m'est facile de convertir l'intégralité de mes réserves de chakra en Raiton, à tel point que je perds partiellement ma forme charnelle quelques instants. A l'origine c'est ma technique de déplacement instantanée, mais elle s'est avérée être un atout de taille sur le champs de bataille, étant donnée sa puissance destructrice. Son inconvénient est sa surconsommation de chakra : elle me vide quasiment de mes réserves pourtant grandes en quelques secondes seulement. Mais étant donné que ce jutsu n'a quasiment aucun point faible, puisque lorsque mon corps prend la forme d'une boule de foudre, il est invulnérable à pratiquement tout, cela reste une carte maîtresse pour les fins de combat. D'ailleurs, grâce à ton champs magnétique inverse, je crois que tu as mis la main sur une des seules manières au monde de m'infliger des dommages sous cette forme..."

    Raijin ouvrit son kimono afin de montrer à Mashiro une large trace de brûlure qu'il avait sur le torse, blessure que Mashiro lui avait infligée à la toute fin de leur combat, lorsqu'il s'était sauvé la vie en se défendant contre la boule électrique... A cet instant, la porte d'entrée claqua : c'était Ayame qui rentrait chez elle avec de l'eau pour son protégé. Raijin échangea une poignée de main chaleureuse avec le Chuunin, lui souhaitant un prompt rétablissement, puis se retira. Pendant qu'Ayame changeait les bandages de Mashiro, ils discutèrent et rirent beaucoup. Elle le nourrit, lui donna à boire, bref, elle était aux petits soins. Tant et si bien que Mashiro fut très vite sur pied et pu reprendre les étapes de son rite initiatique le soir même. Il se rendit avec Ayame au feu de camp du village pour boire et s'amuser, et il demanda à un panda qui gardait des tonneaux d'alcool s'il avait du Meskâl pour accomplir le deuxième rite. Ce dernier le regarda d'un air étrange, lui demandant s'il était sûr qu'il voulait goutter à cette boisson, et lui faisant part des risques. Puis, une fois que Mashiro eut affirmé sa volonté d'essayer le Meskâl, il cria gaiement et pour que tous puissent entendre :

    "Notre invité humain veut goutter le Meskâl ! Qui est de la partie pour l'accompagner dans cette expérience ?"

    Des rires et des applaudissements répondirent à cet appel. Plusieurs pandas que Mashiro avait rencontré précédemment s'avancèrent pour se porter volontaires. En toutes apparences, le Meskâl était un évènement en lui-même... Deux pandas apportèrent un paquet de grandes feuilles pour organiser un espace pour s'allonger, et les volontaires s'y installèrent, on indiqua à Mashiro de faire de même. Peu après, on leur apporta à chacun un grand bol en bois, rempli d'une boisson verdâtre, tiède et au parfum complexe et intense. On expliqua à Mashiro qu'au signal, il fallait le vider d'une rasade, sans interruption, comme le voulait la coutume. Ce fut difficile d’ingurgiter un tel volume d'une traite, mais il le fit. Aussitôt après, il ressentit une forte chaleur au niveau de son estomac, et il s'allongea sur le dos pour être plus confortable. C'est alors qu'il vécut le trip** le plus incroyable qu'il ait jamais vécu. Mashiro buvait de l'alcool, fumait du cannabis et avait déjà essayé pas mal de drogues au moins une fois dans sa vie, mais cela n'avait rien de comparable. Il perdit complétement toute sensation de réalité, sa vue se troubla, et une sorte de film délirant commença à passer devant ses yeux. Il se sentait extrêmement bien et son corps était secoué d'un rire incontrôlable. Cela dura si longtemps, et ses sensations évoluèrent de façons si diverses qu'il me serait impossible de décrire la suite plus précisément ici...

    ~~ Delirium Tremens

    Lorsque Mashiro se réveilla, toujours couché au même endroit, le soleil était déjà haut dans le ciel. Quelques pandas dormaient toujours paisiblement à ses côtés, et d'autres flemmardaient non loin de là. Lorsqu'il essaya de se lever, ses muscles ne répondirent pas, et une migraine atroce s'empara de son cerveau. Il essaya d'articuler : "de l'eau..." ; mais sa voix était à peine audible. Quelques minutes plus tard, un panda remarqua ses efforts pour se lever et lui apporta un saut d'eau qu'il vida entièrement sur la tête du jeune Chuunin, en expliquant que "c'était le seul remède variable contre une gueule de bois au Meskâl !". Quelle mystérieuse boisson... Peu après, une fois qu'il eut enfin réussi à se lever, il retrouva Ayame qui était en fait juste à quelques mètres, et dans un état assez similaire au sien, puisqu'elle avait de toute évidence également beaucoup festoyé la nuit dernière. Ils décidèrent de partir tous les deux pour aller récolter un peu du tabac et du cannabis sauvage que Mashiro avait découvert quelques jours auparavant. Après un repas pris ensembles, ils partirent se balader prêt d'un lac pour faire sécher leur récolte au soleil. Il faisait très beau, et Ayame et Mashiro étaient de plus en plus proches : il la faisait rire, et ils s'entendaient comme s'ils s'étaient toujours connus. Ils étalèrent les feuilles sur de grands rochers exposés aux rayons du soleil, puis, comme la chaleur devenait difficile à supporter, Ayame proposa de se baigner dans le lac. Mashiro accepta, bien qu'un peu gênée, et lui répondit qu'il la suivrait d'ici quelques minutes. La belle femelle panda se déshabilla et entra dans l'eau, remuant l'onde comme une douce nymphe...

    Spoiler:
     

    Ce n'est que lorsque Mashiro tira une bouffée de fumée sur une pipe en bois qu'il avait bourrée avec les récoltes du matin qu'une réminiscence du rêve qu'il avait fait la nuit avant de partir en voyage à Shima-Janguru lui revint à l'esprit. Le lac, la cascade, le soleil, les feuilles de tabac qui sèchent, et la femme nue qui se baignait... Cette pensée fit apparaitre un sourire en coin sur son visage... C'était donc bel et bien une sorte de prémonition qu'il avait eu. Le monde onirique est décidément d'un mystère impénétrable... Il se déshabilla à son tour, et rejoignit Ayame dans l'eau clair. La température était parfaite : rafraîchissante, mais sans qu'il soit difficile d'y entrer. Il s'approcha de la femelle qui nageait doucement, et lui glissa quelques mots à l'oreille. Je ne saurais vous retranscrire quelle poésie Mashiro utilisa précisément à cet instant, peut-être quelque chose comme "Ayame no Hana, tu as la grâce d'une fleur d'Iris, l'élégance nonchalante de ses pétales qui s'étalent paisiblement sous notre soleil [...]", mais nous ne le saurons jamais avec certitude. Ce qui est certain en revanche, c'est que les corps du jeune homme et de la jeune femelle panda s'enlacèrent dans une embrassade amoureuse qui dura très longtemps, et dont je vous épargne les détails, car, cher lecteur, si tu es arrivé jusqu'ici dans ce récit, tu mérites déjà une médaille, je ne vais donc pas t'assassiner davantage (et si vous m'accusez de zoophilie, je vous recommande d'aller voir Avatar si j'y suis, namého). Disons juste que c'est ainsi que Mashiro termina la dernière étape du rite initiatique des pandas, et procédons donc à une éclipse narrative dont le moment est finement choisi pour passer directement à l'épilogue de cette belle aventure (remarquez la maîtrise avec laquelle j'effectue mes transitions, on sent le métier.).

    ÉPILOGUE

    Mashiro franchit pour la seconde fois la porte du temple du panda ancestral, qui avait demandé à le voir. Ils se saluèrent mutuellement, la tension de la première fois avait disparu : ils étaient maintenant de véritables amis. Le panda ancestral expliqua à Mashiro qu'on était venu lui conter plusieurs histoires amusantes et instructives au sujet du jeune Shinobi ces derniers jours, histoires retraçant son passage par les différentes étapes du rite initiatique du peuple des pandas. Il le félicita pour être arrivé en final au tournoi, l'interrogea rapidement sur les effets du Meskâl, et mentionna de manière passagère les dires d'un panda qui avait surpris (je cite) "un jeune homme aux cheveux argentés et une très belle femelle panda qui s'enlaçaient, nus, dans un lac, juste sous une cascade", une scène magnifique paraitrait-il. Le panda ancestral sourit à cet évocation, et Mashiro rougit légèrement.

    "Je constate donc que tu es parvenu de toi-même à passer les trois étapes de notre rite ! Je te félicite, et même si tu étais déjà officieusement des nôtres, tu l'es maintenant officiellement et nos liens n'en sont que renforcés. C'est pour cela que je t'ai appelé aujourd'hui, j'ai cru comprendre que ton départ approchait, et je voulais te parler de quelque chose.
    - Oui, j'ai apprécié infiniment votre hospitalité, mais j'ai déjà beaucoup trop tardé ici, mon devoir m'appelle et je dois rentrer dans mon pays le plus rapidement possible.
    - Je comprends. Écoute, la dernière fois que j'ai fait une telle proposition à un membre de ton espèce, c'était il y a plus de soixante ans, et l'humain en question, déjà vieux à l'époque, est à présent décédé. Ce n'est pas quelque chose que je propose à la légère, mais je crois que tous tes actes depuis ton arrivée sur l'ile prouvent que tu en es digne. En tant que Shinobi érudit, tu as sans doute entendu parlé du Kuchiyose no Jutsu, l'art d'invoquer des créatures talentueuses au combat au même titre que vous autres les Shinobi, afin qu'elles leur viennent en aide durant leurs batailles et leurs missions. C'est de fait une technique très puissante, et également assez rare, car nous autres créatures douées de parole et d'intelligence, nous n'aimons guère prendre part aux conflits des hommes, il en est ainsi pour mon peuple en tout cas. Mais en signe de notre éternelle amitié et de ma gratitude à ton égard, je désire que nous passions ce pacte, afin que dans les moments critiques, un de mes valeureux soldat puisse te venir en aide, et je suis sûr qu'il le fera avec plaisir, car tu es maintenant plutôt connu par ici, et fort apprécié."

    Mashiro resta bouche bée quelques instants. Il ressentait tout l'honneur que lui faisait le panda ancestral, et se réjouissait d'avoir ainsi un lien fort avec ce peuple qu'il aimait tant, ainsi que de disposer d'une arme d'une telle valeur pour les batailles qui l'attendaient sur sa route de ninja.

    "J'accepte, j'accepte avec joie, et c'est un grand honneur que vous me faites, je m'en sens quelques peu indigne..."

    En réponse à cela, le panda ancestral sourit simplement, et appela un de ses serviteurs. Un panda entra, il tenait un gigantesque rouleau de parchemin, qu'il tendit à Mashiro. Le Chuunin de Kumo déploya le parchemin. Sur la première partie était inscrit un texte compliqué écrit dans un langage antique qu'il ne savait pas lire, et la deuxième partie du rouleau était constituée d'une liste de colonne, dont les premières étaient remplies de noms écrits en lettres de sang, et les suivantes étaient vierges. Mashiro effectua une fine incision dans son index droit à l'aide de ses dents, puis il traça de son sang les Kanjin "Mashiro Shingen Deckard", dans la première colonne vierge. Il tendit le rouleau au panda ancestral, qui y apposa sa marque pour approuver le contrat, puis le referma. Le contrat de sang était conclu, Mashiro était à présent à jamais lié au peuple des pandas, et rien ne pouvait le réjouir davantage en cet instant.

    Il fit ses adieux au panda ancestral, le comblant de remerciements, après s'être essayé au Kuchiyose no Jutsu, pour voir s'il parvenait à l'utiliser (il y arriva d'ailleurs, et invoqua un panda qu'il réveilla pendant sa sieste), puis récupéra certaines de ses affaires qu'il avait laissées dans une grotte non loin de là. Les prisonniers qu'il avait fait lui furent remis ainsi qu'une charrette pour transporter leurs corps drogués et inertes jusqu'au port de l'ile. En traversant le sanctuaire sur son véhicule tiré par un âne, il fit ses adieux à tous les pandas qu'il rencontra, et quelques larmes furent versées, mais il ne voulait pas s'attarder et préférait partir le plus secrètement possible, car il ne se sentait pas le courage de revoir Ayame, et de lui dire, lorsque ses beaux yeux de jade croiseraient les siens, qu'il était obligé de partir. Il savait très bien qu'elle allait lui demander de rester, et ce qu'il ne savait pas, c'est s'il aurait la détermination de lui dire non. Mais malgré sa lettre envoyée au QG de Kumo, s'il restait plus longtemps, il serait bientôt inscrit sur la liste des déserteurs, et il voulait éviter ça à tout prix. Mais alors qu'il arrivait à la frontière des terres sacrées des Kumaneko, il aperçut une fine silhouette s'approcher. C'était elle. Il descendit de sa charrette et s'approcha pour lui prendre délicatement la main.

    "Donc, tu t'en vas ?

    Elle n'avait pas l'air de vouloir opposer de résistance à son départ, Mashiro en fut étonné.

    "Oui, je suis obligé de rentrer dans mon pays, car sinon mes supérieurs vont...
    - Chut, ne dis rien. Promets moi seulement que l'on s'écrira, et que tu reviendras ici un jour... Tu sais que mon arrière grand-père, aussi gentil qu'il soit, ne me laissera jamais quitter le sanctuaire pour te suivre.
    - Je t'en fais la promesse."

    Il s'embrassèrent une dernière fois, et Mashiro partit sans se retourner. Il sentait qu'elle était là, les yeux humides, et qu'elle le regardait, et cette simple pensée lui fendait littéralement le cœur. Il regarda droit devant lui et tenta de se changer les pensées, mais quelques larmes coulèrent malgré lui le long de ses joues...

    _____________________________________________________________________


    Arrivé à Kumo, il se rendit immédiatement au quartier général pour faire son rapport et apporter les braconniers qu'il avait fait prisonniers. Il se prit ce qu'on appelle vulgairement un sacré "savon", mais ses pensées étaient encore ailleurs et il n'entendait même pas le Juunin qui lui faisait des reproches en criant (et en postillonnant aussi, un peu). Cette mission n'avait pas été une mission comme les autres pour lui, cela avait été un tournant marquant dans sa vie de jeune Shinobi. Il sortit de sa torpeur lorsqu'on lui tendit tout de même la bourse de Ryôs le récompensant de son bon travail, et on lui demanda de revenir dès le lendemain : il avait assez pris de vacances comme ça, et il y avait du travail pour lui, il repartirait donc en mission aussi vite que possible.

____________________________________________________________

* : Indique le début d'un match.
** : Terme familier désignant ce que l'on ressent lors de l'usage de drogues (les enfants, ne suivez pas l'exemple de Mashiro)

Spoiler:
 
Kumo no Shinobi
Kumo no Shinobi



Nombre de Messages : 171
Localisation : House of the Rising Sun
Nindô : La carte maîtresse d'un combat est l'analyse.
Date d'inscription : 05/01/2011



Passeport Ninja
Grade: Jônin
Points d'Expérience:
57/1000  (57/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Tensions diplomatiques sur l'île de Shima-Janguru... Rang A   Ven 17 Juin - 11:05
    Et la petite image bonus qui se passe de commentaire, mais qui illustre très bien un... Certain passage du chapitre III x') :



    (Oui, je devais absolument la poster xD)




    Un autre célèbre trio de combattants Kumaneko : Fuukujou (fuuton) / Chikijou (doton) / Gekijou (katon)
Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: Tensions diplomatiques sur l'île de Shima-Janguru... Rang A   
 

Tensions diplomatiques sur l'île de Shima-Janguru... Rang A

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Autres Lieux-