« Ceux qui ne respectent pas les règles sont considérés comme des moins que rien mais ceux qui abandonnent leurs amis sont encore pires. »
 

 Mission de rang A : Un changement inquiétant

Suna no Shinobi
Suna no Shinobi



Nombre de Messages : 50
Date d'inscription : 04/05/2011



Passeport Ninja
Grade: Jônin
Points d'Expérience:
110/1000  (110/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Mission de rang A : Un changement inquiétant   Lun 9 Mai - 7:46
Citation :
Le village de Iwa vient de nommer un nouveau Tsuchikage suite à la retraite de Ooniki, l'utilisateur du Kekkei Tôta si rare. Nous ne savons absolument rien sur le nouveau Kage puisque Ooniki n'a reçu, ou n'a pas voulu répondre, à aucune de mes lettres. Votre mission est donc de vous infiltrez dans Iwa et d’obtenir le plus d'information sur le nouveau chef du village. Faite attention, si votre couverture tombe vous devez fuir immédiatement et ne jamais révélé que vous êtes de Suna! Bonne chance

La vie d’un shinobi repose essentiellement sur les missions, donc quand on vous demande d’en réaliser une d’un très haut rang, forcément on se sent honoré. Quelques fois, on se demande si ce n’est pas juste une excuse pour nous voir disparaitre. Car, j’en avais vu des missions suicide, et celle que venait de me donner le Kazekage avait l’étoffe de. Infiltrer secrètement un village n’était pas vraiment une promenade de santé, surtout quand l’objectif était de recensé des informations sur le nouveau leader. Encore heureux, je ne partais pas à l’aveugle, les informations récoltées des innombrables visites d’émissaires et d’espions par le passé, me donnais un plan plus ou moins précis du village. Le plan ne suffirait pas, bien entendu, il fallait ensuite placer les gardes à leur poste. Et seulement alors, j’aurais un plan infaillible pour infiltrer Iwagakure no Sâto. Il me fallait donc prendre la route pour Tsuchi no Kuni, mais pas avant de mettre bien équipé. Pour ce genre de mission, il existe quelques règles importantes à ne pas manquer. Avant tout, il ne faut absolument pas emmener de preuves de mes origines. Donc, le bandeau de Suna, ainsi que mes vêtements plutôt originaire du désert, restèrent au village. Ensuite, n’emmener que les armes strictement nécessaires pour la réalisation de la mission, de façon à rester le plus discret possible. Étant un utilisateur de Fuuinjutsu et un assassin qui se respecte, j’enfermais toujours mes armes dans des sceaux se trouvant sur mon corps. Les assassins aiment voyager léger. Les autres règles ne sont pas vraiment importantes, donc je ne vais pas m’attarder dessus. Bref, j’étais enfin prêt pour ma mission de rang A. Le voyage fut assez long et désagréable, passé du désert chaud et aride de Kaze no Kuni pour le pays pluvieux et humide d’Ame no Kuni, avant d’arriver sur les montagnes de Tsuchi no Kuni ou souffle de puissant vent… L’importance est la mission, et seulement la mission. Et c’est aussi ici que commence cette mission.

Le secret pour faire un voyage aussi long pour une mission aussi sensible, est de rallonger encore plus la mission en évitant à tout prix n’importe quel village plus au moins peuplés se trouvant à Ame ou à Tsuchi. Moins il y aura de témoins, moins on pourra en découvrir sur mon identité et d’où je viens en cas de complications. Et j’avais fait un très long voyage pour me retrouver maintenant à une centaine de mètres des montagnes formant le village caché de la roche. Avant d’infiltrer le village il fallait définir trois points importants ; comment entrer, comment en sortir et surtout comment récolter les informations. J’ai décidé ce jour-là d’utiliser la subtilité pour pénétrer dans l’enceinte de ce village si semblant au mien et pourtant si différent à la fois. Je regardai mon plan partiel du village une dernière fois, avant de me jeter à corps perdu dans ma mission. Ma victime idéale s’approchait de ma position, une vieille femme d’un âge vrai très avancé. Petite, ridé, les cheveux blancs, une canne pour l’aider à marcher, un pas très lent et bien sur un panier de fleur plus ou moins rare de la zone. Elle devait surement être partie chercher les plantes pour faire des médicaments ou une soupe. À vrai dire, j’en avais pas la moindre idée, je devais juste me préoccupais de lui voler son identité. Je m’approchai d’elle, en la saluant. Elle en fit de même, une salutation bien chaleureuse, elle était donc le genre de vieille femme qui était toujours sympathique. Je savais maintenant comment me comporter quand je me ferrais passer pour elle. D’un mouvement rapide, je me glissai dans son dos, et lui enfonça un senbon dans le cou. Pas mortellement, non juste de quoi laisser le somnifère duquel l’arme était imprégné de faire effet. Un somnifère que l’on m’avait fourni avant de quitter Suna, je ne voyais aucune raison pour tuer des civils d’Iwa pour une simple mission d’infiltration. J’avais emmené trois senbons qui pouvaient endormir même le plus gros des ninjas. Je cachai ensuite le corps de la vieille femme près de la montagne, tout en camouflant son corps pour qu’il ne soit pas trouver avant son réveille. Il était l’heure d’entrer dans Iwa, un bunshin no jutsu, une assimilation de sa voie et j’étais enfin prêt. D’un pas très lent, je me mis en direction de l’entrée.

-Comment c’est passé la cueillette Tsuyi-obaasama ?
-Très bien merci, et la garde ? Elle se passe bien ?
-Très bien, bonne soirée.
Eh bien, mon infiltration fut un succès, au moins pour le premier garde. Mais ce n’était que la partie la plus facile, avec un air fatigué et l’âge avancé de ma nouvelle identité, il était plus que prévisible que le garde n’allait pas me faire perdre mon temps. Mais à partir de ce point, tout pouvait arriver. Une personne connue de cette Tsuyi-obaasan, un garde plus suspicieux ou tout simplement, ma curiosité sur des faits surement connu de tous. Il fallait être très discret et surtout méticuleux sur cette récolte. De plus, je n’avais pas toute la soirée, il serait judicieux pour moi de disparaitre avant ou au moins, à la tombée de la nuit. Ce que je vais dire peut choquer un peu, mais il me fallait une autre victime aussi faible que la vieille femme, donc sois un gamin, soit une autre personne âgée. Je trouvai mon bonheur quand un gamin de six ans me reconnut dans la rue, apparemment je lui avais apporté une fleur. Ne sachant pas laquelle c’était, je le laissai choisir une du panier. Ensuite, je commençai subtilement un interrogatoire sur son Kage.
-Tu sais, je me fais vieille. Je me souviens plus du nom de notre Kage.
-Ah ah ah, Tsuyi-obaasama ! Comment vous pouvez ne pas vous souvenir de Suijin ? Le fils d’Oonôki-sama !
-Je me souviens de lui, je n’arrivais plus à me souvenir de son nom. Tu sais, à mon âge il est difficile de se souvenir des noms.
- Suijin est mon héros, quand je serais grand, je voudrais être comme lui. Et voler au-dessus du village quand bon me plais.
*Il peut voler… S’il est le fils d’Oonôki l’ex-Tsuchikage, alors il est fort probable qu’il possède lui aussi le Jinton. Ce qui expliquerait sa possibilité de voler, tout comme son père. Je dois en découvrir plus sur ce Suijin*
Je n’avais plus d’information à retirer à ce jeune garçon, le reste je devais aller le chercher ailleurs, sous peine d’attirer l’attention. Surtout, qu’il ne devait pas en savoir beaucoup plus, dû à son jeune âge. Je le quittai pour chercher une deuxième source d’information. Grâce à plusieurs vieilles personne je pus confirmer que Suijin Yunokawa était bien le fils de d’Oonôki Ryûtenbin, mais son fils adoptif. Il utilisait effectivement le Jinton, tout comme son « père », mais à mauvaise essence. Le point fort de ma récolte fut quand j’entrepris une conversation avec un vieil homme dans la rue, qui apparemment ne connaissait pas ma fausse identité. Néanmoins, il était fier de son petit-fils qui travaillait sous les ordres directs du Tsuchikage.
-Vous savez mon petit-fils est un bon shinobi, il travaille dans les bureaux du Tsuchikage. Il n’est pas secrétaire, il fait la garde là-bas. Il sait beaucoup de chose, vous saviez vous que le Daïmyô du pays de la terre était plutôt sceptique à accepter Suijin comme nouveau Tsuchikage !? En même temps, c’est vrai qu’il est difficile d’accepter qu’un jeune garçon d’à peine 17 ans est la maturité pour devenir Kage. Néanmoins, il a passé son teste avec succès.
-Vraiment !? Quel était son teste ?
-Oh, vous savez… Je ne sais pas tout moi.
-Ce qui compte c’est qu’il fasse du bon travaille maintenant.
-Oui, c’est le plus important. Il a la lourde tâche de faire aussi bien que Oonôki-sama.
Eh bien, ma cueillette d’information avait été rentable. Il ne me manquait plus que savoir en quoi consistait le teste que Suijin, nouveau Tsuchikage avait passé pour gagner son titre. C’est vrai qu’en y pensant bien ce n’était qu’un détail. Mais un détail pouvant nous en dire beaucoup sur le village caché de la roche. Et pour cette information, je devais faire un peu plus que me faire passer pour une vieille femme, je devais accéder aux archives d’Iwa. Une tâche bien compliquée, surtout que ces archives se trouvent bien proche de ce nouveau Tsuchikage. Le mieux serait d’attendre la nuit, avec l’obscurité et mes qualités d’assassin, la mission aura beaucoup plus de chance de succès. J’espère juste que le somnifère fera effet assez longtemps pour que Tsuyi-obaasan ne se réveille pas avant que j’en ai fini ici.

L’obscurité est mon monde, le silence ma réalité. Passé inaperçu pour un assassin de ma tramp, ne fut pas si que vous pouvez le penser. Surtout quand toutes les conditions sont réunies : La nuit tombée, une zone rocheuse avec plein de cachette possible et un village calme sans raison pour douter de ma présence. J’utilisai ma capacité pour marcher sur les murs de façon à m’approcher le plus proche possible de la porte, sans me faire repérer par les gardes. Dans le calme total, et au moment opportun, j’utilisai mon déplacement le plus rapide pour entrer sans le moindre bruit. Le bâtiment était plutôt immense, et je n’avais pas la moindre idée d’où pouvait se trouver la salle des archives. Il me fallait donc, chercher dans le silence le plus total. Heureusement, les portes étaient nommées, il me fallait donc juste parcourir les couloirs et lire les noms. Cela faisait déjà près d’une demi-heure de recherche, et toujours rien, jusqu’au moment au j’arrivai près d’une intersection. Des bruits de pas venaient du couloir adjacent au mien, pas le temps de rebrousser chemin, je devais tendre une embuscade à cette personne. Par les sons émient, je pouvais facilement comprendre qu’il ne s’agissait effectivement que d’une seule personne, et apparemment pas des plus silencieuses. Au moment où elle croisait le couloir, je me glissai dans son dos, utilisant ma technique ??? qui m’avait bien était utile dans cette mission. Un Kunai à la gorge, je lui chuchotai à l’oreille que si elle osait crier, son sang coulerait. La jeune fille devait avoir la vingtaine, surement pas une shinobi, au moins d’apparence. Je lui demandai ensuite ou se trouvait la salle des archives, elle me montra le bout du couloir et émit un léger « au fond ».
-Tu viens avec moi.
E
ncore un senbon utilisé, il m’en restait encore un pour finir cette mission sans casse. Après ça, je devrai utiliser la force pour atteindre mes objectifs. Alors inconsciente, je la portai sur mon dos pour la déposer dans la salle. Je passai la suivante heure à lire les rapports sur ce Suijin, il n’y avait rien de bien concret. Cette salle devait être une fausse salle de rapport, celle pour les shinobis de bas rang et pour les visiteurs inopportuns comme moi. Eh bien, je ne pensais de toute façon pas m’aventurer plus longtemps dans ce bâtiment. Surtout que le rapport que je cherchais devait surement ce trouvé dans les bureaux de ce Suijin. Autant lui demander personnellement. Je sorti par la fenêtre et prit la direction de la sortie du village. Plus rien ne me retenais ici, ma mission était officiellement finie. Mais pas mon voyage. Sur mon chemin, un shinobi s’interposa devant moi en me demandant que pouvais-je bien faire dans ce village à visiter la salle des archives. Pas si discret que ça, j’avais était aperçu lorsque je quittai le bâtiment par la fenêtre. À en juger par posture, et surtout son talent d’observateur, il s’agissait sans nul doute d’un Jônin. Étant de mon niveau, je n’étais pas vraiment sur que l’affronter ou essayer de l’endormir avec mon dernier senbon soit une excellente idée. Surtout qu’il n’était pas seul, je pouvais ressentir la présence de deux autres shinobis qui nous observaient.
-… Désolé, je suis pressé.
Fuuton, Suna Bokori.
U
ne série rapide de mudras, et je soufflai un vent sur le sol pour soulever l’immense quantité de poussière qui reposait sur le sol. Je profitai de ce moment de confusion pour fuir vers la sortie, je savais bien sûr qu’ils comprendraient bien vite et me suivrais à la trace. Apparemment les deux gardes de l’entrée s’attendaient aussi à mon arrivé. J’étais maintenant prit au piège, face à moi deux gardes surement de mon grade, derrière trois shinobis dont au moins un du même grade. Je n’avais pas le choix, j’allais devoir utiliser la force, et pas la plus petite. Non, la plus grosse frappe que j’avais dans ma manche, surement le jutsu qui s’appliquait le moins à mon mode de vie. Je parle bien sûr de l’assassinat. Ma technique la plus destructrice : Fuuton, Kamikaze . Je commençai ma série de mudras, alors déjà les projectiles fusèrent dans ma direction, j’esquivai tant bien que mal les armes lancées vers moi. Une ou deux m’atteignirent, mais rien de bien grave, je pouvais encore continuer le combat et surtout mon jutsu. Le Jônin qui m’avait intercepté plutôt, se trouvait déjà à moins de deux mètres de na position. Ma technique était enfin prête, trois tornades se formèrent autour de moi. D’un coup de pied, j’essayai de repousser mon adversaire, mais il esquiva. Je fis alors sortir une lance d’un de mes sceaux posé sur le corps, pour entrer dans un combat au Kenjutsu avec mon adversaire. Le temps que mes tornades prennent la porte comme cible. La trajectoire des tornades était inconstante, il était donc presque impossible pour les quatre autres membres du village d’intervenir. Les gardes durent même obliger de quitter leur poste pour fuir les tornades, et c’est alors que j’en profitai pour passer entre deux passages de tornades par celle-ci. Mais je ne fus pas le seul. Le chemin était plutôt étroit, je décidai donc d’utiliser, je l’espérais mon dernier jutsu.
-Fuuton, Fûkyuu no Jutsu !
U
ne boule de vent se forma devant moi, il le savait, s’il me laissait finir ce jutsu s’en était fini. Il fit surement la chose la plus intelligente et risqué. Il me lança un Katon pour essayer de nous neutraliser tous les deux. Son Katon fusionna avec mon Fuuton créant un jutsu démentiel qui nous propulsa chacun de son côté. Le souffle du nouveau jutsu me projeta contre une montagne. J’utilisai un partie du chakra qu’il me restait pour faire un dernier jutsu et éviter de m’écraser brutalement sur le sol.
-Fuuton, Kaze kiri.
L
a technique n’étant nullement assez puissant pour me stopper dans ma course, je fini quand même par heurter le sol assez brutalement. Néanmoins, grâce à mes tornades et mon atterrissage forcé, je venais de distancer largement ceux qui me pourchassaient. Et prendre le chemin vers Sunagakure no Sâto. Je pouvais voir au loin, les jutsus de type Doton pour stopper les dégâts de mon Fuuton. Le chemin retour allait encore plus dur que l’allé, en plus du changement de temps, il fallait maintenant prendre en compte mes blessures et ma fatigue. Je m’arrêtai une ou deux fois en chemin pour me reposer, j’avais le temps à présent.

Information récoltée:
-Nom du nouveau Tsuchikage : Suijin Yunokawa
-Âge de Suijin : 17 ans
-Suijin est le fils adoptif du Sandaime Tsuchikage
-Possesseur du Jinton comme son « père »
-Utilise le Jinton sans raison apparente au milieu du village
-Les rumeurs disent que le Daïmyô serait sceptique sur le nouveau Tsuchikage.
 

Mission de rang A : Un changement inquiétant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Tsuchi no Kuni - Iwa Gakure no Satô :: Rues et Ruelles-