« Ceux qui ne respectent pas les règles sont considérés comme des moins que rien mais ceux qui abandonnent leurs amis sont encore pires. »
 

 HOSHI NO KUNI - Un prisonier difficile à cerner [Rang S]

Kiri no Shinobi
Kiri no Shinobi



Nombre de Messages : 40
Localisation : Juste devant chez toi, muwahahahaha !
Nindô : Entendre sa voix
Date d'inscription : 19/01/2011



Passeport Ninja
Grade: Jônin
Points d'Expérience:
50/1000  (50/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: HOSHI NO KUNI - Un prisonier difficile à cerner [Rang S]   Lun 11 Avr - 15:54
    Premiers rayons du soleil. Rien que leur faible chaleur sur les paupières d'Axel donnaient l'impression d'un rouleau compresseur. Le rouquin le sentait, même loin à travers l'immense mare de goudron qu'était son sommeil. Sa mémoire était aussi claire et nette qu'une ombre sur de l'asphalte en pleine nuit, dans le brouillard. Sa capacité de réflexion n'était pas franchement meilleure. Quant à son corps... complètement anesthésié. Mais quelque chose lui disait que s'il sortait du goudron, s'il se forçait à se réveiller, il allait le regretter amèrement. En fait, il sentait la douleur diffuse de sa tête, mais comme s'il nageait en dessous et qu'elle, se trouvait à la surface. De deux choses l'une : soit il était au bord de la mort, agonisant lamentablement dans un lieu quelconque, et vraisemblablement de ferait plus long feu (à en juger par son incapacité totale à récupérer ses souvenirs); soit... Ben c'était moins glorieux, mais il était aussi possible qu'il soit au réveil d'une cuite mémorable. Forcément, tout de suite, ça avait vachement moins la classe. Mais c'était quand même plus probable. Le pire, dans cette histoire, c'était que le poids inexistant de la lumière ça et là sur son corps avait un arrière gout de pattes d’éléphants... Il allait peut-être falloir ouvrir les yeux...? Nan... Pas tout de suite.

    Quand Axel prit à nouveau conscience de son existence dans ce monde, il avait l'impression d'avoir le cœur dans la tête, tellement son sang battait durement sous la peau de son crane. Garder les paupières closes ne le sauverait plus, et il les ouvrit sur des iris d'un vert douloureux, mangées par des pupilles noires dilatées. Il ne distingua pas immédiatement ce qu'il voyait. Pitié, aspiriiiiiine... Il ne reconnut pas tout de suite ce sur quoi il était allongé. Bizarrement, il aurait juré être sur le dos, mais pas du tout. Il était vautré sur le ventre, séparé du canapé de Reino par une masse non identifiée... Probablement un corps humain. Oh oh... Un certain cousin allait gueuler. Nan, c'était vrai que ça craignait à mort, ramener une fille chez Reino pour une nuit - en étant ivre mort, qui plus était. D'ailleurs il était ou, Reino ? Axel essaya de bouger. Ramenant avec toutes les peines du monde ses bras sous lui, il s'appuya sur ses coudes pour se redresser un peu.




      - Oh merde...




    Il s'était attendu à trouver n'importe qui juste là, sous lui. Vraiment, n'importe quelle nana, même l'une de ses pires ex. N'importe qui. Mais surement pas Reino lui-même. Axel se leva d'un bond - et l'impact qui lui sembla d'une violence inouïe avec le sol remonta furieusement le long du moindre de ses os jusque dans son cerveau - à moitié secoué entre un mal de crane abominable, l'angoisse totale de se retrouver dans cette situation foireuse, et la terreur qui émanait des souvenirs auxquels il ne parvenait pas encore à accéder. En général, le cadet des deux roux avait l'alcool mauvais. Mais qu'est-ce qui s'était passé, bordel ?

    Sans vraiment s'en rendre compte, il avait rejoint la salle de bain à l'étage, et donc passé les escaliers sans dommage notable (ce qui tenait de l'exploit, quand on pensait à sa gueule de bois !). A présent il fouillait d'une main les placards, l'autre plaquée sur sa tempe, à la recherche du médicament miracle. Du café lui ferait peut-être du bien, aussi, mais il aimait pas ça. Après avoir avalé plusieurs comprimés d'acide acétylsalicylique, vidé plusieurs fois son estomac dans les toilettes, et s'être débarbouillé à plusieurs reprises, Axel tenta de reconstituer sa soirée. En fait, il se souvenait très clairement d'avoir barboté une soirée chez Reino auprès de cette chère Ayame avec un prétexte bidon et une bonne séance de suggestion. Ils avaient dès le départ dans l'idée de se biturer la tronche. Ils avaient commencé à boire, et... trou noir.

    On frappa à la porte. Sans déconner, il devait pas être plus de midi, qui pouvait bien venir déranger si tôt ? Axel laissa faire - il était pas chez lui, et de toute façon, il agonisait debout, ça la foutait mal d'ouvrir comme ça, qui que ce fut. Les coups finirent par s’arrêter, mais reprirent rapidement de plus belle. Le rouquin avait l'impression qu'on les frappait depuis l'intérieur de sa tête. Raaah... Reino pouvait bien s'en occuper, c'était lui le maître de maison... Déflagration froide. Nan, surtout pas ! Il ne fallait ABSOLUMENT pas que Reino se réveille. Pourquoi ? Allez savoir. Quoiqu'il en fut, Axel dévala les marches, passa en courent d'air devant le canapé - n'oubliez pas qu'il avait toujours la tête rouleau compressée - et ouvrit la porte sur un chuunin de Kiri. Le rouquin se souvenait vaguement de sa tête, ils s'étaient battu ensembles lors de la dernière mission.




      - Euh... Keichi Suzaku ?




    Grognement animal. Qui d'autre au monde - ok, dans le village - avait des cheveux rouges en pics naturellement ? Bref.



      - Votre... soeur, Keichi Midori, m'a dit que je vous trouverais ici...

      - ... Moui... ?

      - Et bien... Vous avez un ordre de convocation du Kage

      - Ah, merde...




    Il y eut comme un blanc. Axel dut réfléchir plusieurs secondes pour se rendre compte que sa réflexion n'était pas vraiment la bienvenue.



      - Euhm... C'pour quand ?

      - Maintenant



    Putain de bordel de merde... Heureusement il l'avait pas dit à voix haute. La lumière du jour qui rentrait par la porte entre ouverte lui calcinait la rétine. Le chuunin lui tendait un papier, sans doute Axel devait-il le prendre... C'était le détail de la convocation. D'ordinaire on lui laissait 24 heures entre le moment ou on le prévenait et la convocation elle-même... Géniale. Bon, éventuel coéquipier...? Keichi Reino...? On s'acharnait contre lui, c'était un complot. Pas possible autrement !
Kiri no Shinobi
Kiri no Shinobi



Nombre de Messages : 11
Nindô : Le voir sourire.
Date d'inscription : 29/01/2011



Passeport Ninja
Grade: Jônin
Points d'Expérience:
50/1000  (50/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: HOSHI NO KUNI - Un prisonier difficile à cerner [Rang S]   Mer 13 Avr - 16:30
    Je me sentais terriblement lourd, dans un état plus proche du coma que du simple sommeil. Typique d'un lendemain de cuite, et pas une petite. Je savais que j'étais chez moi, je sentais que j'étais bien avachi sur MON canapé et pas ailleurs. A part ça, je n'avais pas la moindre idée de la situation, et j'avais pas envie d'ouvrir les yeux pour en apprendre davantage. Rien que de penser à la lumière et au mal de crâne qui allait me foudroyer sur place, j'en étais malade. Heureusement que je commençais à avoir l'habitude de surmonter ma gueule de bois. Si Axel tenait mieux l'alcool, je me remettais plus rapidement que lui. Tiens, Axel... Je crois que c'est avec lui que j'ai picolé hier.

    Je me sentis soudain un peu mieux ; moins oppressé. Pourtant j'avais pas bougé... Et j'avais pas envie de le faire. Certainement un gros coussin qui venait de glisser du canapé. Du moins c'est ce qui me paraissait le plus probable. Je pu comater tranquillement quelques minutes encore, avant qu'un abruti ne vienne tambouriner à la porte. Comment cet inconscient pouvait-il s'imaginer que j'allais me lever, alors même que je n'avais pas ouvert un oeil ? Il pouvait toujours crever, je n'allais pas ouvrir la porte - même si j'avais l'impression qu'il me frappait moi, et pas la porte. J'eu l'impression que quelqu'un passait en coup de vent devant moi, et puis les coups cessèrent, pour mon plus grand bonheur (si tant est qu'on puisse être heureux avec une telle gueule de bois.) Quelqu'un venait visiblement d'ouvrir la porte à ma place, puisque j'entendis une conversation. Je ne saisis pas la première phrase, j'étais encore trop dans le gaz ; puis je rassemblais mes esprits pour entendre le reste. Après tout, ma seule certitude était que j'étais chez moi. Donc le visiteur - enquiquineur, plutôt - venait certainement pour me voir, moi. La loque dans le canapé. Bref, ça me concernait, fallait que j'écoute.


    « Votre... soeur, Keichi Midori, m'a dit que je vous trouverais ici...

    - ... Moui... ?

    - Et bien... Vous avez un ordre de convocation du Kage

    - Ah, merde... »

    J'avais entendu, restait le plus difficile : comprendre. Les mots "soeur" et "Keichi Midori" me laissaient penser que j'avais bien passé la soirée avec Axel ; le son de sa voix me confirma que c'était lui qui avait ouvert la porte. Axel... Pourquoi est-ce que j'avais l'impression que quelque chose clochait ? Comme s'il s'était passé un truc très important, et dont j'étais pas foutu de me rappeler... Ca allait revenir. J'oubliais jamais mes soirées alcoolisées, même les pires ; je finissais toujours par m'en souvenir, tôt ou tard. En attendant, j'étais de sale humeur. Se faire réveiller brutalement après une soirée arrosée, c'est déjà désagréable, mais si en plus on a une sensation étrange, c'est pire. Et quand on entend "ordre de convocation du Kage", on a juste envie d'aller se pendre.
    De ce que je pouvais comprendre, Axel allait devoir partir en mission. Etant son principal coéquipier, moi aussi. Le mot "Maintenant" que j'entendis peu après me déplut franchement. Commencer une mission maintenant, dans notre état ? C'était du foutage de gueule. D'accord, le Kage pouvait pas deviner qu'Axel et moi allions nous lever avec un mal de crâne foudroyant. Mais il aurait aussi pû nous laisser un peu de temps. Là... On allait devoir composer, dans la fatigue et la mauvaise humeur. Et on se devenait d'être des shinobis efficaces... Uh. J'aurais peut-être dû me lancer dans le commerce comme les autres Keichi, finalement.

    J'ouvris les yeux à temps pour voir Axel fermer la porte. La lumière me fit l'effet d'un coup de poing, et je dû redoubler d'efforts pour passer en position assise. Il avait pas l'air mieux que moi ; je croisais son regard, et une sensation de malaise me reprit. Quel était le problème avec mon cousin et meilleur pote ? Pourquoi ses yeux émeraude, auxquels j'étais pourtant tellement habitués, me perturbaient autant, aujourdhui ? J'arrivais pas à comprendre pourquoi le regard que je portais sur lui était différent aujourd'hui. Je décidais de me concentrer sur la mission ; si je commençais par aller dans la salle de bain, je me trouverais tellement pitoyable que je pourrais pas décoller.

    « Détails sur la mission ? »

    Mon cousin préféré n'avait certainement pas la moindre envie d'ouvrir la bouche. Mais on devait s'y mettre, n'est ce pas ? Je me pliais pas trop mal à ce genre d'obligations ; et même si ça me faisait grandement chier, c'était certainement pire pour Axel.

    « ... Hey... S'est passé quelque chose hier ? »

    C'était plus fort que moi, il fallait que j'en apprenne un peu plus. Je n'avais pas la moindre idée de ce qu'il aurait pu se passer. Aucun indice, rien. Mais il fallait que cette sensation étrange me quitte ; surtout si je voulais être apte à réussir la mission. Et si Axel me disait qu'il ne s'était rien passé et bien... Je tenterais d'oublier ce poids d'origine inconnue qui semblait s'alourdir en présence de mon meilleur pote.
Kiri no Shinobi
Kiri no Shinobi



Nombre de Messages : 40
Localisation : Juste devant chez toi, muwahahahaha !
Nindô : Entendre sa voix
Date d'inscription : 19/01/2011



Passeport Ninja
Grade: Jônin
Points d'Expérience:
50/1000  (50/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: HOSHI NO KUNI - Un prisonier difficile à cerner [Rang S]   Jeu 14 Avr - 1:38
    Quand Axel se retourna, il sursauta presque de voir Reino réveillé, assis, qui le regardait avec ses yeux d'un bleu vert un peu vaseux. Sans ça il avait l'air pas mal pour un lendemain de cuite qui bétonnait à son cadet l'intérieur des parois du crâne. Pas de justice dans ce monde cruel... Cela dit, Axel resta figé en le voyant. Il se sentait complètement bouffé de culpabilité. Et pourtant, impossible de savoir pourquoi. D'un autre côté, c'était pas la première fois qu'ils se réveillaient l'un sur l'autre. Ca arrivait même à chaque fois qu'ils dormaient tous les deux chez Reino - sauf que la copine de l'un ou de l'autre y était aussi - alors il n'y avait à priori pas de quoi en faire une maladie... Sauf que là, Axel en était presque certain, il avait profité de la situation, en avait abusé à fond. D'un autre côté, si lui-même était torse nu, Reino avait encore toutes ses fringues... Minute. C'était quoi cette pensée, là ?!



      - Détails sur la mission ?

      - Convocation...




    Libération ! Merci, Reino, d'être aussi en forme et d'être légèrement plus responsable qu'Axel dans cette situation ! Le dit Axel, qui savait pertinemment qu'il avait vomi sa capacité de lecture en même temps que l'alcool quelques minutes plus tôt, tendit simplement le papier à son cousin. D'ailleurs, ce système de convoc' était très con. Puisque le Kage déléguait un Chuunin pour venir leur filer le bout de papier qui disait "venez à telle heure !", pourquoi ne pas lui faire remettre directement les détails de la mission ? Ca évitait de passer pour un poivrot devant le big boss, et permettait de grappiller deux trois minutes supplémentaires de sommeil...



      - ... Hey... S'est passé quelque chose hier ?




    Putain de... Bon, positiver. Si Reino avait aussi l'impression d'un truc pas net, au moins, c'était qu'Axel était pas fou... Ouais, quelle consolation ! Ca voulait surtout dire qu'il avait bel et bien fait une connerie, oui !



      - Écoute... Ren'...




    Utilisation du surnom pour s'attirer la sympathie de la cible... Nan, la connerie était trop énorme et de toutes manières, essayer de manipuler Reino c'était une cause plus désespérée que de s'en prendre à une huître. Il était légèrement hermétique. Ca lui était juste venu naturellement, comme un enfant qui s'accroche à la robe de sa mère pour qu'elle le gronde moins fort une fois qu'il aura avoué. Ah, la culpabilité... Bref, deux options s'offraient à Axel : la première était de cacher la vérité ou de la transformer à son avantage. Ca, jamais de la vie, pas à son cousin adoré. La seconde, jouer cartes sur table. C'est partit...



      - Je me souviens pas bien de c'qui c'est passé, juste qu'on a commencé à boire et... Et après ça, j'ai déconné, c'est sûr. Mais en quoi faisant, ça...




    Minute... C'était aussi de la faute de l'ainé ! En quoi, aucune idée, mais Axel avait profité d'une situation, puis il avait essayé de se reprendre, et là... Et là c'était Reino qui l'avait empêché d'écouter la voix de la raison.

    Le rouquin à pics se mi en quête de sa chemise, et la trouva un peu plus loin, comme si elle avait été lancée... Mais qu'est-ce qui s'était passé ? Il l'enfila sans parvenir à se souvenir de ce qu'il en avait fait la veille. Puis à nouveau il détailla le visage de son cousin. En général, le cadet avait pas besoin de l'ainé pour n'écouter que ses envies et faire n'importe quoi. Mais quand il se stoppait par lui-même, Reino le soutenait, il l'enfonçait pas en lui faisant miroiter ce qui le tentait... Ouais, mais d'un autre côté hier, ils s'était bien torchés, à en juger par la gueule de bois et les cadavres de bouteille par terre. Sacré cocktails, même.

    Bon, penser à la mission. Là, en ce qui concernait Axel, il était prêt à y aller. De toutes façons, c'étaient pas quinze minutes de plus ou de moins qui allaient lui donner une allure plus présentable. Mais il n'osait pas regarder son cousin, lui lancer un pauvre sourire et un "Bon, on y va ?" comme il l'aurait fait habituellement. Il se sentait à la fois fautif et en colère vis à vis de lui, sans parvenir à se l'expliquer. Ca promettait d'être sympa, cette mission...
Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: HOSHI NO KUNI - Un prisonier difficile à cerner [Rang S]   
 

HOSHI NO KUNI - Un prisonier difficile à cerner [Rang S]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Autres Lieux-