« Ceux qui ne respectent pas les règles sont considérés comme des moins que rien mais ceux qui abandonnent leurs amis sont encore pires. »
 

 Entraînement entre deux assassinats [ PV Yeijiro ]




Nombre de Messages : 1013
Localisation : Hôpital psychiatrique de Konoha
Date d'inscription : 07/01/2011



Passeport Ninja
Grade: Genin
Points d'Expérience:
50/1000  (50/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Entraînement entre deux assassinats [ PV Yeijiro ]   Jeu 10 Mar - 13:24
Le corps humain est dit-on la machine la plus complexe de la nature. Son métabolisme est extrêmement varié avec les diverses réactions chimiques qui s'opèrent parmi les différents organes de l'organisme. Composé de milliers de kilomètres de vaisseaux sanguins, les muscles saillants de l'homme se contractent, se tendent, produisent un effort au cœur d'un attirail de câblage digne d'un marionnettiste articulant ses pantins. Le cerveau, ordinateur, centre de contrôle des opérations du corps, n'a point d'égal sur terre. Ses connexions nerveuses, innombrables tellement les milliards de neurones composant le système nerveux donnent cette impression de fourmilière organisé, agissent comme un réseau de transport d'information. Même si l'homme a créé la science, puis la médecine avec les branches de cet art - si l'on put dire - qui la composent afin de comprendre l'intérieur de son enveloppe corporelle, il n'en empêche pas moins que sa capacité de compréhension reste limité. Tout comme les capacités du corps humain sont restreintes à environ vingt pour cent, l'homme, menacé par le train du temps qui défile à tout allure, ne pourra s'approprier l'intégralité des connaissances sur l'univers qui l'entoure. C'est ainsi que naquit, dans un élan de faiblesse d'esprit collectif, la religion. Les pensées des hommes, craignant une présence divine influençant et dirigeant la nature, créèrent un dieu, voire plusieurs souvent attribués à un élément de la nature. Et de ce fait, on attribua les fléaux de la guerre, de la famine, des catastrophes naturelles et des maladies à la justice d'une entité né de la peur de mourir des hommes, qui eux-même s'inventèrent un lieu de vie après la mort, divisé en deux étages. Les plus purs d'âme accédaient à un paradis, un lieu supérieur à celui où l'homme vit, où ils vivaient éternellement en paix grâce à leur bonté d'âme et leurs actes généreux. Les autres, châtiés de leurs péchés et de leurs crimes voyaient leur existence ne plus avoir de sens en accédant à un monde souterrain où règnent les flammes maudites de l'Enfer. De cette façon, la religion avait un tel poids sur l'humanité qu'il était impossible de vivre sans craindre de subir la punition divine si l'on osait entravé les règles imposé par la conscience communautaire de l'Homme.

La religion n'est pas la seule emprise qui pèse sur l'humanité et Yozo le sait bien. A Konoha, la politique est divisé comme le jour et la nuit. Dans la lumière du soleil le chef du village, le Hokage, choisi comme étant le ninja le plus fort du pays dirige le village caché des feuilles, puissance militaire du pays du feu. Sans être une monarchie, il s'attribue les pouvoirs politiques, judiciaires et délaisse les droits religieux dans un élan de laïcité. Des rayons solaires pacifistes baignent ainsi Konoha dans une atmosphère particulière, comme si la cité était figé dans ses traditions et sa culture, bloqué et impossible d'avancer dans le temps, de peur de voir l'harmonie de Konohagakure no satô se rompre. Pourtant, lorsque le soleil du peuple se couche, la nuit s'installe et le conseil de Konoha en profite, manipulant dans son ombre la seule source de lumière, de chaleur existante encore: le Hokage représenté à travers un feu, un feu qui au fil des âges à pris l'aspect d'une valeur commune aux habitants du village, une façon de vivre et une raison de se battre: la volonté du feu.

Mais notre protagoniste n'en a que faire de cette misérable volonté du feu. Il ne suffit pas de procédés visant à croire qu'il faut se battre pour défendre sa patrie, il faut également la force pour y parvenir. Dans la vie, l'essentiel n'est pas le nombre de coups que l'on peut mettre, mais le nombre de coups que l'on est capable de recevoir. Et cet aujourd'hui que le fils de paysans allait appliquer cette philosophie, en tentant d'acquérir un nouvel atout dans sa manche. Le ninjutsu, ou l'art du ninja, permet grâce aux nombres de techniques de déterminer la puissance et la force du shinobi qui les détient. Mais avec une technique médicale qui nécessite un contact au corps à corps, quelques tours de passe-passe, des attaques lourdes à distance et une invocation couteuse en chakra, Yozo avait besoin d'autre chose. Une technique qui permettrait en un coup de créer un mouvement en chaîne dévastateur. Quelque chose qui permettrait en cas de situation douteuse de renverser la situation en faveur du ninja médecin de Konoha. Et ce quelque chose, notre protagoniste comptait bien le trouver dans ses recherches en médecine. En effet, avant d'être reconnu comme étant Hokage, l'ancien Jônin travaillait au centre de recherches de Konoha. Là-bas, il combinait soins d'urgence de blessés graves avec expériences sur l'organisme humain. Après avoir étudié la création d'un élément quelconque par le chakra et les réactions chimiques qui s'en suivaient dans l'organisme, il étudia les effets biologiques du chakra. Cette étude était assez cachée par les autorités du village car l'anxiété de voir ces travaux volés par la Racine dans le but de transformer ces résultats en une arme biologique de masse était présente. C'est ainsi que Yozo découvrit qu'il était possible de créer une perturbation générale dans une zone infectée par un chakra adverse. Ce dernier peut contaminer les cellules infectés de la manière suivante: les rendre hostile à l'organisme touché et les doter d'une capacité d'attaque.

La cellule, unité de base du vivant est à l'image de ce qu'elle représente une fois assemblé avec plusieurs autres cellules et d'autres éléments une structure organisée: une barrière cytoplasmique, un cytoplasme, un noyau contenant les informations génétiques uniques et propres à chaque personne et bien d'autres organites encore. Cependant, malgré les lymphocytes, ils sont condamnés à subir uniquement le métabolisme qui leur permettra notamment de se diviser au cours d'étapes barbantes: la mitose. Le corps humain ne disposant que du type le plus long de division cellulaire - à l'exception des ninjas médecins, à l'image de la Godaïme Hokage ou du Nukenin au service d'Orochimaru, le dénommé Kabuto Yakushi, capable avec leur chakra de se régénerer presque instantanément en créant une division cellulaire en une étape (l'amitose), rapide et efficace pour se soigner dans l'immédiat - la mitose, le corps humain peut également profiter de cette attente pour voir une danse fusionnelle microscopique se produire. Les mutations génétiques, à courte échelle comparés aux histoires de science-fiction, sont issus de ce mélange de gènes qui peuvent être modifiés. Cependant, grâce à un chakra pathogène, les cellules de base seraient dotés d'un moyen de défense leur permettant de détruire un organisme étranger.

Maintenant en quête d'apprentissage, Yozo avait besoin de repos maintenant. Avant l'effort, le confort. Puis après le réconfort. Après tant de recherches sur l'effet de sa nouvelle technique, le Hokage se leva de son bureau. Pour une fois, il n'avait aucune piles de dossier à remplir, vu qu'il était dans le bureau de sa maison. Quittant la pièce lui servant de salle de lecture et d'étude, il partit en direction de sa chambre et une fois arrivé dans cette dernière, il s'étala sur son lit. Cela faisait longtemps depuis son retour au village, après son pèlerinage que notre protagoniste n'avait pas profité d'un tel sommeil. Tellement perturbé par un tel manque d'heures mérités sur son matelas, son subconscient ne chercha même pas à créer de toutes pièces un rêve à la mesure des attentes de Yozo qui n'avait que faire de voir des illusions durant son séjour au royaume de Morphée. A son réveil, le Rokudaïme Hokage eut l'impression que son repos ne l'avait pas seulement relaxé et apaisé. Il lui avait rappelé combien cela faisait du bien de pouvoir profiter de se reposer dans sa propre maison, dans son propre village. Le grand ninja se leva par la suite et allant chercher son naginata, il réfléchit sur la façon dont il pouvait apprendre sa technique. Seul problème, c'était qui lui fallait un corps humain sain et, bien entendu, vivant. Or pour jouer les cobayes risquant de mourir à coup sûr, il fallait être soit suicidaire, soit ...

Un éclair de génie traversa l'esprit de Yozo, l'espace d'une seconde. Attachant son arme derrière lui, il fila en vitesse dans les ruelles de son village à la recherche de celui qu'il espérait tant. Au passage, dans sa course, il récupéra un parchemin contenant une technique d'Ichigo, son ami joufflu du clan Akimichi. Ce rouleau contenait en réalité des notes de Yozo sur la façon de malaxer le chakra Doton. En fait, notre protagoniste avait noté un titre eronné, mais ça, il s'en rendra compte assez rapidement. La vitesse, c'était justement ce qui décrivait actuellement la façon de penser du jeune shinobi médecin. Se dépêcher, qu'importe les conséquences, afin que le résultat soit parfait. Finalement, au bout du compte, le Hokage trouva ce qu'il cherchait. Entre deux ruelles se baladait l'ancien déserteur connu sous le nom de Galeinn. Membre de Taka, il avait des relations avec Akatsuki. Autant vous dire que si Yozo ne l'avait pas renommé en Yeijiro et fait trouvé une nouvelle vie, il n'aurait pas fait long feu sur cette place. S'avançant vers l'ancien Nuke-nin, le Hoshikuma déclara à ce dernier:

    « Yeijiro ? Tu tombes bien, je te cherchais. J'ai besoin de ton aide pour apprendre une technique assez spéciale. Ne t'inquiète pas, je t'aiderais à en maîtriser une en retour, un jutsu bien dévastateur comme tu les aimes ! »



Nombre de Messages : 255
Date d'inscription : 17/01/2011



Passeport Ninja
Grade: Genin
Points d'Expérience:
50/1000  (50/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Entraînement entre deux assassinats [ PV Yeijiro ]   Ven 11 Mar - 11:35


    La pluie, le vent , les nuages, la neige même , tout ça avaient disparue, oui, il ne restait que ciel bleu et soleil. Voilà le temps qu'il faisait constamment à Konoha. A vrai dire je m'en fichais royalement du temps qu'il faisait mais j'avais rien à faire. Mizore semblait occupé en ce moment et du coup bah je me retrouvais en solo. Enfin bon j'en avais un peu l'habitude avec le bon vieux temps ou je faisais mes missions sous les ordres de l'Akatsuki... M'enfin ce n'était guère important contrairement à ce que j'avais entendu dire. Oui apparemment le Rokudaime Hokage serait revenu.

    Enfin une bonne nouvelle, le village était maintenant en sécurité... Je me demandais quand même ce que Yozo avait pu faire pendant tout ce temps ? Peut être c'était-il entrainé en secret ? Non je ne pensais pas, vu le niveau qu'il avait déjà... Le sommet des Kage ? Non sinon je serais au courant , du moins tout le village le serait. Bon bah y me restait plus qu'a allé le trouver dans son bureau pour li demander puis cela me passerait un peu de temps.

    Je quittai donc mon domicile après avoir placé mon bandeau normalement frontal au niveau de la ceinture avant de me rendre au bureau du Hokage. J'aimais pas le placé au front , ça faisait moche sur moi ... Bref la route jusqu'au bureau fut de courte durée mais je du aidé une dame ce qui m'attardai. Oui une vielle dame qui avait mal ua dos et qui avait du mal à porter ces sacs me voyant en tenu de shinobi elle m'interpela et me dit:

    - Jeune homme , vous qui êtes si jeune , pourriez vous m'aider à porter cela jusque que chez moi ? Mon mal de dos m'en empêche... Merci

    Bon j'avais pas vraiment le choix y faut dire... La rencontre avec le Hokage attendra un peu. En tant que shinobi je me devais d'aider cette bonne dame. Je pris donc ces sacs et on commença notre en direction de la demeure de la vieille dame. Je dus traversai quasiment tout le village pour enfin arriver chez Chiyu , c'était le nom de dame que je venais d'aider. J'avais eu le temps de discuter un peu sur la route.

    La bonne dame me remercie infiniment et la saluant je repris ma route pour le bureau. Je devais traverser à nouveau tout le village. J'avais perdu un peu de temps mais bon j'avais une excuse même si je n'avais pas de rendez vous de prévu... Bref je parlai pour rien.

    Finalement je ne le trouvai pas au burea. Non car c'est lui même qui vint me voir directement dans les rues du villages caché des feuilles qu'était Konoha. Toujours aussi grand, il prit la parole:

    « Yeijiro ? Tu tombes bien, je te cherchais. J'ai besoin de ton aide pour apprendre une technique assez spéciale. Ne t'inquiète pas, je t'aiderais à en maîtriser une en retour, un jutsu bien dévastateur comme tu les aimes ! »


    Quoi ? Un entrainement en gros... Bon c'était pas prévu mais j'aurais l'occasion de discutait un peu avec lui durant l'entrainement. Et puis s'il s'agissait d'une technique dévastatrice je ne pouvais refuser... Après tout c'était grâce à lui que j'étais intégré à la communauté de Konoha avec ma nouvelle identité de Yeijiro.

    - Yozo ... Content de te revoir. Tu sais il n'y avais pas besoin que tu m'aide pour une autre technique hein. C'est grâce à toi que je suis libre aujourd'hui et je te dois bien ça. En tous cas j'ai cru durant un moment qu'il t'étais arrivé quelque chose vu ton absence au village mais bon je suis rassuré.

    Reprenant mon souffle je repris:

    - Enfin je te suis. Puis si tu insistes pour la technique alors je suis prenant évidemment. On fait ça ou ? Pas ici en tous cas.

    Souriant j'attendais sa réponse.








Nombre de Messages : 1013
Localisation : Hôpital psychiatrique de Konoha
Date d'inscription : 07/01/2011



Passeport Ninja
Grade: Genin
Points d'Expérience:
50/1000  (50/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Entraînement entre deux assassinats [ PV Yeijiro ]   Jeu 17 Mar - 12:31
Lorsque Yozo croisa Yeijiro, ce dernier semblait pressé. On aurait dit qu'il cherchait justement quelqu'un. Ironie du sort, il recherchait en réalité Yozo, qui venait à l'instant de l'aborder. Même s'il avait été occupé à aider une vieille femme en détresse, abusant de la bonté des ninjas de Konoha et de sa pathétique face desséché de vieille fripée, il était évident que l'ancien déserteur d'Oto ne risquait pas de si tôt de trouver le Rokudaïme son bureau. En effet, depuis son retour au village, le Hokage avait pris de nouvelles résolutions. Avant d'être le chef d'un village caché au sein du pays du feu, il était avant tout un ninja, un guerrier de l'ombre qui avait choisi de s'entraîner pour assurer la prospérité de la nation dirigé par le Daimyo, le seigneur du pays du feu. Il était donc évident qu'avant même de devoir gouverner les forces ninjas de Konoha, il en devait de son devoir de ninja de s'entraîner pour acquérir la puissance nécessaire à la protection du peuple. On le comparait souvent à l'ancienne Godaïme Hokage, la dénommée Tsunade, à cause de ses capacités en techniques médicales accrues. Mais pourtant, il était évident que cette comparaison n'avait aucun honneur pour notre protagoniste. Le comparer ainsi à cette Sanin, c'était comme dire que le ciel est bleu comme la mer, les deux choses sont toutes de la même couleur, pourtant, il est clair qu'elles sont toutes deux différentes. Pour Yozo et la précédente Hokage c'était pareil. Même si son règne fut bien plus court que ses prédécesseurs, comme le fameux Eclair Jaune de Konoha, ou bien encore le Sandaïme Hokage qui dut reprendre la relève suite à la disparition de Minato Namikaze, Tsunade restait tout de même une ninja puissante, reconnue par Sanzô, l'ancien chef du régime d'Ame comme étant une ninja légendaire, avec Orochimaru et Jiraya. Sa puissance dûe à ses techniques médicales était tout comme sa beauté, éternelle, comme si le vent du temps ne la faisait point osciller. Elle avait déjà toute l'expérience requise pour être Hokage, tout comme son camarade courreur de jupon Jiraya, dit l'ermite pas net. Alors que pour le Rokudaïme, c'était une toute autre chose. Il n'avait pas hérité de la réputation de son grand-père Hokage comme Tsunade, et encore moins de sa puissance. Au contraire, il dut se construire lui-même au sein de la communauté shinobi.

Sans support familial, il n'avait aucune notion de ninjutsu avant de rentrer à l'académie ninja. Jeune, il était le seul Hoshikuma à Konoha et devait se contenter du soutien de ses professeurs à l'internat. Tandis que certains de ses camarades, issus de clans de shinobis respectés, comme des Akimichi ou bien des Hyûga, profitaient dès leur plus jeune âge d'entraînement pour l'initiation aux arts ninjas, Yozo lui semblait désavantagé, complètement, n'ayant aucune connaissance dans les arts ninjas et le maniement des armes, à moins de considérer le maniement de la faux pour couper le blé comme un art ninja. Pourtant, à force de persévérance, d'efforts, de larmes mêlés à la sueur le petit ninja grandit et apprit à se forger une puissance et une réputation qui le fit devenir Hokage. Au fond de lui, le Rokudaïme savait cependant qu'il avait encore du chemin à faire pour rattraper l'écart qui avait été creusé entre ninjas fils de non-shinobis et ninjas de clans de shinobis; la route serait longue, mais qu'importe, le jeu en valait la chandelle. Et aujourd'hui encore, en apprenant cette technique, aux côtés de Yeijiro, il allait le démontrer une fois de plus. Mais pour faire, il manquait une chose essentielle à la formation de ce nouveau jutsu dévastateur. Des cobayes. Or, des cobayes prêt à mourir dans de telles circonstances, à part ceux d'Orochimaru, Yozo ne risquait pas d'en trouver des masses.

Évidemment, notre protagoniste n'avait pas été mis au pouvoir pour rien car sa réflexion le conduisit à avoir une idée ingénieuse, mêlant l'utile au pratique, l'agréable étant à vérifier par la suite. Il demanda par la suite à son camarade Yeijiro de le suivre en dehors du village. Il avait besoin pour trouver ses cobayes d'une zone éloigné des civils pour éviter les blessés inutiles. Quittant ainsi à pied le village de Konoha, le Hokage, accompagné d'un Jônin se dirigèrent vers la grande forêt qui surplombait le pays du feu. Le coéquipier du Hoshikuma semblait impatient, tant à l'idée de connaître la méthode d'entraînement du chef du village qu'à savoir également quels techniques ils allaient tous deux apprendre. Il paraissait normal pour quelqu'un d'en savoir plus sur un jutsu aux effets dévastateurs; serait-il de zone, à distance ou au corps à corps, ce qui serait assez improbable ? Pour le savoir, l'ancien membre de Taka allait devoir faire preuve de patience, la plus grande vertu du ninja, pour espérer avoir sa réponse.

Les minutes passèrent et les deux hommes quittèrent enfin toute trace de civilisation pour pénétrer dans un lieu envahi par la verdure. La forêt s'étendait sur des kilomètres à perte de vue, on arrivait à peine à se déplacer correctement tellement que les branches des arbres étaient nombreuses. Raison pour laquelle les deux choisirent de faire le trajet à pied, sans évoluer de branches en branches, afin de ne pas risquer de s'en manger une en pleine poire. Lorsque Yozo trouva son bonheur, il s'arrêta net et déclara à Yeijiro de rester silencieux. Puis, après avoir jeté deux trois coups d'oeil à travers la zone, il annonça à son camarade son programme.

    « Bon, tu vas m'attendre ici, j'en ai pas pour longtemps. Derrière ce mur végétal, il y a des imbéciles heureux qui se pensent capable de m'abattre, suite à mon retour. Mais je vais leur faire un cadeau avec une apparition qu'ils ne risquent pas d'oublier de si tôt ( du moins s'ils parviennent à rester vivant ... ). Ces déserteurs nous serviront de cobayes pour notre entraînement. Je ne vais pas prendre le risque de tester ma nouvelle technique sur toi ... En m'attendant, commence déjà à produire du chakra Doton dans ta main, en essayant de le visualiser mentalement comme une secousse, ça devrait t'aider pour apprendre ta technique. Bref, fait toi discret, j'y vais ! »
Craquant ses doigts dans un mouvement mécanique, le Hokage semblait déterminé à casser du Nukenin !



Nombre de Messages : 1013
Localisation : Hôpital psychiatrique de Konoha
Date d'inscription : 07/01/2011



Passeport Ninja
Grade: Genin
Points d'Expérience:
50/1000  (50/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Entraînement entre deux assassinats [ PV Yeijiro ]   Jeu 7 Avr - 13:58
Motivé de faire de ceux qui voulait sa mort des cobayes qui allaient la subir, Yozo venait tout juste à l'instant de laisser Yeijiro. Il avait confiance et cet homme, plus jeune que lui, qu'il avait pris sous son aile, en lui donnant une seconde vie, une nouvelle chance de redémarrer une vie plus paisible. L'ancien Galeinn avait toutes les cartes en main pour parvenir à recommencer une vraie vie. C'était un grand chanceux, heureux gagnant de la grande loterie de la destinée. Tandis qu'il était censé s'entraîner à la création de chakra de type Doton dans ses dextres, le Hoshikuma chargea sa main en chakra médical, formant un scalpel; il était destiné à sectionner ligaments, muscles et articulations susceptibles d'aider au mouvement adverse. De son autre main, il s'aida bien évidemment de celle chargé du chakra médical pour former une série de kanji pour former quatre cubes fortement concentrés en eau. Sortant brusquement des buissons, il aperçut trois déserteurs, dont l'un était assis sur un tronc en train de se reposer, l'autre de boire dans sa gourde et le dernier de flâner debout. A peine le premier à la gourde eut-il le temps de jeter sa gourde à terre pour tenter de prendre les armes que ce dernier reçut un kunaï dans la jambe, ce qui eut pour effet de le faire perdre de la hauteur, puis un second, fatal, dans le coeur. L'homme tomba au sol, n'ayant pu rien faire, si ce n'est de se contenter voir disparaître du monde des vivants à petit feu, son regard faiblissant rapidement à la vue de son propre sang coulant lentement. Les deux autres tentèrent d'appeler des renforts mais même avec l'intégralité de la bande, soit six nouveaux venus, ils ne pouvaient rien faire contre le Hokage.

En effet, Yozo n'hésita pas à utiliser deux de ses cubes d'eau pour former un étau se refermant sur deux déserteurs qui venaient tout juste d'arriver. Le choc fut aussi brutal que la mort des deux hommes fut courte, tant la force exercée par les deux corps aqueux fut importante. Après l'impact, les cubes d'eau cessèrent d'agir et stoppant leur suspension dans les airs, ils redevinrent une vulgaire flaque d'eau qui s'étala sur les pieds des Nuke-nins. Les truands en question, dont la mort injuste de leurs camarades les perturba fortement, chargèrent l'assaut en prenant les armes en direction de Yozo. Malgré la puissance et l'assurance dont faisait preuve le Hoshikuma, ce dernier reçut un shuriken qui lui ouvrit la joue gauche ainsi qu'un kunaï qui se planta dans sa cuisse. La riposte fut évidemment sans appel. Se jetant sur un premier déserteur, il donna de multiples coups à des points précis. Usant d'une précision chirurgicale, les bras du ninja se pliant et se mouvant avec une finesse incomparable. Dans le jargon, on appelait la combinaison de coup porté avec le scalpel de chakra par Yozo l'Odori no sasori, la danse du scorpion. Celui qui recevait cette rafale de sections de muscles très précises était contraint à des douleurs atroces et lorsque le hurlement du malfrat résonna dans l'immensité de la forêt, ce dernier semblait être victime du venin d'un scorpion, dont la piqûre annihilait toute chance de survie. Sortant son naginata, Yozo planta son trident dans le thorax de son adversaire qui était en train de se remettre à l'instant de son immense douleur. Son corps inerte tombant en arrière, le chef des ninjas de Konoha se servit du manche de son arme pour prendre un appui afin d'éviter les coups de kunaïs hostiles.

Il n'était déjà plus que quatre et Yozo se rappela à l'instant qu'il devait garder les corps intacts pour son " expérience ". Créant un clone explosif, il dirigea celui-ci vers les déserteurs étendus à terre en train d'agoniser pour les soigner mais aussi pour les immobiliser, via les techniques médicales, afin de les garder en vie et surtout sans risquer une nouvelle offensive de leur part. Pendant ce temps, le Hokage pouvait se farcir les autres. Fonçant sur eux avec son naginata, il se servit de sa vitesse amélioré afin de donner un coup de bâton circulaire autour des quatre derniers déserteurs. Évitant avec facilité, il ne se doutait pas qu'un coup d'estoc allait toucher au ventre l'un des leurs. Le coup, aussi vif qu'une guêpe se ruant sur sa cible pour lui planter son dard, fut puissant mais pas assez pour infliger suffisamment de dégâts pour que l'ennemi ne rejoigne ses camarades. Donnant un coup d'estoc en arrière avec le bout du bâton pour contrer l'attaque d'un assaillant qui tentait de l'attaquer dans son dos. Puis il prit son arme par le milieu et donna un coup horizontal pour faire écarter ses ennemis, avant de revenir à la charge. Une idée en tête, il insuffla du chakra médical dans ses trois lames et donna un coup d'estoc. Touché au bras, le déserteur tenta de donner un coup de poing en guise de contre mais il était trop tard. Le chakra Irou contenu dans la lame sectionna un tendon du bras, rendant impossible le mouvement de ce membre sans quoi une immense douleur alerterait la personne du contraire. Prenant son trident, notre protagoniste mit à terre le blessé d'un coup de bâton dans le dos, avant de lui donner un violent coup de pied dans les côtes, ce qui le dirigea rapidement sur les autres blessés qui venaient, pour deux d'entre eux, d'être revenus à un état stable, les deux autres étant définitivement foutus.

Seul trois vagabonds étaient encore debout face à Yozo. Eux qui s'étaient pensés fort en envahissant silencieusement le pays du feu, afin de se diriger une nuit sombre sur le village caché de Konoha afin de mettre un terme à l'existance de celui qui justement venait de mettre fin aux jours de plusieurs de leurs compagnons en deux temps trois mouvements. Ou comment le voleur se fait voler en quelque sorte. Il restait encore suffisamment de chakra au Hokage pour en finir avec les derniers Nukenins et cela se voit au regard déterminé qu'il affichait dans un visage impassible. Sortant de sa poche un kunaï, il planta son naginata au sol et usant de sa vitesse phénoménale, il se faufila rapidement derrière un des trois hommes. Vêtu d'un pantalon de toile, le Rokudaïme Hokage jeta un coup d'oeil sur le gilet de cuir du déserteur avant d'asséner un coup de pied dans les mollets, ce qui eux pour effet de faire tomber mais sa chute fut nettement stoppé par le kunaï qui se planta dans son ventre. Un coup de coude, suivi du retirement de l'arme, ajouté d'un coup de genou en plein sur la blessure suffit à faire sombrer définitivement l'homme dans l'inconscient. Il s'évanouit et son corps fut amené d'un coup de pied vers ses autres camarades qui comme lui allaient finir en cobaye.

Effrayé par tant de force, les deux derniers déserteurs restant décidèrent de s'enfuirent. Voyant qu'ils courraient à leur perte en essayant de lutter contre le Hokage, ils abandonnèrent sans scrupule leurs compagnons dont le sort était désormais entre les mains du ninja médecin qui allait se servir d'eux comme de cobayes. Une décision assez lâche que Yozo accepta sans broncher. Après tout, il avait assez de corps pour commencer l'apprentissage de sa nouvelle technique. Ne pouvant rentrer au village comme un pèlerin se baladant avec des corps à moitié meurtri, il déçida de s'installer ici. Laissant son clone finir les derniers soins, il quitta le petit camp de fortune pour retrouver Yeijiro afin de l'amener dans le camp pour l'aider à poursuivre son entraînement. Depuis le temps, le Jônin spécial de Konoha avait certainement déjà fini de malaxer son chakra de la terre dans sa paume. Pourtant, lorsque Yozo sortit des buissons afin de trouver son camarade, il ne le trouva pas. Au début, il pensait qu'il était parti pour se soulager dans un coin, mais en cherchant mieux, il se rendit compte que son camarade avait finalement mis les voiles. Le Hokage soupira un coup, mais oublia rapidement ce détail. Peut-être avait-il à faire ailleurs, dans ce cas Yozo comprendrait. Après tout, il avait pris Yeijiro uniquement pour l'aider à ramener les cobayes, mais maintenant qu'il était seul, notre protagoniste fut obligé de poursuivre l'apprentissage de Tenjin dans le campement des Nukenins. Tenjin, c'était le nom de sa fameuse technique qu'il entreprenait tant d'apprendre. Il l'avait choisi sur un coup de tête, car attribuer son effet dévastateur à une divinité ne pouvait rendre sa technique que plus radieuse.

______________

Des cris d'horreur résonnent à travers tout le bois. Un homme gémit d'une douleur qu'il engendre paradoxalement lui-même. Le soleil se couche, dans un mouvement homologue aux paupières du blessé qui ne tarderont pas à se refermer pour l'éternité. Au sein des gémissements se dessine un sourire, une expression de soulagement qu'affiche le Rokudaïme Hokage. Ses mains tâchés de sang, il admire avec succès la réussite de sa technique. Sur les quatre cobayes, seul un seul est resté en vie. Le troisième s'écroulant par terre, son sang se déversa sur la terre qui se rougit de honte. Le mort, le torse ouvert, la cage thoracique arraché avec une violence chirurgicale, avait l'intestin qui avait disparu. Un tel organe aussi long de plusieurs dizaine de mètre ne pouvait disparaître comme ça. Et pourtant, il était évident que ce vide au sein du corps de l'homme ne pouvait être du qu'à une technique médicale de très haut niveau. Tenjin, arcane médicale de Hoshikuma Yozo, venait littéralement de détruire l'intestin de l'homme. Diffusant une quantité colossale de chakra, ce dernier dérégla l'organisme intestinal du pauvre homme et ce dernier s'autodétruisit tout seul. Les cellules de l'intestin furent dotés d'une nouvelle capacité leur permettant d'attaquer des organismes étrangers mais furent obligé de se détruire, la dose de chakra leur donnant cette caractéristique faisant d'eux des corps hostiles.

Ainsi, tous les vaisseaux de cet organe furent détruits, ainsi que les nerfs, donnant au Nukenin une immense et atroce douleur suivie d'hémorragies internes très sévères. Autant dire que l'ampleur de la technique était à la hauteur des attentes de Yozo. En même temps, il était aisé d'apprendre une telle technique avec des cobayes ne pouvant riposter à ces expériences digne d'un film d'horreur, surtout lorsqu'on passe trois jours avec un médecin connaissant toutes les méthodes d'anesthésie possible. Se nettoyant les mains salies par le sang indigne du déserteur décédé, le Hokage effaça toutes traces de son passage et rentra au village, une nouvelle technique d'une puissance inédite en sa poche ...

[ Expérience utilisée : Yeijiro - 49 XP ; Yozo - 1 XP ]
Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: Entraînement entre deux assassinats [ PV Yeijiro ]   
 

Entraînement entre deux assassinats [ PV Yeijiro ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Hi no Kuni - Konoha Gakure no Satô-