« Ceux qui ne respectent pas les règles sont considérés comme des moins que rien mais ceux qui abandonnent leurs amis sont encore pires. »
 

 Mission de rang C : Escorte jusqu'à la terre des souvenirs [Partie 1]

Nanadaïme Hokage
Nanadaïme Hokage



Nombre de Messages : 265
Localisation : Tour du Hokage
Nindô : Je rendrai la bonne définition du mot justice à ce monde...
Date d'inscription : 14/12/2011



Passeport Ninja
Grade: Kage
Points d'Expérience:
122/1000  (122/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Mission de rang C : Escorte jusqu'à la terre des souvenirs [Partie 1]   Mer 12 Sep - 10:07
En me promenant dans les ruelles du village caché des feuilles et en observant le comportant de maintes et maintes personnes, j'en suis arrivé à me poser des questions quasi-existentielles sur ma vie ou sur l'Homme en général. Si une fois je me suis adonné au plaisir de philosopher sur la place des Hommes dans ce bas-monde, aujourd'hui une autre interrogation m'est venue à l'esprit et cette fois je vais sans doute avoir plus de mal à y répondre. J'ai pu percevoir chez plusieurs personnes que leurs liens leur causait du tort, j'ai essayé tant bien que mal de les consoler au cours de ma balade mais visiblement, le plus grand des réconfort ne comblerait pas le manque d'un lien brisé ou effacé alors pourquoi est-ce que depuis la nuit des temps, personne n'ait pensé à rendre tout le monde rationnel ? N'agir que dans un intérêt public et naturel car oui, rien dans le monde extérieur n'est irrationnel, tout fonctionne sous forme de chaîne ou de cycle inébranlable, les animaux ne connaissent pas les sentiments, ils font ce qui leur est demandé depuis leur arrivée sur Terre or...Les Hommes sont des animaux, ne devrions-nous pas agir de la sorte ?

Prôner la justice, éradiquer toute forme de sentiments n'est-ce pas préférable dans ce monde où nous courrons après une solution irréelle mais en qui tous les gens croient fortement : la paix durable. Tant autrefois je me suis laissé séduire par les paroles que je croyais vraies en écoutant les discours de ces orateurs charismatiques, aujourd'hui je me retrouve à un stade où je préfère me laisser convaincre que persuader ? Ne voyez-vous pas la différence cher ami ? Pourtant pour moi elle est presque évidente, moi qui ai été berné par bon nombre de personnes en qui j'avais foi. Que suis-je censé devenir à part une machine à tuer dans cet univers, il n'y a aucune issue pour les gens comme moi ! C'est pour ça que j'aimerais changer les choses, rendre les gens logiques pour le bien et la sécurité de tous, éliminer jusqu'à la dernière n'importe quelle injustice. Mais soit, apparemment je ne suis pas prêt de mettre en oeuvre mes plans puisqu'une mission de rang C m'a été confiée.

Comme d'habitude, ce n'est rien de très exceptionnel que l'on me demande de faire, la tache semble paraître banale mais à vrai dire, elle me met en rage plus qu'autre chose. Accompagner un enfant jusqu'au pays de la terre peut être anodin pour un Shinobi de mon rang mais il semblerait que l'Hokage actuel ne soit pas au courant de mon lourd vécu. Il y a bien longtemps que je n'ai plus remis les pieds dans mon village "natal" en quelque sorte et je ne souhaitais jamais y retourner, malheureusement le destin semble en avoir décidé autrement, qui sait, peut-être que j'arriverais à m'enfoncer dans le territoire sans être pris de spasmes relatant mes douloureux souvenirs. Quoiqu'il en soit, il faut que j'aille chercher ce stupide gamin pour ne pas dire autre chose, encore un fils de famille plus qu'aisée qui croit qu'avec l'argent tout est gagné même en temps de guerre. Toute cette histoire me fait bien rire, s'il croit que les mercenaires engagés par l'Akatsuki peuvent l'épargner sous prétexte qu'il a de l'argent, il se met le doigt dans l'oeil.

« JE VEUX UNE GLACE TOUT DE SUITE ! SI TU NE FAIS RIEN POUR M'AIDER JE LE DIRAI A MON PERE ET TU SERAS VIRE !
- Mais...Kouno-kun, il fait froid, personne ne vend de glace par un temps pareil !
»

Je m'approche vers la zone bruyante où j'entends encore de nombreux cris éparses, d'autres caprices du garçon j'imagine mais je fais abstraction de tout ça, sachant pertinemment que m'énerver avec mon futur client ne fera guère avancer les choses. La main placée dans mes cheveux hirsutes - assez mal peignés par la même occasion - je fais enfin cesser la dispute naissante entre les deux antagonistes dans le but de me présenter.

« Bonjour messieurs, je suis Kanashimi Atotsugi, le Shinobi chargé d'accompagner le petit Kouno...
- Je n'suis pas petit ! Je m'appelle Kouno Mizugachi et plus tard, je serai tellement riche que tous les Shinobis seront sous mes ordres !
- Comme tu veux mais pour l'instant, il est préférable qu'on parte à moins que tu ne veuilles finalement pas voir Iwa.
- J'arrive de suite Kana-Kanashimi-san.
»

Une vraie pile électrique ce type, il va vraiment falloir que je sois patient sinon je risque de le tuer avant d'arriver à mi-chemin. Je pousse un long soupir alors qu'il prend avec lui son sac à dos, laissant son larbin vaquer à ses occupations il s'avance vers moi et entame le pas avec un air surexcité. De toute manière, il est évident qu'à ce rythme il ne pourra plus marcher d'ici deux ou trois heures, arrivés sur les sentiers de la route Nord il est assez peu probable qu'il ait assez d'énergie pour continuer la route. Je marche donc d'un pas serein alors qu'il parle dans le vide puisque je n'écoute pas un mot de ce qu'il me raconte, ça ne me concerne pas et ça m'intéresse encore moins. Les mains dans les poches, je préfère rester attentifs aux bruits créés par le vent, je constate alors que nos oiseaux sont partis vers d'autres contrées, laissant les Hommes guerroyer à leur guise.

Les feuilles tombent, le soleil se couche et nous marchons toujours deux heures après notre départ, il tient finalement plus le coup que je ne le pensais, voyons voir combien de temps il peut garder ce rythme avant de succomber à la tentation de la pause. De toute manière, je compte stopper notre route une fois le soleil presque totalement parti, il faudra à ce moment là préparer un abri pour la nuit, la zone n'est pas affectée par le conflit mondial mais rencontrer des animaux sauvages n'est pas à exclure dans les forêts du pays du feu, des loups affamés pourraient nous causer du tort. Dix minutes plus tard, je vois Kouno ralentir, il ne va pas tarder à se plaindre, je ne le connais pas mais en général j'ai une bonne intuition pour ce genre de choses. Je le savais, quelques temps après en effet :

« Quand est-ce qu'on s'arrête ? J'ai mal aux jambes et je dois faire pipi !
- Eh bien fais derrière un arbre, pendant ce temps je vais chercher de quoi nous construire un abri.
- QUOI ?! Derrière un arbre ? Mais tu es fou ! Où est l'hôtel le plus proche, je refuse de dormir et faire mes besoins par terre !
- Il va falloir t'y faire, nous avons encore trois jours et demi de voyage minimum si personne ne vient nous importuner entre temps, estime toi heureux que le Hokage ait accepté la requête de ton père en temps de guerre.
»

Une fois les règles de vie posées, il finit par céder et part dans un coin pour faire la petite commission tandis que moi je tente de trouver du matériel pour construire de quoi nous protéger des éventuelles intempéries et attaques d'animaux sauvages quand je me rends soudainement compte que j'y ai peut-être été un peu fort avec lui, changer radicalement d'un milieu de vie luxueux à un autre qui est on ne peut plus rudimentaire doit certainement être un sacré choc. J'essaie de trouver une solution quand tout à coup, une idée lumineuse me vient à l'esprit, je me souviens de cette fille qui m'a sauvé à deux reprises et par dessus tout, m'a fait réaliser à quel point je suis passé à côté de beaucoup de bons moments à cause de ma rancoeur, Miya-chan m'accueillera t-elle une nuit de plus ?

- Fin de la partie 1 -
 

Mission de rang C : Escorte jusqu'à la terre des souvenirs [Partie 1]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Hi no Kuni - Konoha Gakure no Satô-