« Ceux qui ne respectent pas les règles sont considérés comme des moins que rien mais ceux qui abandonnent leurs amis sont encore pires. »
 

 Sur les traces d'un passé

Nanadaïme Hokage
Nanadaïme Hokage



Nombre de Messages : 265
Localisation : Tour du Hokage
Nindô : Je rendrai la bonne définition du mot justice à ce monde...
Date d'inscription : 14/12/2011



Passeport Ninja
Grade: Kage
Points d'Expérience:
122/1000  (122/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Sur les traces d'un passé    Mer 25 Juil - 14:35
Mon voyage a Suna n'a pas été un simple parcours de santé pour me remettre en forme avant d'attaquer les missions, non en réalité si j'étais de passage au village caché du sable c'est parce qu'en premier lieu, j'avais besoin de renouer avec mon douloureux passer et de pardonner à tous ceux qui m'ont fait mal. Je sais que ça peut paraître relativement stupide, mais ma récente métamorphose due à ma rencontre avec Miya-chan à Konoha m'a fait prendre conscience que même moi, l'héritier de la tristesse, je ne peux continuer à vivre avec autant de haine et de rancune envers certaines personnes. Beaucoup des gens que j'ai détesté sont morts désormais, il faut dire que la plupart étaient des Shinobis et la plupart ont eu le malheur de me recroiser quelques temps plus tard, à l'époque où je pensais que la haine me permettrait de faire évoluer mon âme, de la rendre plus stable et d'oublier que j'étais moi aussi un homme.

Par sa force mentale et son esprit combatif qui l'a forcé à ne jamais abandonner malgré le fait que je lui ai jadis brisé ses rêves, Miya m'a prouvé qu'elle m'a pardonné et que cette attitude ne peut que m'être bénéfique. Je me suis donc directement lancé sur les traces de mon passé malgré la guerre qui m'empêche de me déplacer librement, mais ces derniers temps il faut dire que tout s'est calmé, j'ai entendu dire qu'Iwa a été tenu en échec par Akatsuki et qu'à Kiri les dernières batailles sont sur le point de prendre fin. Suna Gakure No Satô, lorsque j'ai revu ces murs ensablés je me suis demandé si je devais être triste ou content de ne plus être le pauvre garçon abandonné de l'époque. Je voudrais tellement tout recommencer avec tout ce que je sais maintenant, jamais je n'aurais tué mes parents plus tard si ma colère et ma rancoeur n'avaient pas été aussi fortes...

Flash Back

Marchant au milieu des dunes, un petit garçon avance en pleurant, il est presque squelettique du fait qu'il n'a pas mangé depuis plusieurs semaines et pourtant, tout le monde fait mine de ne pas le voir. Un passé et un avenir désastreux, c'est ce qui est réservé pour Kanashimi Atotsugi, le dit héritier de la tristesse, à son jeune âge il porte déjà le fardeau d'un vieillard, celui de la solitude la plus noire. Ignoré de la plupart des gens, il aurait tout fait pour n'être que regardé, il n'est qu'un enfant après tout. Jamais il n'aurait souhaité que l'univers, le monde qu'il avait bâti disparaisse, malgré tout il avait aimé sa grand-mère. Elle était violente avec lui, c'était un fait, mais au fond elle représentait la seule attache qu'il n'avait jamais eu, l'un des seuls liens qu'il possédait même si ce n'était que de la haine. Qu'avait-il à présent ? Rien...Ni toit, ni espoir et encore moins une personne à ses côtés, il n'était rien d'autre qu'un gamin errant parmi tant d'autres.

Ô mélancolie quand tu nous tiens, c'est sous cette lumière douce, par une nuit froide, alors que la lune le darde de ses rayons d'argent que ce garçon rejeté de tous tente quand même de vivre, alors qu'aucune raison ne l'y pousse. Il y a bien longtemps qu'un sourire a animé son visage, désormais il n'a que les yeux pour se lamenter et le coeur pour haïr. Supportant tous les pêchés de la terre, cet enfant doit assumer le fardeau de sa destinée, il est l'héritier de la tristesse depuis que ses géniteurs l'ont baptisé par ce nom un funeste jour il y a plus de sept ans maintenant. Sa main sur le coeur, il se jura d'éliminer toute entité qui lui a un jour fait du mal, toute chose qui l'a un jour humilié ou trahi. Nul homme ne peut supporter éternellement la solitude, Kanashimi Atotsugi la cherchait pourtant, alors que ce monde rongé par le vice semblait en paix, un être souffrait dans ce paysage chaotique.

Un hurlement dans la nuit, un cri démentiel, c'est ainsi que l'on pourrait qualifier l'appel au désespoir de notre protagoniste si toutefois un son aurait pu sortir de sa bouche. Mais seules les larmes coulaient le long de son visage amaigri par les récents évènements. Ses yeux rougis par les pleurs, on pourrait désormais le confondre avec un démon, il n'a que sept ans mais a déjà endossé la douleur que beaucoup d'hommes ne connaîtront jamais même lorsqu'ils atteindront l'âge mûr. Seul au monde, c'est ce que ressent effectivement le garçonnet aux cheveux noirs ébènes, alors que le vent nocturne vient fouetter son visage blafard, ses larmes ont disparu. Il continue d'avancer, la main sur son coeur noirci par les sentiments plus sombres que le noir, le gamin a foi en la vie sans pour autant croire encore en la race humaine.

La réussite de la destinée d'un homme se juge par les actes qu'il a commis de son vivant, Kanashimi ne pourra alors mourir en paix que lorsqu'il aura accepté sa place dans ce bas monde, celui de raclures telles que les Shinobis qui suivent aveuglément les ordres reçus sans prendre sur leur conscience la gravité de leurs actes. Si aujourd'hui les adultes ne peuvent percevoir le cercle chaotique dans lequel ils se sont engagé, on ne peut que espérer que la nouvelle génération en prennent conscience avant de répéter la même erreur. Notre héros a été victime des injustices de notre monde, quelle sera sa réponse finale quant la solution pour un monde en paix ? Car tout le monde le désire secrètement, cette planète utopique où il fait bon vivre, mais aucun de nous ne fait des efforts pour y parvenir. Notre histoire au départ si différent, devient alors tellement similaire sur les derniers instants, les regrets et les remords font surface mais il est trop tard pour agir.

Quel homme redonnera la vue à tous ces hommes et ces femmes aveuglés par leurs aspirations diverses ? L'héritier de la tristesse voulait être ce brave type, mais quel chemin empruntera-t-il pour parvenir à son objectif ? Il essuya définitivement ses larmes car un homme ne pleure pas, il prit son destin en main et regarde les étoiles scintillantes dans le ciel, la vie lui offrira-t-elle une seconde chance ? Au loin, le garçon parvint à apercevoir les remparts du village caché du sable, il avait faim et soif...Malgré ses promesses, il va être obligé de se rabaisser une nouvelle fois et mendier. Beaucoup le croyaient mort, certains pensaient qu'il était vivant, aucun n'a tort...L'enveloppe charnelle est là, mais l'âme a totalement disparue.

Fin du Flash Back

Encore aujourd'hui ces souvenirs font mal, mais j'ai appris à les accepter, ils font partie de mon histoire et je ne peux oublier mon passé, je dois simplement l'assumer sans totalement le pousser à en faire ma raison de vivre. Aujourd'hui je vis pour un futur plus juste, mais j'ai quitté pour toujours la voie de la haine, je ne veux plus me laisser aveugler et endoctriner par les beaux parleurs, un jour je défierai Madara...Et si je meurs, ce sera avec honneur, j'aurais porté jusqu'à la toute fin le fardeau qui est mien. Mais contrairement aux autres jours, je ne peux me permettre de continuer à imaginer ma mort, je dois me focaliser sur ma vie, je suis encore loin de rendre l'âme car j'ai trouvé des choses à protéger. Miya-chan, Konoha Gakure No Satô, Zuko, Shi...Je tiens à chacun d'eux et je ne peux que les remercier, grâce à tous ces gens...J'ai pu renaître pour la troisième fois.

_________________

J'ai connu les ténèbres assez longtemps pour guider mon village vers la lumière, en tant que septième Hokage j'accomplirai mon devoir et protégerai mon peuple.
Nanadaïme Hokage
Nanadaïme Hokage



Nombre de Messages : 265
Localisation : Tour du Hokage
Nindô : Je rendrai la bonne définition du mot justice à ce monde...
Date d'inscription : 14/12/2011



Passeport Ninja
Grade: Kage
Points d'Expérience:
122/1000  (122/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Sur les traces d'un passé    Jeu 23 Aoû - 8:07
Je ferme les yeux sur les remparts éclairés par la lune, il y a peu de monde pour protéger cet endroit alors que nous sommes en temps de guerre, certes Suna n'est pas la cible principale de l'Akatsuki mais le Kazekage devrait tout de même être plus vigilant. Aux alentours, je détecte la présence de trois Shino bis plus ou moins puissants mais je crains que si un membre de la lune rouge arrive sur ces terres, trois hommes n'auraient pas une seule chance face à l'un d'eux. J'ai longtemps étudié leur art de combattre, j'ai tant de fois essayé de me mettre à leur niveau et pourtant, malgré le fait que je sois devenu un Jônin à Konoha, je ne suis pas arrivé à la cheville de ceux qui portent le manteau noir aux nuages rouges. Ce sentiment d'impuissance, je l'ai pris comme une force et j'ai continué d'avancer pour réussir à battre mes supérieurs lors d'entraînements mais à chaque fois je mordais la poussière. Quelle est l'utilité de progresser et de résister si on ne parvient finalement pas à remplir notre unique objectif ? Je me le suis demandé pendant une bonne partie de ma vie, mais aujourd'hui je comprends.

L'échec est une chose qui me rend malade, l'homme masqué m'a transmis ce dégoût de la défaite...C'est peut-être une des seules choses bien qu'il ait fait de sa vie, depuis je n'ai vécu que pour vaincre, j'exécrais les faibles et j'ai même conduit un adolescent au suicide en lui faisant comprendre que sa vie était raté car il n'était qu'un boulet. Je ne ressens rien, pas même maintenant, j'ai comme l'impression que mon coeur est vide de toute émotion et que des choses comme la compassion sont irréelles, elles ne font pas partie du même monde que moi. Ce n'est pas faute d'avoir essayé pourtant, mais ça serait mentir de dire qu'une partie de mon âme est morte progressivement lorsque j'étais à la solde de la lune rouge. Je l'ai rencontrée lorsque je suis tombé dans mon coma, nous ne nous sommes pas parlé mais j'ai compris que cette partie de mon âme me haïssait, elle m'a montré tout ce que je lui ai fait subir au point qu'elle décède peu à peu.

Je devrais peut-être avoir mauvaise conscience et partir à la recherche de ce que j'ai perdu, mais je crains qu'il ne soit trop tard...Je ne peux plus revenir en arrière et tout effacer, la mort d'Atewashi, ma fuite d'Iwa, mon périple au milieu des dunes ainsi que tous les meurtres que j'ai commis pour plaire à mon maître. Des scènes traumatisantes pour n'importe quel humain normalement constitué, c'est tout ce qu'il me reste, je peinerais à appeler ceci des souvenirs quand je les mesure à ceux de mes compagnons d'armes du village caché des feuilles. Eux me racontent souvent des excursions en famille ou d'autres choses, jamais je n'aurais pensé qu'un Shinobi puisse être un humain...Jusqu'à ce que je rencontre Miya. Mais il est vrai que j'ai eu droit à un lot de misère qui a fait que ma confiance en les gens s'atténue pour peu à peu disparaître, hmpf...

- Un instant de réconfort -

Le garçon a enfin atteint le village caché du sable, ses larmes ont séché mais son coeur reste brisé, tout le monde passe à côté de lui et l'ignore comme si la solitude et la souffrance se transmettait comme la peste. Une main sur l'estomac, notre protagoniste peine à crier famine, sale, il tend la main dans l'espoir qu'un passant ait pitié de lui et lui donne ne serait-ce qu'une pièce. Pourquoi est-ce qu'il ne veut pas mourir s'il se sent si mal-aimé par les autres ? Cette vie n'est-elle pas du gâchis si son propriétaire n'en profite pas ? Kanashimi ne pense pas ainsi, il n'a qu'un seul objectif : la vengeance et il serait prêt à tout pour parvenir à ses fins. Vraiment tout, quitte à vendre son âme au diable, il s'était promis de tuer autant de personnes qu'il le faudra pour retrouver ses parents...et leur expliquer tout ce qu'il a sur le coeur. Sous le soleil de plomb, le coeur de l'enfant saigne, son corps d'affaiblit et sa conscience le quitte, vidé de ses forces, il finit par s'endormir.

Chaque rêve a une fin, est-ce la mort qui l'accueille à son réveil ? Une lueur blanchâtre irrite ses yeux lorsqu'il les ouvre brusquement après un long passage dans les bras de Morphée, le fuyard regarde le décor de lui avec un air alarmé, il ne se rappelle pas être déjà venu ici. Il essaie de se lever mais il est encore trop faible, il grimace en tenant ses côtes, la sensation de toucher ses os lui rappelant à quel point il est maigre. Après une dizaine de minute, ses yeux finissent par s'adapter au contraste imposé dans la pièce, il peut désormais distinguer une petite fenêtre à sa droite ainsi qu'un verre d'eau posé sur la table de chevet. L'héritier de la tristesse remarque alors qu'il n'est pas vêtu comme au moment où il s'est effondré dans la rue alors qu'il faisait la manche, ses habits sont beaucoup plus propres...Qui a pu faire ça pour lui ?

Une porte s'ouvre, Kanashimi prend peur et se colle contre la couverture fine comme si elle servirait de barrière entre son futur interlocuteur et lui. C'est un homme de taille assez imposante, un mètre quatre-vingt cinq au moins et des épaules plutôt larges, par dessus son corps musclé sculpté par l'entraînant, le jeune homme a endossé l'uniforme - ou gilet - traditionnel des gradés de Suna. Ses yeux bleus azur resplendissent de mille feux tandis que ses cheveux bruns coiffés en bataille montrent clairement la négligence dont fait preuve le Shinobi envers son apparence. L'Atotsugi, soulagé qu'une nouvelle attaque ne s'abatte pas sur lui relâche soudainement la couverture tandis que le Ninja confirmé se gratte la tête nerveusement comme s'il ne savait pas quoi dire. Tant mieux songe notre jeune héros, il n'est pas vraiment d'humeur à parler même si ça va mieux pour le moment.

- Fin du Flash Back -

Ainsi est né mon lien avec Akito, il est presque inexplicable...Nous, deux personnes d'âge assez différents, nous nous sommes compris dès le début et la seule chose que je peux dire sur la raison de notre amitié est "Parce que c'était moi, parce que c'était lui". Il n'y a rien de plus, quand deux coeurs battent à l'unisson nous ne pouvons expliquer ce que nous trouvons de bien à ce sentiment. Sentiment, émotion, deux choses que je ne comprendrai certainement jamais puisque j'ai juré de les éradiquer du plus profond de mon être, j'ai des bribes de souvenirs mais j'ignore ce que j'ai pu ressentir lorsque j'étais avec Akito, du bien-être sans doute...Comme lorsqu'on se rend à la source d'eau chaude, on éprouve du plaisir, j'imagine que c'est ce qu'on ressent lorsqu'on est avec un ami. Madara ne m'a inculqué que la haine, je ne peux définir d'autres choses, c'est comme si mon cerveau refuse de me laisser libre de mes actes. C'est confus je sais, mais tout ce que je ressens depuis quelques temps l'est également alors je me résigne à partager tout ça avec vous...Promis, je vais essayer de changer.

_________________

J'ai connu les ténèbres assez longtemps pour guider mon village vers la lumière, en tant que septième Hokage j'accomplirai mon devoir et protégerai mon peuple.
 

Sur les traces d'un passé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Kaze no Kuni - Suna Gakure no Satô :: Remparts-