« Ceux qui ne respectent pas les règles sont considérés comme des moins que rien mais ceux qui abandonnent leurs amis sont encore pires. »
 

 Cette nuit là [Flash Back]

Konoha no Shinobi
Konoha no Shinobi



Nombre de Messages : 89
Date d'inscription : 28/06/2012



Passeport Ninja
Grade: Genin
Points d'Expérience:
50/1000  (50/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Cette nuit là [Flash Back]   Mer 4 Juil - 5:31
Je me souviens d'une nuit particulièrement venteuse, après avoir parlé à Père j'avais quitté la partie Est du domaine appartenant à notre clan pour me rendre dans mon appartement situé dans les quartiers Nord, là où sont regroupés tous les ratés du clan, ceux que la famille a honte de montrer. Aujourd'hui bien sûr, j'ai rejoint les dits "élites" et c'est là que j'ai commencé à comprendre ce qu'était réellement mon clan, juste une horde d'hypocrites léchant les bottes de ceux qui détiennent le pouvoir de les faire continuer de vivre. Ma soeur, j'ignore en maintenant si elle connaissait tous les membres de la lignée Ryuuseigun, je ne pense pas qu'elle ait été mise en contact avec les "vauriens" comme mon père les appelait. Izue vivait en effet dans un coin assez reculé du domaine, près de l'ancien temple de prières où elle pouvait développer librement ses capacités.

Je m'y suis rendu en ce jour même, car j'ai encore beaucoup de questions...Sur elle, sur moi, sur père, sur le clan, sur le village, sur le pays, et même sur la vie. En fait, je me demande plus exactement, cette guerre qui a lieu à l'extérieur de ces murs, dans quel but est-elle menée ? Je ne suis encore qu'un simple aspirant, de plus je n'ai acquis mes pouvoirs que très récemment, j'ai donc été contraint d'être mis à l'écart sur ce plan là. Et puis, je n'ai pas beaucoup de temps pour m'occuper des affaires des autres, j'ai déjà d'assez importants problèmes concernant ma vie quotidienne en tant que Shinobi. La solution que j'ai trouvé est certes efficace, mais faire continuellement ce geste me brise le coeur. Je ne sais pas pourquoi, Père m'avait pourtant appris à la haïr mais les quelques années passées avec elle pendant l'enfance font que jamais je ne pourrai la détester.

Pourtant, je l'ai tuée allez vous me dire...Mais je sais que c'est ce qu'elle aurait voulu, pour le bien de son frère aîné. Et puis, ce n'est pas comme si elle a définitivement disparu, elle vit en moi, son sang coule dans mes veines et fait battre mon coeur, elle et moi ne faisons qu'un. Quand je suis entre ces murs, je ne me sens aucunement coupable d'avoir commis ce meurtre, je suis assis sur son lit...Silencieux, je contemple encore le plafond ou le parquet selon mes envies et je ressens comme une sorte de bien être, ce doit être elle qui me parle et qui me transmet ce sentiment. Ma soeur, c'est la dernière personne pour laquelle je ressens quelque chose...Autrement, je n'agis que pour mon intérêt mais quand il s'agit d'Izue, je me radoucis immédiatement.

Oui, cette nuit là j'ai pénétré dans sa chambre silencieusement, elle s'est retournée vivement comme le ferait toute bonne kunoïchi, elle m'a fixé, est restée bouche-bée avant de me sourire, je pense qu'elle avait compris qui j'étais. Tous deux nous ressemblions énormément, nos cheveux étaient de la même teintes, nous avions les mêmes traits dans le visage et faisons plus ou moins la même taille. Elle s'est approchée de moi, pour m'étreindre une dernière fois et malgré le fait qu'elle m'ait entendue et vue dégainer mon katana, elle m'a serré encore plus fort, comme pour me donner son accord. Je suis resté longtemps dans ses bras, mes yeux ne reflétant quasi aucune émotion dominante malgré ma confusion interne. J'avais abaissé mon sabre où elle s'était empalée, elle cracha quelques gerbes de sang avec son éternel sourire, acceptant la mort avec les bras ouverts.

« Grand frère...Je... »

Nous étions si proches, un seul regard suffisait pour nous comprendre, ça avait toujours été comme ça entre nous. Après tout, nos souffrances avaient la même origine : notre père nous avait fait endurer des douleurs autant physiques de psychologiques...Satake Ryuuseigun était un beau salaud malgré tous les honneurs qu'il avait récolté. Cette nuit là, deux étoiles tombèrent du ciel, car après avoir assassiné ma soeur, j'avais besoin d'une compensation pour rattraper mon acte. J'ai longtemps travaillé en filtrant son sang et en suivant les instructions griffonnées sur un bout de parchemin. Au bout de trois heures, je suis parvenu à achever mon expérience, tout ce qui m'intéressait à cet instant, c'était de tester mes pouvoirs.

Laissant le corps serein d'Izue reposer sur mon lit, je fermai la porte coulissante de ma chambre en faisant bien attention à ne pas laisser la moindre trace. J'avais rapidement rejoint l'espace Est du domaine et, connaissant bien la structure des bâtiments, je suis entré par la cour arrière. Mère était absente ce soir là, il n'y avait donc que lui...Endormi comme un ours au milieu de la chambre conjugale. Je ne me souviens plus bien de ce qu'il s'est passé à cet instant là mais ma haine s'était apparemment combinée avec celle d'une autre personne, mes veines palpitaient au fur et à mesure que je m'approchais du corps affalé de mon géniteur...Que dis-je, de notre géniteur. Cette sensation, c'était Izue qui me poussait à le faire, j'en suis sûr.

Ses yeux s'ouvrirent soudainement, mais je ne lui avais pas laissé le temps de réagir, la dernière chose qu'il pu voir avant de mourir, ce fut le visage du fils qu'il avait toujours répugné, ce visage devenu froid et inexpressif par sa faute. Ma main s'était alors posée sur son front, mon organisme lui envoyant des ondes électriques qui lui avaient parcouru le corps comme un frisson à la puissance mille. Un cri dans la nuit, c'est tout ce dont les membres du clan se rappellent, mais ils n'étaient pas arrivés assez tôt pour me voir dans cet état pitoyable. Après une première utilisation abusive de mes pouvoirs, j'avais perdu toutes mes forces...Je m'étais écroulé à terre, haletant, en pensant que Père m'emmenait en Enfer avec lui finalement.

Cependant une voix avait résonné dans ma tête, c'était le doux timbre de voix d'Izue qui m'avait redonné le courage pour me lever et fuir, avant que les autres n'arrivent. J'étais alors très faible, titubant dans les zones secrètes du domaine pour éviter de croiser une horde de fous furieux faisant partie du clan Ryuuseigun. Mon regard s'était dirigé vers le ciel parsemé d'étoiles, l'une d'elle tomba, mon père. J'avais rejoint mes quartiers tant bien que mal, tout le monde dormait encore là-bas...J'en avais profité pour rentrer dans ma chambre, fermer la porte et prendre la première seringue venue. Je n'avais pas pris la peine de la désinfecter, je m'étais directement injecté ce liquide devenu ma drogue depuis une heure maintenant...Le sang de ma soeur, mon outil de survie.

Ai-je honte maintenant de vous narrer la triste vérité ? Je devrais peut-être, mais devenu inhumain je ne réfléchis plus, je pense et agis rationnellement, sans me soucier de ce qui peut choquer. En ce jour d'été, je lustre mon sabre au bord de l'eau comme une personne normale le ferait. Je ferme les yeux puis les rouvre, en imaginant un futur différent, en faisant comme si ma soeur était à mes côté, sa tête posée sur mon épaule, les pieds dans l'eau entrain de rire aux éclats. Père, qu'avez-vous fait de nous ? Je sers le poing comme si une main invisible me retenait, cherchant dans l'irréel une utopie que je souhaiterais mienne...
 

Cette nuit là [Flash Back]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Mizu no Kuni - Kiri Gakure no Satô :: Archipel de Mizu no Kuni-