« Ceux qui ne respectent pas les règles sont considérés comme des moins que rien mais ceux qui abandonnent leurs amis sont encore pires. »
 

 C - Disparu [PV. Edya]




Nombre de Messages : 131
Localisation : Dôjo du clan Ryûmôsei
Nindô : Les Hérétiques sombreront dans la Nuit éternelle.
Date d'inscription : 08/08/2011



Passeport Ninja
Grade: Chûnin
Points d'Expérience:
90/1000  (90/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: C - Disparu [PV. Edya]   Mar 23 Aoû - 21:27
    — Vous êtes vraiment sûr ?
    — Sûr et certain. Il n'y a aucune erreur sur le document, vous serez assigné avec la personne qui a été choisie par nos soins pour vous accompagner dans cette mission.
    — Et bien qu'il en soit ainsi... si telle est la volonté de Kami-sama.
Repartant rouleau en main, j'étais de nouveau en mission. La frustration me gagnait, car il fallait que je fasse ma mission avec une autre personne. J'avais pour habitude de faire cavalier seul, et rares étaient les personnes qui acceptaient de faire équipe avec moi. C'était ainsi depuis ma promotion au rang d'aspirant ninja; ma nature asociale et mes dons d'assassin ne faisaient pas bon ménage avec la participation d'un autre confrère d'Ame. Non pas que je détestais faire le travail avec un autre membre de ma patrie - quoiqu'un peu - mais plutôt que je n'aimais pas qu'un autre m'assiste ou me soutienne dans ma tâche. Il ne pouvait m’encombrer plus qu'autre chose. Mais qu'importe, les ordres sont les ordres, et je devais faire exception aujourd'hui. Je quittai ainsi la Grande Tour, une mission C en collaboration avec une kunoïchi.

On m'avait déclaré que je devais retrouver la dénommée Azumo Edya à la sortie du village. Cette kunoïchi était une Genin du village et elle avait été appelé au petit matin pour la mission par un Jônin. Il avait été convenu que je devais faire équipe avec elle au vu de nos affinités similaires: le Raïton et le Suiton. Ce motif d'association de ninjas par correspondance d'affinités n'était qu'un prétexte ridicule pour me forcer à coopérer avec un inconnu, songeais-je. Avant de partir, je me mis à l'abri de l'averse, et déroulai le parchemin, afin de prendre connaissance de l'objectif de ma mission. Je lus d'abord entre les lignes, puis pris en compte chaque détail. Je ne pouvais me permettre d'arriver comme un touriste devant la femme qui ferait office d'équipière durant la mission de rang C. L'après-midi débuta lorsque je me dirigeai finalement vers la périphérie du village caché de la pluie. Auparavant, j'avais fait un passage éclair dans le domaine du clan pour prendre quelques affaires. Étant donné le contexte de ma mission, je risquais de devoir errer en terre inconnue pendant plusieurs jours. Dans un sac assez étanche et volumineux, je mis quelques vivres, des vêtements chauds ou plus léger au cas où, et enfin deux boîtes de senbons. Je rajoutai bien entendu le matériel nécessaire pour dormir à la belle étoile. J'avais évidemment pris de quoi payer en cas. Dans une petite bourse, quelques ryôs trainaient. J'avais attaché cette bourse au niveau de la taille, afin qu'elle soit facile d'accès pour ma dextre. Cet argent était issu des dernières missions que j'avais fait précédemment. Ma famille ne souhaitait pas me faire don d'un peu d'argent pour subvenir à mes besoins, que ce soit en mission ou en civil. Mais je ne m'en plaignais pas, habitué à ce traitement depuis mon enfance.

Une fois fin prêt, j'étais donc sur le lieu de rendez-vous, un portique en béton situé quelques mètres au-dessus de ma tête. Sur la droite, les portes menant à la sortie d'Amegakure no satô. Sur la gauche, on pouvait contempler la hauteur et la splendeur de la Grande Tour où séjournait en son sommet Pain-sama. Comme prévu, une demoiselle m'attendait au point de rencontre. Alors que je m'approchai d'elle pour la saluer froidement, je fus surpris de constater que cette silhouette ne m'était pas inconnue. Pourtant, je ne parvenais pas à me rappeler les circonstances de notre dernière rencontre. Au moment où son regard croisa le mien, je me rappelai désormais de la dénommée Edya. Il s'agissait de l'une des deux élèves de Shintô, le Chûnin que je bouillonnais d'envie de combattre. Sa prestation avec ses deux sabres me revint en tête, tout comme le fait qu'elle maniait le Suiton, et notamment le Mizu Rappa no jutsu. Sur ce, je me présentai à elle, dans le cas où lors de notre dernière rencontre, elle n'avait pas tenu compte de mon identité.
    — Bonjour à toi, Azumo-san. Je suis le Chûnin chargé de faire équipe avec toi au cours de cette mission de rang C. Je m'appelle Munashii du clan Ryūmōsei. Tu te douteras bien qu'en tant que ninja de moyenne classe, je suis par conséquent ton supérieur et donc serais le capitaine de cette expédition.
J'avais essayé de feindre l'ignorance. Je ne voulais pas que mon entretien sulfureux avec Shintô influence ma mission avec Edya. Je préférais que mes relations avec la kunoïchi restent neutres. La demoiselle, une adolescente qui semblait-il devait avoir le même âge que moi, me salua et échangea un regard avec moi. Tout en discutant, nous nous mîmes à bouger, afin de ne pas perdre inutilement de temps à se présenter. Puis, une fois sur le chemin, où nous traversions actuellement quelques marais boueux et brumeux, je profitais de l'occasion pour exposer la situation, en prenant en compte la remarque du Jônin qui m'avait délivré ma mission. Edya n'avait pas reçu l'ordre de mission, et je me devais de lui faire part de notre but. Tout en courant à ses côtés, je me raclai la gorge, histoire de ne pas rater mon coup mais aussi d'attirer l'attention de la kunoïchi, puis déclarai:
    — Maintenant que nous sommes en route, je vais pouvoir t'expliquer l'objectif de notre mission. La cause de notre déplacement se nomme la larme d'Ame. Il s'agit d'une dague d'une valeur inestimable qui appartient comme trésor au village. Cette arme aux motifs ancestraux sertie de bijoux a été récemment embarqué par un fugitif, du nom de Michizane. Dans sa fuite des prisons d'Ame, il est parvenu à volé également cette relique. D'après nos informateurs, il se dirige actuellement vers Kaminari no kuni, afin de vendre la Larme d'Ame à un très bon prix pour un marchand mafieux de Kumogakure no satô.
    Je pense que tu l'auras compris, nous devrons faire en sorte à ce que cette transaction n'est pas lieu. Nous devrons intercepter Michizane en cours de route, le neutraliser, puis récupérer la Larme d'Ame. La capture de l'individu ne sera qu'une priorité secondaire, mais nécessaire tout de même. Techniquement, nous sommes plus rapide que lui, et nous devrions pouvoir le rattraper aux alentours de Yu no kuni, le pays des Sources chaudes, en prenant en compte le nombre de jours où il est en liberté. Ce truand ne devrait pas nous poser de réels problèmes, cependant, Yu no kuni étant proche du pays du tonnerre, il faudra se méfier d'un éventuel soutien de la part du destinataire corrompu par l'argent facile.
J'avais clairement exposé la situation. Aucun détail n'avait été oublié, et j'avais déduis notre destination avec des calculs corrects. Il était inutile pour l'heure de préparer des stratégies, ou bien des approches tactiques pour le brigand en fuite, puisque nous étions bien loin encore de notre destination. Pour le moment, nous approchions à peine de la frontière avec Kusa no kuni. Avant de pouvoir espérer affirmer être proche de la cible, nous devions encore attendre plusieurs jours, histoire de pouvoir vraiment rattraper Michizane. Cela faisait désormais bien quelques heures que nous avancions dans le silence le plus complet, et la pluie avait cessé de tomber, signe que nous approchions du pays de l'Herbe. Puisqu'il était impossible de prendre un raccourci à travers Hi no kuni, sous peine de risquer nos vies face à l'ennemi appartenant à l'Alliance, il fallait longer le pays du feu jusqu'à atteindre Yu no kuni. Notre cible faisant affaire avec un commerçant de Kumogakure no satô, village caché soumis à notre pacte des ténèbres, il était lui aussi forcé de suivre le même chemin que nous. Nous devions donc pour le retrouver passer Kusa no kuni, puis Taki no kuni, en empruntant pour gagner du temps un vaste fleuve du pays des cascades. De là, il fallait encore traverser Yuki no kuni, pays de la neige éternelle, avant de devoir voyager dans un énième pays, celui des rizières: Ta no kuni.

Afin de faire bonne impression en tant que chef de l'équipe, je me devais de dialoguer un minimum avec Edya. Auparavant, je l'avais appelé Azumo-san, pour ne pas brusquer nos relations avec celle de ma rencontre de l'équipe une. Désormais, je devais gagner sa confiance, et aussi collecter des informations sur ses capacités. Je n'en savais pas assez sur elle encore pour pouvoir composer plus tard une stratégie digne de ce nom. Après tout, je savais que nous serions forcément confronté à devoir utiliser la force pour parvenir à la réussite de la mission. De branche en branche, nous avancions, et même si Edya me dépassait en termes de vitesse, je fus capable de tenir une conversation avec elle. Montant un peu le ton afin qu'elle puisse m'entendre parmi le bruit des branches craquant sous le poids humain, je l'interrogeai:
    — Dit-moi Edya, avant que nous soyons confrontés à l'ennemi, quels sont tes atouts au combat ? Je veux dire, quel est ton style de combat et le type des techniques que tu possèdes ?
Iwa no Shinobi
Iwa no Shinobi



Nombre de Messages : 21
Date d'inscription : 27/03/2011



Passeport Ninja
Grade: Genin
Points d'Expérience:
74/1000  (74/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: C - Disparu [PV. Edya]   Mer 24 Aoû - 10:57
C'était un jour pas comme les autres. En effet, c'était aujourd'hui qu'Edya allait faire sa première mission de rang C. Première fois une mission avec quelqu'un, première fois qu'elle quitte son village, fait beaucoup de nouveauté. Elle ne connaissait pas la personne avec qui elle devait faire la mission mais elle savait qu'il avait les même affinité : le suiton et le raiton. On ne l'avait pas dit exactement de quoi consistait la mission mais cela allait surement changer de ses missions habituelles. On lui avait seulement dit que cela allait durée plusieurs jours et de se préparer en conséquence mais pas la destination. Elle ne savait pas quoi prendre mais elle prit des vêtements léger comme chaud, de l'argent qu'elle avait gagné lors de ses précédentes missions et sans oublier bien sur ses katanas qu'elle avait affuté pour l'occasion, ses kunais mais aussi ses shurikens.

- Bon je pense que j'ai tout.

Elle alla au point de rendez-vous avec dix minutes d'avance. Elle ne voulait pas être en retard et faire une mauvaise impression qu'elle avait fait lors de sa rencontre avec sa team. Le point de rendez-vous était devant les portes du village, normal puisque ils devaient aller dans un autre pays ou un autre village, elle n'en avait aucune idée. Quelques temps plus tard, elle vit un jeune homme arriver. Elle avait l'impression de l'avoir déjà vu mais elle s'en souvenait plus où, ni comment.


- Bonjour à toi, Azumo-san. Je suis le Chûnin chargé de faire équipe avec toi au cours de cette mission de rang C. Je m'appelle Munashii du clan Ryūmōsei. Tu te douteras bien qu'en tant que ninja de moyenne classe, je suis par conséquent ton supérieur et donc serais le capitaine de cette expédition.

Elle savait déjà qu'il serait son supérieur car les génins ne peuvent pas sortir sans être accompagnés par un chûnin minimum. Il s'appelait donc Munashii, cela ne lui disait rien mais son visage..... elle n'allait pas s'en souvenir maintenant mais dans un moment ou elle n'attendait pas. Ils étaient partis et elle le suivit puisque qu'elle ne savait pas où c'était. En chemin, elle entendit un raclement de gorge. Elle tourna la tête et Le chûnin lui donna la mission en question. Après un long discours, elle retient que l'essentiel. En gros il devait récupérer une dague qui appartient au village et qui à était pris par un homme dont le nom était trop compliqué qui était Michizane. Leur but était de la reprendre pendant une transaction avec un marchand au pays des sources chaudes en étant discret a cause d'autres ninjas en passant par plusieurs pays auparavant.
Juste après cela, aucunes paroles, aucuns bruits, l'ambiance était assez pesant. Mais grâce à cela, elle put enfin savoir ou elle avait rencontrer cet homme. Oui sa y est, c'était pendant la rencontre de sa team, c'était lui qui avait défier son sensei. Elle devait pour autant mettre ses émotions de côté afin de ne pas faire raté sa mission.


- Dit-moi Edya, avant que nous soyons confrontés à l'ennemi, quels sont tes atouts au combat ? Je veux dire, quel est ton style de combat et le type des techniques que tu possèdes ?

Enfin une parole ! Une question crucial pour l'avancement de la mission. D'ailleurs, elle entendit qu'il l'avait appellait par son prénom au lieu de son nom comme la première fois qu'ils c'étaient rencontrés. Elle se mit au même niveau que son supérieur puis elle déclara :


- Pour ma part, j'utilise des techniques offensives et d'immobilisations après mon style de combat et plus offensive que défensif.


Elle voulait pas rajouté davantage car elle ne voulait pas trop développer mais si elle devait le faire, elle le ferait car elle tenait vraiment pas être un poids pour lui et faire de son mieux.



Nombre de Messages : 131
Localisation : Dôjo du clan Ryûmôsei
Nindô : Les Hérétiques sombreront dans la Nuit éternelle.
Date d'inscription : 08/08/2011



Passeport Ninja
Grade: Chûnin
Points d'Expérience:
90/1000  (90/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: C - Disparu [PV. Edya]   Mer 24 Aoû - 20:56
Nous étions actuellement au beau milieu de Kusa no kuni. Depuis plusieurs heures déjà, nous avions ma coéquipière et moi-même dépassés les frontières entre notre nation et Kusa no kuni. Ce même pays portant son nom à cause de la végétation luxuriante et abondante le composant était relié à l'Alliance. En effet depuis la Troisième Grande Guerre, où ces chiens de Konoha et d'Iwa s'étaient affrontés sur les terres d'Ame et de Kusa, un accord fut signé entre le village caché de la feuille et celui de l'herbe. La puissance militaire du pays ravagé par les conflits entre deux grandes puissances ninjas étant trop faible pour assurer paix et prospérité, Konoha se chargea de la sécurité du pays. Ces imbéciles du pays du feu conclurent donc un pacte de défense, qui semblait-il, en temps de guerre, n'avait pas le même effet que lors d'une paix provisoire. Jouant de notre discrétion de ninja, nous nous fîmes un passage dans les brèches des douanes organisés par Konoha. Après quoi, nous arrivâmes enfin dans les terres boisées de Kusa. Le pays de l'herbe et ses grandes étendues de forêt nous avaient fait perdre un temps considérable. Forcés de devoir emprunter une voie semi-aérienne, Edya et moi fûmes obligés d'avancer de branche en branche. A Ame, j'étais habitué à avancer sur un sol en béton, ou bien dans des zones marécageuses. Excepté bien-évidemment en mission, je ne touchais jamais les branches des arbres avec mes pieds pour me frayer un quelconque chemin.

Au cours du trajet, qui s'effectua la plus grande partie du temps en silence, j'avais demandé en prévision à la kunoïchi de la famille Azumo ses compétences de shinobi. Ce n'était pas sur place, face à l'ennemi, que j'allais lui demander ses capacités pour concevoir un plan d'approche. Bien au contraire, je devais avoir un coup d'avance sur ce Michizane pour le surprendre, lui et son éventuelle garde, pour optimiser les chances de réussite de mission. Après avoir posé ma question, je restai impassible extérieurement mais rassuré mentalement des propos d'Edya. La demoiselle était en possession de techniques de type offensive mais aussi de jutsus d'immobilisation. C'était exactement ce dont j'avais besoin. Ne prenant pas en compte le fait qu'elle préfère attaquer que défendre, je partageais ma concentration en deux: une partie pour ne pas perdre le fil de la route, et l'autre pour élaborer une stratégie. Comme toujours, je prenais en compte les forces en présence. Nous étions deux de notre côté: éventuellement, je pouvais compter sur ma technique de clone de foudre en cas de débordement. Mais dans le cadre d'une mission de rang C, le Raïbunshin no jutsu n'avait pas lieu d'être. En face, nous étions confrontés à un seul obstacle, en possession de la Larme d'Ame, une arme de grande valeur. Mais comme l'intitulé de la mission nous le rappelait, il fallait prendre en compte un éventuel renfort de la part du destinataire de ce trafic illégal. La grande question était de savoir combien seraient-ils.

Plongé dans ma réflexion, comme si je jouais à un jeu d'échecs, j'avais presque oublié le paysage qui m'entourait. En quittant ma longue machination, j'avais remarqué que nous avions enfin dépassé Kusa no kuni. Abandonnant la forêt, nous passâmes à travers une clairière, puis constatant un panneau qui annonçait la frontière entre les deux nations, je remarquai qu'il commençait à se faire tard. Le soleil commençait à se noyer dans l'horizon et prenait la forme d'un demi-cercle rougeâtre baignant dans la voûte céleste dorée. Un magnifique spectacle qu'une âme plus sensible que moi aurait apprécié. J'ordonnai à Edya de se tenir prête à s'arrêter, et une fois que le crépuscule s'obscurcit, nous fîmes escale dans un petit bois peu épais. Dans un maigre espace protégé du vent, chacun d'entre nous s'installa à son aise. Après avoir allumé un feu de bois, je partageai mes provisions avec Edya, qui semblait-il, n'avait apporté que quelques accoutrements chauds ainsi que son équipement de ninjas.

Au cours de la nuitée, au cours de laquelle nous avions mangé légers avant de dormir, je fus forcé d'établir une conversation avec la demoiselle. Son physique n'était pas repoussant, bien au contraire, mais je ne me sentais pas à l'aise encore à ses côtés. Certes, nous n'étions que des soldats, mais il fallait bien que des affinités naissent entre nous pour pouvoir exploiter au maximum les capacités de l'un et de l'autre dans des opérations combinées. Ainsi, ayant pour seule source de chaleur et de lumière le feu de camp, nous discutions ensemble de nos objectifs, notamment de notre nindô. J'en apprenais vaguement sur elle, et en retour, elle pouvait discerner mes intentions, malgré un vaste flou dissimulant ma réelle volonté.

...............................................
Le lendemain, nous nous étions levé aux aurores. L'air était encore frais, et la rosée du matin nous rafraîchissait. Le calme régnait dans la région, et il fallait tirer profit de ce tumulte pour poursuivre notre route. Après avoir plié bagages, nous étions d'ores et déjà prêt à repartir de plus belle. La nuit s'était passé sans accroches, bien que j'avais toujours ce sentiment d'instabilité à l'idée de ne pas dormir sous la protection pluvieuse de maître Pain. Qu'importe, une fois en route, le sommeil n'était pas revenu me hanter, signe supplémentaire d'une bonne nuit. Je quittai tout d'abord aux côtés de l'aspirante ninja la clairière, puis longeai une vallée rocheuse. Cette journée-là était idéale, avec un ciel bleu peu couvert, juste assez pour que la chaleur ne nous dérange pas. Au cas où, la brise matinale était là pour neutraliser les températures estivales. Tout en avançant, je consultai un moment donné la carte pour nous situer géographiquement quand j'aperçus un cours d'eau au sein du pays de la cascade. Soulagé, j'annonçai la nouvelle à Edya, qui grâce à son agilité, était toujours devant moi:
    — Nous n'allons pas tarder à atteindre un fleuve. C'est après la vallée, en contrebas. Pour gagner du temps, nous emprunterons les voies fluviales, via un transport peu onéreux. Je me débrouillerai par la suite pour le bateau nous emmène directement au Pays des Sources Chaudes, histoire de gagner encore une fois un temps précieux. Si tout se passe comme je l'imagine, nous traverserons ce cours d'eau en parcourant Taki no kuni, puis Yuki no kuni, puis nous jetterons dans l'océan pour revenir à l'est sur Yu no kuni.
Les minutes passèrent, et effectivement, après avoir passé un ensemble de collines rocheuses, j'arrivai aux côtés de la Genin sur la lisière du fameux fleuve. Cependant, le sentier menant droit aux embarcadères était bloqué par un drôle d'individu. Il s'agissait d'un brigand, dont la pilosité faciale n'avait d'égal que sa corpulence excessive. Il portait une espèce de kimono aux manches arrachés d'un bleu très foncé, avec un obi noir. L'homme vint à nous, presque en titubant, et dague en main, nous demanda d'un air supérieur renforcé par l'ivresse de lui livrer nos biens. En clair, il s'imaginait qu'après deux jours de voyage, j'allais m'amuser à donner ma bourse et mes quelques provisions restantes. Je refusai aussitôt à sa proposition, ce qui donna lieu à diverses vociférations de la part de l'individu. Je voulais éviter de perdre mon sang-froid sur le coup et tentai de l'ignorer, mais lorsqu'il commença à se jeter sur moi en tentant de me toucher aléatoirement avec son arme de pacotille, je me sentis menacé; mes instincts d'assassin s'éveillèrent contre ma volonté.

« Je t'avais prévenu, ivrogne. » Au sol, une mare de sang se dessina sur le chemin terreux. Le corps de mon agresseur s'écroula suite à ma riposte inévitable. Sans chercher à éviter son coup, j'avais mis mon arme au poing et avait tranché le ventre de l'inconnu. La puissance du coup de griffe, combiné à la vitesse d'action de ce dernier suffit à empêcher la lame de sa dague d'atteindre mon corps. L'homme n'était pas mortellement blessé, mais tout de même bien amoché, assez pour le dégriser à son douloureux réveil. Mes lames avaient tailladé une partie superficielle de son abdomen, et l'hémorragie, stoppée à temps, si son sort ne l'obligerait pas à rester inconscient pendant plusieurs longues heures, l'éviterait d'un triste sort. Nous poursuivîmes notre route, demandant à Edya d'ignorer cet incident.

...............................................
Trois jours s'étaient écoulés. Trois journées, où nous avions vogué à travers le fleuve, puis la houle maritime. L'air océanique nous fouettait le visage, et nous rappela rapidemment notre position. Nous avions quitté le pays de la cascade, puis avions longé les côtés glaciales de Yuki no kuni. Même la rivière était encore gelée, malgré l'été. Une escale à Ta no kuni plus tard, nous étions enfin sur place: Yu no kuni. Le pays portait bien son nom car en effet, de nombreuses sources chaudes peuplaient le paysage. Les petits villages semblaient vivre bien, combinant sources thermales et tourisme pour une recette lucrative qui depuis de nombreuses années avait évité la famine et la pauvreté dans la région. Découvrant une nouvelle culture, avec de nouveaux paysages, ma grande surprise fut la ressemblance approximative entre les deux symboles de nos villages cachés. Tandis que nos quatre traits obliques représentaient froidement la pluie s'abattant sur Ame, les trois traits courbés de Yugakure no satô faisaient allusion à la buée, instable mais paisible dans la tranquillité des sources d'eau chaude.

Nous avions à présent rattraper tout le retard que l'avance du dénommé Michizane avait gagné avec son évasion. Nous savions où l'intercepter, dans une zone boisé abritant quelques filets d'eau souterraine. Sur place, je m'étais camouflé au côté de ma partenaire, qui tout comme moi, était attentive au moindre bruit. La moindre erreur chez un ninja pouvait être fatale, et la demoiselle d'Ame semblait avoir saisi ce concept. Alors que notre patience allait porter ses fruits, j'exposai mon plan à Edya, plan que j'avais confectionné depuis bien des jours. D'un ton calme et posé, je lui déclarai, à mi-chemin entre paroles et chuchotements:
    — Maintenant que nous y sommes, voilà les instructions: la cible ne va pas tarder à arriver, certainement accompagné d'une escorte. Qu'importe le nombre de gardes à ses côtés, ce qui compte, c'est la rapidité à laquelle nous allons agir. Il suffit que nous laissons une occasion à ce Michizane pour s'enfuir, et notre mission sera compromise. Nous procéderons donc ainsi: tu lanceras une technique de type Raïton pour briser la garde du voleur, et dès qu'il nous aura repérés, tu feras usage d'une technique d'immobilisation pour l'empêcher de partir. Pendant ce temps, n'ait craintes, je me chargerai de neutraliser les gardes présents.

Iwa no Shinobi
Iwa no Shinobi



Nombre de Messages : 21
Date d'inscription : 27/03/2011



Passeport Ninja
Grade: Genin
Points d'Expérience:
74/1000  (74/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: C - Disparu [PV. Edya]   Sam 3 Sep - 9:04
Le voyage se passait sans problème. D'abord par le pays de l'herbe où l'environnement était très différent du pays de la pluie. Au lieu du traditionnel béton et des poutres en fer, ici c'était des champs à perte de vue ainsi que ses forêts. Elle n'aimait pas cette atmosphère trop..... vert. La jeune fille n'était pas au courant des évènements de se pays mais la seule chose qu'elle savait c'était que pendant la troisième guerre, Konoha et un autre pays ( elle a vraiment aucune mémoire historique) furent une bataille et c'est maintenant Konoha assura la surveillance. Une surveillance plutôt faible puisque qu'ils passèrent la douanes sans problèmes.

La mission se déroulait tranquillement mais l'ambiance n'était pas au rendez-vous..... Elle regarda son chef d'équipe et il était en pleine réflexion, surement qu'il élaborait une stratégie donc la jeune fille ne tenta pas de lancer une conversation. Kusa no Kuni étaient maintenant derrière eux, ils avaient quitter la forêt pour une clairière et cela faisait le plus grand bien. En effet, elle en avait marre de voir des feuilles partout mais aussi des branches et rien de tel qu'un espace plat pour se ressourcer. Le soleil était en train de se coucher, le jeune homme lui ordonna de s'arrêter pour dormir ici. Elle ouvrit son sac et elle commençait à transpirer. Elle savait qu'elle avait oublié quelques choses mais elle ne pensait pas que sa serait la nourriture ! Cela se voyait que c'était sa première mission en dehors et c'était normal qu'elle faisait des erreur.... mais là... c'était très grave. Rien n'était plus important pour un ninja de manger pour récupérer ses forces. Heureusement, Le jeune homme lui donna une partie de ses provisions et la kunoïchi lui remercia fortement. Après, ils se mirent à parler de plein de chose mais elle ne put pas comprendre ses réelles intentions mais elle n'avait pas besoin de les comprendre pour le bien de la mission donc elle n'insista pas pour éviter de créer des tensions envers le groupe.

Le soleil venait de se lever et la jeune fille était déjà lever depuis un petit bout de temps. Elle n'avait pas réussi à dormir correctement sans la présence de la pluie. Elle avait tellement l'habitude de la pluie que sans elle ne sentait pas à l'aise. Ils reprirent la route et elle apprit qu'ils allaient prendre la voix de la mère pour aller directement à leur destination. Et bien sur, les choses ne pouvait pas se faire facilement. Un brigand sans grand valeur bloquait l'embarcadère donc leurs chemins. L'idiot, il voulait nous dépouiller et quand elle vit l'homme menaçait, elle allait sortir son katana mais il avait déjà eu son compte. Une belle marre de sang était en train de se former et se demandait si il était mort.... enfin elle ne pouvait pas le savoir où elle était mais son supérieur lui dit d'ignorer cet événement. Tant pis, elle voulait l'achever mais pas grave.

Juste après, il n'eut rien pendant tout le voyage. Trois jours plus tard, il était enfin arrivé au pays des sources en passant par le pays de la neige ainsi Ta no kuni. Le retard prit par Michizane était maintenant néant et ils devaient se rendre au à l'endroit ou il était. Sur la route, il exposa son plan qui était très ingénieux : à la fois offensive mais aussi pratique. Le point qui étonna la jeune génin était qu'il ne c'était pas trompé : à peine quatre minutes plus tard, voilà Michizane avec ses gardes du corps. C'était maintenant à elle de jouer !

En voulant pas rater son coup, elle lança d'abord sa technique qu'elle mit au point : le Yari No Jutsu car elle avait pensait aussi au Rakyuu mais c'était pas assez rapide. La lance avait frôler la cible qui essaya bien sur, de fuir. Elle n'allait pas laisser faire sa et juste après elle lança une technique suiton : Mizumuchi no jutsu qui piégea Michizane fermement. Ainsi fait, elle déclara :


- C'est bon de mon côté.



Nombre de Messages : 131
Localisation : Dôjo du clan Ryûmôsei
Nindô : Les Hérétiques sombreront dans la Nuit éternelle.
Date d'inscription : 08/08/2011



Passeport Ninja
Grade: Chûnin
Points d'Expérience:
90/1000  (90/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: C - Disparu [PV. Edya]   Dim 4 Sep - 12:51
Nous étions à cet instant fatidique où tout se jouait sur quelques secondes. Aucune erreur ne pouvait être permise. Au quel cas, la mission était véritablement compromise. La distance nous séparant de la cible était à présent infime, comparé à celle de départ. Nous avions voyagé, traversé des forêts, vogué sur une mer agité, pour finalement arriver devant Michizane. Il était bien là, avec son accoutrement modeste, une toge de tissu brune foncé, dissimulant ainsi tout détail permettant de l'identifier. Pourtant, il ne pouvait se permettre de se couvrir de trop, et la température fut l'élément révélateur des quelques balafres sur le visage de l'homme. Des traces indélébiles qui trahissent sa présence en ces lieux couverts de sources chaudes. Entre deux montées de fumée aqueuse et bouillante, notre cible se retournait de temps à autre, accompagné de son escorte de trois malabars. Il ressortait de prison, certes, mais pourtant, il n'avait rien d'un homme endurci par la détention en cellule. Quoiqu'il en soit, je devais ignorer son passé, et me concentrer sur le moment présent pour empêcher que son futur ne l'amène pas dans les voies florissantes de l'argent sale, gagné en profitant de l'occasion pour commettre un larcin à Ame.

Mon plan était bien conçu, et avec les qualités d'Edya et mes talents, il était peu probable que la Larme d'Ame continue de rester en la possession de Michizane dans les minutes à suivre. J'avais donné mes directives à ma partenaire, qui était sous mon commandement, et une fois fait, je me préparai mentalement à l'arrivée de Michizane au point de départ de notre opération. Quatre minutes suffirent pour tout se joue: la Genin de la famille Azumo créa comme prévu une attaque de foudre. Qui plus est, il s'agissait de sa technique de Raïton qui forma une lance d'éclairs dans sa dextre. Je n'eus pas le temps de calculer la trajectoire du projectile électrique que d'un kanji, je disparus dans un tourbillon de fumée blanchâtre. Le Yari no jutsu servirait de diversion à mon arrivée, ainsi dissimulé par le choc du jutsu. Tandis que je réapparus quelques mètres au loin, n'ayant plus qu'à faire d'infimes pas avant de pouvoir frôler ma cible, le ninjutsu d'Edya manqua de faire mouche. Le javelot se planta au sol et attira l'attention des trois autres hommes.

Un sourire léger se dessina sur mes lèvres. Tout était en place, il ne me restait plus qu'à agir. Et pour faire, je me servis de mon arme, ma modeste griffe d'acier, qu'une fois au poing, je fis usage avec une grande précision. Un premier homme se dressa face à moi, constatant ma présence. Un premier coup lui lacéra le torse, une large diagonale de sang giclant de la plaie toute fraîche. Un second suffit à le mettre à terre, visant cette fois-ci de façon horizontale l'abdomen. L'homme, poussé par ma force et la puissance du coup, s'écroula sur le côté, dans un profond râle, mélange de surprise, de douleur, et de rage. Immédiatement, un second individu s'approcha de moi, affichant une mine sadique. Il souhaitait m'intimider, prendre l'avantage sur moi d'un simple coup de bluff. A son tour, il reçu plusieurs coups de griffe: un à la cuisse, le figeant sur place, un autre tel un uppercut tranchant de bas en haut une partie de son torse. Le dernier, alors qu'il chutait comme son camarade, lui taillada violemment la gorge. Il s'effondra, son corps libérant un sang impur, et prenant appui sur le cadavre de ma précédente victime. La troisième et dernière personne que je me devais d'éliminer débusqua Edya dans les buissons et armé d'un poignard, tenta de s'en approcher pour faire usage de son arme. Son rôle était d'éliminer toute menace à Michizane, le mien était d'éliminer toute forme de coopération avec ce même homme.
    — Kaminarisei no Haretsu.
Chargé d'une aura grisâtre de forme sphérique, ma main droite vint agripper brutalement à son crâne chauve, avant qu'un électrochoc ne lui fasse hurler quelques poussées de douleur. Ma technique lui forçant à s'immobiliser, je me servis de ma griffe pour la lui planter dans le dos. Le bout de mes lames ressortis de l'autre côté de son corps mutilé. Il toussa, cracha, puis vomit du sang qui dégoulina le long de sa peau. Les défenses de Michizane venaient de tomber, entre deux techniques d'Edya. L'air interdit, il constata les faits, entravés par un long fouet d'eau s'enroulant autour de lui. Le ninjutsu de l'Azumo serrait fort le truand dans une étreinte lui empêchant de faire quoi que ce soit, si ce n'était geindre et cogiter la tête. Afin de le calmer, je m'approchai de lui, toujours griffe au poing et porta mon arme près de son cou désormais si fragile. Ce geste eut pour effet de l'intimider, et de devenir soudain plus... coopératif. Apeuré également par mon air de psychopathe, mon visage taché de quelques gouttes de sang de mes récentes victimes, il craignait de devoir mourir s'il ne tachait pas d'obéir aux quelques paroles que je prononçai d'un ton froid et exigeant.
    — Écoute moi bien, car je ne me répéterai pas. Dans le cas contraire, je te tuerais et me débrouillerai seul. Remet-moi immédiatement la Larme d'Ame. Fait vite ton choix, sinon je le ferais moi-même à ta place, et je pense que tu sais très bien quel est-il.
Il ne répondit pas. Il s'agita de plus belle, sua comme jamais, et son visage se pâlit après mes quelques mots. Il s'exécuta, tandis que je fis signe à Edya d'annuler sa technique. Elle obéit, et son fouet aqueux long de plusieurs mètres se brisa dans une large flaque d'eau. L'homme fouilla ensuite dans ses affaires, et alors qu'il allait sortir la fameuse dague, il repoussa mon bras et prit la fuite. Son acte était aussi pitoyable qu'inutile, puisqu'apparemment, il n'avait pas l'air de savoir qu'il avait en face de lui deux ninjas. Tant pis, comme dis auparavant, je me débrouillerai seul. Ses pas marquant une anxiété et une audace stupide résonnant de plus en plus, un bruit électrique vint cesser ce brouhaha assourdissant. J'avais composé les signes du Jibashi Ri, et en quelques mouvements, m'était retrouvé devant lui, paume tendue vers le haut de son corps.

De fins éclairs jaillirent de cette dextre chargé en chakra Raïton. Aucun ne faillit à sa tâche. Le bruit si connu de l'électrocution d'un organisme remplaça celui des sandales percutant le sol terreux, accompagné des cris qui devaient suivre. Ma technique fit effet pendant dix secondes: laps de temps au cours duquel j'avançais lentement, d'un pas ferme et décisif, ma griffe toujours prête à agir. Alors que cette torture foudroyante prit fin et que l'homme s'agenouilla involontairement devant moi, je mis à exécution mes menaces. Sans même pouvoir donner son avis, Michizane s'écroula tout comme sa garde au sol, la tête en moins. Décapité, il n'opposerait plus de résistance à la tâche que je lui avais confié, et à laquelle il avait lâchement échoué. Tandis que son crâne roula quelques instants au sol, je m'empressai calmement de fouiller son corps libéré d'une conscience stupide pour trouver l'objet tant convoité. L'antiquité en ma possession, cette mission prenait officiellement fin. Néanmoins, il fallait tout de même que j'assure la sécurité de cet objet, et pour faire, je m'approchai tout d'abord de la kunoïchi pour lui déclarer la réussite de la mission et les nouveaux ordres à suivre:
    — Cette mission est achevée, comme tu peux le voir, puisque je détiens l'objet. Nous pouvons donc rentrer au village. Mais afin que la Larme d'Ame rentre bel et bien au pays de la Pluie en toute sécurité, je vais m'assurer de ceci et pour faire, nous allons nous séparer ici-même. Tu partiras en premier, tandis que moi, je te suivrais, et m'éloignerais de toi progressivement, pour couvrir tes arrières. La route est sure devant, mais afin d'être certifié que nous ne soyons pas suivi derrière, je m'occuperai personnellement de ceci.
    Et au passage, avant de nous séparer, tu as fait du bon boulot Edya. Ame peut être fière d'avoir un élément aussi performant que toi.
Iwa no Shinobi
Iwa no Shinobi



Nombre de Messages : 21
Date d'inscription : 27/03/2011



Passeport Ninja
Grade: Genin
Points d'Expérience:
74/1000  (74/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: C - Disparu [PV. Edya]   Sam 24 Sep - 9:15
La jeune kunoïchi le remarqua après coup mais son chef d'équipe avait fait aussi du bon travail. Après avoir immobilisé sa cible, elle regarda derrière elle : deux des hommes étaient en sang et surement à moitié mort et le troisième était électrocuté et avec un trou au dos. C'est vrai pendant qu'elle immobilisait la cible, la jeune fille avait entendu quelqu'un criait.

Maintenant tout était sous contrôle, il restait plus que la cible de rendre la lame d'Ame et ils pourraient enfin rentrer dans leur village.

— Écoute moi bien, car je ne me répéterai pas. Dans le cas contraire, je te tuerais et me débrouillerai seul. Remet-moi immédiatement la Larme d'Ame. Fait vite ton choix, sinon je le ferais moi-même à ta place, et je pense que tu sais très bien quel est-il.

Juste après ces paroles, il voulait essayer de briser la technique. L'imbécile, elle commençait à serrer de plus en plus pour qu'il arrête de se plaindre, mais, elle du annuler sa technique sous l'ordre de son supérieur. C'était maintenant qu'une plaque d'eau mais cela valait la peine puisque qu'il rendit la lame juste après. Enfin leur mission était terminée ! Il essaya de s'échapper pour rester en vie mais il pouvait rêver. Quelques secondes plus tard, il n'avait plus de tête et cela ne l'avait pas choquer, il n'eut ce qu'il méritait.

Il restait maintenant le chemin du retour à faire. Elle ferait le chemin seule comme l'avait ordonné Munashii.


- J'étais ravie de faire cette mission avec toi et j'espère que occasion reviendra.


La jeune ninja devait passé par la mer, puis de la forêt, des champs pour arriver dans son village qu'elle aimait tant. Elle n'avait pas oublié de prendre des provisions pour le retour et elle repensa aux derniers paroles "Ame peut être fière d'avoir un élément aussi performant que toi.". Pourtant, elle n'était que génin et elle savait qu'elle devait beaucoup s'entrainer. Cela lui l'avait donné plus d'espoir et de lui donner comme objectif de passer l'examen des chuunins.

[gomen >.< je sais que c'est petit mais mon traitement de texte ne marche plus]


Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: C - Disparu [PV. Edya]   
 

C - Disparu [PV. Edya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Autres Lieux :: Yu no kuni - Pays des Sources Chaudes-