« Ceux qui ne respectent pas les règles sont considérés comme des moins que rien mais ceux qui abandonnent leurs amis sont encore pires. »
 

 La dernière étape [Rang B][Partie 3/3]

Iwa no Shinobi
Iwa no Shinobi



Nombre de Messages : 505
Localisation : Dans le monde imaginaire
Nindô : Les erreurs du passées forgent notre futur ...
Date d'inscription : 05/01/2011



Passeport Ninja
Grade: Chûnin
Points d'Expérience:
151/1000  (151/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: La dernière étape [Rang B][Partie 3/3]   Lun 25 Juil - 7:20
  • Le temps avait changé du tout au tout, après une belle journée ensoleillée, la soirée s’annonçait pluvieuse, d’un côté, cela ne pouvait qu’arranger les deux garçons car avec un temps pareil, rares seront les courageux qui sortiront de chez eux. Le blond s’était donc séparé à contre cœur de sa cape de voyage en tissu très chic pour à la place revêtir un autre vêtement beaucoup plus large et miteux, qui par ailleurs cachait l’intégralité de son corps. Tous deux étaient désormais encapuchonnés et se dirigeaient vers les rizières marécageuses à l’abandon. Depuis qu’Orochimaru avait sonné l’alerte à la guerre, peu de gens sortaient. Le climat humide faisait que Shintô transpirait plus que d’habitude mais heureusement, sa tenue dissimulait l’état de son corps. Quelques personnes sillonnaient rapidement les environs en leur jetant des regards sombres mais ils ne dirent pas un mot. Ils passèrent ensuite dans un petit village quasiment désert, les dernières personnes qui habitaient là étaient de vieux paysans et la dernière chose qui semblait être animée était la taverne du coin. Marchant avec prudence, nos deux protagonistes ignorèrent les hommes ivres qui chantaient des chansons paillardes au milieu de la rue aussi bien que les prostituées qui tentaient de les aguicher pour gagner ne serait-ce que quelques Ryôs. Le pays était plongé dans une misère noire, la récolte n’avait pas été bonne l’année précédente et tous les moyens étaient bons pour sauver sa peau si l’on ne pouvait pas se permettre de partir à l’étranger pour fuir la crise économique. Sous la pluie, on apercevait au loin une jeune fille pleurer dehors, d’après les murmures autour d’eux, elle venait de perdre son petit ami pour une histoire d’argent. Il pensait qu’on allait leur ficher la paix jusqu’à ce qu’un homme sorte furieux de la taverne avec une bouteille vide à la main, voyant que nos deux voyageurs traçaient une route vers l’est, il les accosta avec maladresse :



    « B..Bonyour mezzieux ! Vous z’auriez pas z’une bouteille d’alcooooool de riz pour z’un prôvre z’homme comme moi ? »


    Sa phrase se finit dans un hoquet sonore avant qu’il ne recule, ne devienne verdâtre et rende tout ce qu’il avait dans l’estomac devant le jeune blond qui se retint de hurler de rage car il venait de salir ses sandales cependant le descendant du clan Hôtobi d’Ame lui fit signe de se taire avant de rendre sa voix plus grave afin de répondre à leur interlocuteur négativement :

    « Nous n’avons rien de cela pardonnez-nous, pourquoi ne rentreriez-vous pas chez vous ?»


    L’air complètement interloqué, l’ivrogne sembla mettre une bonne minute avant de comprendre le sens de la phrase, il eut ensuite un air illuminé avant d’éclater de rire et de tapoter sur l’épaule du jeune homme pour enfin prendre une directions opposée à la leur en vacillant de temps à autre et en chantant d’un air joyeux alors que le peu de population qui était regroupée sur la place publique ne disait pas un mot. Nos deux héros purent alors reprendre une nouvelle fois la route sans avoir à être enquiquiné par un alcoolique de première classe qui dégageait une forte odeur – et pas au sens positif du terme malheureusement – et scandait des slogans vulgaires. Mais la question n’était même pas le fait de se coltiner un ivrogne ou pas, il s’agissait plutôt de ne pas se faire remarquer et hélas, l’adolescent savait pertinemment qu’il devrait peut-être faire usage de la force pour se dégager d’une situation difficile, il fallait de là espérer que personne ne soit témoin d’un tel incident et qu’ils puissent partir du pays des rizières sans grandes encombres. Ils quittèrent le village miteux en silence et rejoignirent pour une seconde fois les champs d’Oto no kuni. Malgré la brume qui s’installait provisoirement, l’on pouvait apercevoir la silhouette d’une femme se dessiner au loin, c’était une heure bien tardive pour travailler songeait le garçon en marchant le long des sentiers marécageux tout en vérifiant bien qu’il ne s’enfonçait pas dans la boue. Au fur et à mesure qu’ils avançaient, leur cape de voyage devenait de plus en plus lourde et donc bientôt ils furent incapables de supporter encore longtemps le tissu mouillé qui s’alourdissait de seconde en seconde. Exténué, le blond feinta d’aller se soulager pour s’engouffrer dans la forêt vierge afin d’y enlever sa cape et l’essorer.

    On pouvait dire qu’il ne l’avait pas lâché de l’œil car il savait qu’il n’avait pas besoin d’aller uriner, cependant il l’avait laissé faire, après tout il n’y avait personne dans le coin à part cette femme qui semblait si lointaine, on ne pouvait pas exactement discerner ses formes mais d’après lui elle devait avoir la trentaine et malgré qu’elle soit plutôt jeune, on pouvait facilement comprendre qu’elle était atteinte de graves problèmes de dos déjà. Alors qu’il était absorbé par sa contemplation, quelqu’un lui tapota doucement l’épaule, le Shinobi se retourna vivement et vit que son compagnon de voyage était fin prêt pour reprendre la route, ce qu’ils firent bien évidemment. Les lieux semblaient calmes, si cela pouvait durer jusqu’à petit matin cela l’arrangerait beaucoup songeait le jeune Chûnin en regardant tout de même aux alentours de manière à prendre ses précautions, malheureusement, il sembla que le destin en décide autrement. En effet, vers deux heures tapantes du matin, alors que nos deux voyageurs somnolaient en traçant paisiblement leur chemin, le plus jeune des deux commença à ressentir une masse de chakra qui se dirigeait vers eux. Il ne savait pas exactement s’il s’agissait d’une seule ou de plusieurs personnes mais une chose était sûre, il n’était pas de taille à leur faire face surtout s’il devait encore protéger le blond.

    Sous son capuchon, le commanditaire regarda son accompagnateur avec un air grave, il se demandait ce qu’ils allaient bien pouvoir faire en cette situation. Sans plus attendre, le Ninja de moyenne classe saisit Onakatomi par le bras et l’entraîna avec lui dans les buissons. Haletants, ils se camouflèrent derrière les feuillages, l’un d’eux affichait un air complètement affolé à la différence de l’autre qui abordait presque un visage totalement indifférent, ce dernier ferma les yeux et tenta de se fier à ses autres sens, il voulait savoir qui se cachait derrière cette masse de chakra. Il distinguait maintenant environ quatre formes d’énergie différente, ils avaient l’avantage du nombre et de la force, il les sentit arriver prêt d’eux puis il les entendit marcher bruyamment et au final, les murmures lointains devinrent des paroles parfaitement audibles. Le premier avait un ton plutôt bourru et les autres riaient grassement, en d’autres termes, ils n’étaient de gros dégueulasses. Ils tracèrent plutôt rapidement leur chemin et lorsqu’il ne sentit plus leur présence, il daigna à sortir sa tête des fourrés, à part des traces de pas, il ne restait plus rien d’eux, ils purent donc reprendre la route sans pour autant être complètement rassurés sur la situation.

    Mis à part quelques hommes louches, ils ne croisèrent personne jusqu’à l’aube. Ils avaient parcouru une bonne distance mais il leur les ruines des temples à traverser et d’après les rumeurs, c’était le coin le plus réputé pour le banditisme, on racontait que depuis la destruction des temples, des déserteurs venaient squatter les lieux en s’alliant avec quelques racailles de la région. Une zone à risque qui n’était plus prise en charge par les autorités du pays qui laissaient couler car ils prétendaient ne rien pouvoir faire contre eux. Lorsqu’ils pénétrèrent dans les lieux ils essayèrent de passer le plus naturellement possible sous le regard en coin des autres malfrats qui étaient assis sur les pierres effritées, tout semblait aller pour le mieux lorsque d’un coup, le fils de noble marcha sur un pan de sa cape de voyage et trébucha, laissant à découvert son visage, tout le monde se retourna ensuite vers lui. Ce n’était vraiment pas bon présage songeait le jeune Shinobi, désormais ils étaient tous les deux au centre de l’attention des autres, l’un d’eux se leva et s’approcha de celui qui venait de tomber avant de lâcher :

    « Dégagez fils de chiens, que je ne vous revoie plus ici. »


    Ils n’eurent pas besoin que l’on leur répète tous deux fois et ce n’est pas qu’ils prirent leurs jambes à leur cou mais presque, heureusement en tout cas qu’il n’avait pas enlevé la capuche de Shintô sinon il aurait découvert le bandeau frontal d’Ame Gakure et la bataille aurait été inévitable. Le garçon aux cheveux ébène saisit violemment son compagnon de voyage par la capuche en manquant de l’étrangler et le tira vers lui sous les rires moqueurs des bandits. Essayant de jouer aux durs pour éviter les soupçons des autres personnes, il leur dit d’un ton froid :

    « Excusez mon camarade, il est un peu maladroit. »



    Lorsqu’ils furent suffisamment éloignés du campement, le blond regardait toujours le par terre d’un air dépité avant de pousser des soupirs de plus en plus forts. Il marchait dans les flaques d’eau boueuses avec une telle indifférence que l’on pourrait désormais croire qu’il n’était plus le bourgeois gâté qu’il était au début de leur aventure, c’était du moins ce que l’on pouvait penser aux premiers abords, des habitudes, cela ne se perd pas en quelques jours seulement. Enfin, après quelques heures de marche, ils aperçurent au loin le pays des geysers, le dernier descendant du clan Hôtobi était soulagé, cette horrible mission touchait enfin à sa fin mais apparemment, ce n’était pas lui le plus ravi d’être enfin arrivé aux sources thermales. En effet, ce fut le blond qui leva les bras vers le ciel avant de s’élancer en courant vers la frontière, laissant pour la première fois le Ninja derrière lui depuis le début de la mission. Mais hélas sa course fut rapidement interrompue car sa maladresse fit qu’il tomba une nouvelle fois à terre mais cette fois il ne fit pas attention à sa chute et se releva sans geindre pour recommencer à courir. Shintô esquissa un dernier sourire avant de le voir pénétrer dans le pays des geysers, de là il fut accueilli par un majordome qui l’emmena dans une diligence afin de le mener au centre thérapeutique, désormais il allait devoir rentrer seul. Désormais la mission s’achevait là pour lui et il refit le trajet inverse qui dura un peu moins de trois jours avec deux pauses majeures.

    Une fois les portes d’Ame Gakure franchies, il partir faire son rapport à la grande tour de métal avant de passer à l’hôpital du village afin de soigner les quelques infimes blessures qu’il avait reçu à cause de ses affrontements lors de son périple. Ce fut une affaire de quelques minutes pour le Ninja médecin, après cela il put rapidement ressortir pour arpenter les toits et admirer le ciel pluvieux.



Nombre de Messages : 1013
Localisation : Hôpital psychiatrique de Konoha
Date d'inscription : 07/01/2011



Passeport Ninja
Grade: Genin
Points d'Expérience:
50/1000  (50/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: La dernière étape [Rang B][Partie 3/3]   Mar 26 Juil - 9:16
Mission validée avec +17 XP:
    - Une mise en page correcte, avec de la couleur et des images permettant de mieux comprendre le RP au niveau de la visualisation des personnages. +1 XP
    - Un RP intéressant, au niveau du contenu, comme d'habitude, malgré quelques tournures de phrases râtés ^^' +1 XP
 

La dernière étape [Rang B][Partie 3/3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Autres Lieux :: Yu no kuni - Pays des Sources Chaudes-