« Ceux qui ne respectent pas les règles sont considérés comme des moins que rien mais ceux qui abandonnent leurs amis sont encore pires. »
 

 Mission d'escorte ?... Rang A

Kumo no Shinobi
Kumo no Shinobi



Nombre de Messages : 171
Localisation : House of the Rising Sun
Nindô : La carte maîtresse d'un combat est l'analyse.
Date d'inscription : 05/01/2011



Passeport Ninja
Grade: Jônin
Points d'Expérience:
57/1000  (57/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Mission d'escorte ?... Rang A   Lun 20 Juin - 6:57
Onizuka Yakami a écrit:
Mission de rang A : Espion dis-moi tout !
Malgré vos compétences en diplomatie, votre mission de base est d'escorter un riche marchand jusqu'au pays du son. Veuillez à ce qu'il ne lui arrive rien. Et prenez ce parchemin, ouvrez le lorsque vous serrez arrivé à destination.

Parchemin:

Spoiler:
 



    Sur son matelas installé à même le sol, Mashiro était affalé, son casque sur les oreilles, écoutant du AC/DC à fond. Il était presque midi et comme à son habitude il venait de se réveiller. Il y avait un bol de céréales à côté de lui, et il était en train de fumer une cigarette roulée dans laquelle il n'y avait pas que du tabac... Par sa fenêtre grande ouverte pour aérer entrait la vive lumière du jour. Alors qu'il savourait sa quiétude les yeux mi-clos, une ombre vint obstruer le passage des rayons du soleil. Il ouvrit les yeux : c'était un Juunin du quartier général qui passait sa tête par la fenêtre. Mashiro retira son casque de ses oreilles et éteignit discrètement son pétard dans un cendrier.

    "Mashiro ! Qu'est-ce que tu fiches encore au pieu à cette heure-ci ! Debout, et tout de suite !
    - Utoki, tu sais très bien que je suis pas du matin, laisse-moi encore un quart d'heure...
    - Désolé mais ça ne va pas être possible. Un des hauts gradés m'a confié une missive spéciale à te remettre en main propre. Il y a un ordre de mission de rang C, et aussi un parchemin portant le sceau du Raikage.
    - Ah ouais ? Qu'est-ce qu'ils me veulent encore ? On peut jamais être tranquille ici...
    - Reprends toi un peu Mashiro. Tu es un Shinobi de Kumo, dit Utoki d'un air sévère. Et puis, en cette période de trouble, on doit faire des efforts pour se serrer les coudes et abattre efficacement la besogne, reprit-t-il en chuchotant.
    - C'est vrai, c'est vrai, tu as raison, c'est ma faute, je suis juste trop paresseux au réveil. Je me prépare et j'y vais tout de suite."

    Mashiro se leva et saisit les documents que lui apportait Utoki. Sa remarque à voix basse montrait bien à quel point les esprits étaient préoccupés par la situation. On se sentait écouté et suivi partout où on allait, il n'y avait pas un seul endroit où l'on pouvait parler en toute liberté. Le Chuunin se lava rapidement, puis, avant de se préparer, lut ce qu'on venait de lui apporter, histoire de s'équiper en conséquence de sa tâche. Le premier document était simplement une mission d'escorte d'un marchand vers Ta no Kuni, le pays du riz. Puis il brisa le sceau personnel du Raikage pour lire la missive personnelle, se demandant ce qui pouvait être assez important pour demander à un Juunin de lui amener jusqu'à chez lui. A la lecture du document, un sourire se dessina sur le visage de Mashiro, puis, quelques instants plus tard, il sortit un briquet de poche et mit feu à la lettre du Raikage, jetant le parchemin incandescent dans son cendrier.

    *Alors voici la véritable mission, l'autre ne me sert que de couverture... Espionnage à Konoha, rang A, recherche d'informations sur le Sharingan des Uchiha, ou autrement dit : collecter des données pour pouvoir s'en prendre à Madara Uchiha. On dirait que les choses vont bouger plus vite que je ne l'avais imaginé, c'est bien, c'est très bien même ! J'espère que mon séjour au village de la feuille sera instructif, mais à la vérité, vues les tensions diplomatiques actuelles, c'est une mission bien dangereuse que vous me confiez là, Raikage-sama. Et bien, je ne vous décevrai pas, vous pouvez en être assuré !*

    Mashiro, soudainement prit d'un élan de motivation, s'équipa de son meilleur arsenal de combat. Des dizaines d'armes de jet ninja, shuriken, shuriken fuuma, kunai, fil ninja, furent stockés dans les sceaux Heiki Fuuin qu'il portait sur son corps. Il s'empara de parchemins très utiles pour le combat, mais il ne prit pas ses plus gros rouleaux : il allait devoir être discret lorsqu'il s'infiltrerait dans le pays du feu, et porter un énorme rouleau de technique dans son dos n'est pas exactement le meilleur moyen de passer inaperçu. Il se rendit ensuite aux portes sud du village, afin de retrouver Tanaka-san, le marchand qu'il devait escorter dans un premier temps. Il l'avisa bientôt, un homme d'âge mûr avec une barbe grisonnante, transportant ses marchandises dans une grosse charrette tirée par deux ânes. Mashiro réprima une expression d'ennui : le voyage allait être long, et il avait d'autres chats à fouetter. Mais tant pis, il prendrait son mal en patience.

    "Bonjour Tanaka-san, je suis Mashiro Shingen Deckard, le Chuunin chargé de votre escorte.
    - Vous m'avez l'air bien jeune pour assurer la sécurité de qui que ce soit, critiqua Tanaka-san en scrutant Mashiro d'un air dubitatif.
    - Veuillez excuser ma jeune apparence, je comprends que mon jeune âge ne vous inspire guère confiance, répondit Mashiro sans se fâcher. Mais je vais bientôt pouvoir prétendre au grade de Juunin de Kumo, ce qui fait de moi un ninja bien assez fiable pour assurer la sécurité d'une telle mission. De plus, votre marchandise ne possède aucun objet extraordinairement cher, aucune antiquité légendaire, aucune arme particulière, et la distance a parcourir est assez courte, le niveau de dangerosité est donc plutôt faible, analysa-t-il en jetant un oeil aux détails de la mission."

    Devant la précision et le professionnalisme de la réponse, le marchand ne trouva rien à répondre. Vexé mais convaincu, il monta sur sa charrette sans dire un mot de plus et fouetta ses ânes pour les mettre en route. Pas grand chose à raconter du voyage : il fut monotone. Mashiro marchait à côté de la charrette, silencieux et à l’affut, une cigarette qu'il n'avait pas pris la peine d'allumer entre les lèvres, l'air pensif. Depuis leur départ, ils étaient suivis. Un sbire de Madara. Akatsuki avait suffisamment d'hommes pour suivre tous les Shinobi de Kumo qui partaient en mission un peu loin du village, pour surveiller leurs mouvements, vérifier qu'ils ne trahissaient pas "l'alliance" entre Akatsuki et Kumo. Pour sa mission secrète, Mashiro devait donc se débarrasser de cet espion, bien évidemment. Il ruminait un moyen de le faire sans pour autant que l'espion rentre à sa base et éveille les soupçons de ses chefs, ce qu'il ferait si Mashiro se contentait de le semer. Une sourire en coin se dessina sur ses lèvres : il venait de trouver le plan parfait pour rouler le gêneur dans la farine. Il n'y avait plus qu'à attendre le moment propice. Et vous savez comme parfois on a l'impression que la malchance s'acharne sur nous sans raison ? Et bien là, c'était exactement l'inverse pour notre Chuunin aux cheveux argentés. L'occasion rêvée de mettre son plan à exécution venait de pointer le bout du nez, sous la forme de trois brigands armés jusqu'aux dents plantés en plein milieu de la route, à quelques mètres de là. Mashiro se retourna pour voir s'il y avait trace de l'espion dans les alentours.

    *Très bien, l'espion nous suit de loin en croyant ne pas éveiller mes soupçons ainsi. Je vais pouvoir le berner comme un débutant.*

    "Halte là ! Donnez-nous ce qu'il y a de plus précieux dans votre charrette, papy, si vous tenez à la vie !
    - Jamais ! Je suis escorté par un Shinobi de Kumo, il va tous vous tuer si vous m'approchez !
    - Hahaha ce gosse ? Il a à peine atteint l'âge d'être un homme, ninja ou pas, il ne peut pas rivaliser avec notre force physique. Qu'est-ce que tu en dis gamin, je te prends tout seul en combat singulier je parie."

    *Les bandits de grand chemin n'ont plus aucune classe, soupira intérieurement Mashiro.*

    Le Chuunin resta imperturbable, ne daignant même pas répondre aux sarcasmes de l'imbécile en face de lui. Il sortit simplement son briquet, et alluma sa cigarette. Un petit sceau dessiné juste avant le filtre de celle-ci s'alluma d'une lumière verte. C'était le Kumo Shien no Jutsu, le fumigène spécial inventé par Mashiro. A chaque bouffée qu'il expirait, la fumée, au lieu de se dissiper dans le ciel, formait un petit nuage de fumée qui restait en suspension prêt de lui.

    "Eh bien, tu as perdu ta langue ? T'as peur ? Tu fumes ta dernière cigarette ? D'accord, j'espère que tu vas l'apprécier, parce que je vais te faire la peau tout de suite après !"

    Le temps que le chef bandit ait fini sa provocation, un épais nuage gris entourait déjà Mashiro et le marchand (sans les toucher, la fumée faisait une sorte de dôme protecteur autour d'eux), et les bandits avaient complétement disparu à l'intérieur de la fumée. Ils commençaient à pousser des exclamations de surprise, se demandant ce qu'il se passait, incapable de voir quoique ce soit. Le marchand s'adressa discrètement à Mashiro, inquiet : "ça va aller ?". Mashiro hocha dans la tête, avec une expression dont n'émanait pas le moindre doute, ce qui rassura un peu Tanaka-san. Puis il composa quelques mudras, et frappa le sol de sa main droite en s'écriant :
    ** Kumaneko Kuchiyose no Jutsu ! ** (technique d'invocation des pandas)

    Un sceau noir s'étendit sur le sol, et s'en échappa un peu de fumée, au milieu de laquelle apparut Mobuiro, le panda mauve.

    "Salut Mashiro ! Tu as besoin de moi ? Qu'est-ce que c'est que toute cette fumée ? On dirait que tu as de la compagnie, remarqua-t-il calmement en désignant un grand homme qui sortait du fumigène et fonçait vers Mashiro avec une hache dans chaque main et une dague entre les dents, l'air particulièrement féroce.
    - Oh, ça ? Non, ce n'est rien, répondit Mashiro en explosant le bandit d'un coup de pied dans le ventre qui le renvoya illico presto dans le nuage de fumée, et, au bruit qu'on entendit, le fit percuter ses deux acolytes au passage. Ce n'est pas pour ça que je t'appelle, laisse-moi t'expliquer, nous manquons de temps. Tu as entendu parler de l'Akatsuki ?
    - L'organisation menée par ce vieux fou de Madara Uchiha ? Bien sûr, nous sommes au courant...
    - Bien. Voilà ce qui se passe : l'Akatsuki a prit le contrôle de mon village par la menace.
    - Ah, ça craint, dit Mobuiro d'un air triste.
    - Haha tu es trop mignon ! Bon plus sérieusement laisse moi parler. Ils surveillent donc nos moindres faits et gestes, et je suis actuellement en mission secrète pour mon Kage, dit-t-il en se rapprochant du panda et en baissant le ton pour que Tanaka n'entende pas. Je suis suivi par un de leurs sbires, et j'ai besoin de le semer au plus vite. Je me demandais si tu pouvais le plonger dans une illusion où tu prendrais mon apparence exacte afin qu'il ne se doute de rien, et où moi-même je ne serais pas présent. Comme ça, une fois que le fumigène se sera dissipé ici, il ne saura pas que j'ai utilisé une invocation et croira que c'est toujours moi qui accompagne seul ce marchand.
    - Pourquoi t'accompagnes ce vieux d'ailleurs, t'as pas un truc plus important à faire ?
    - Si, mais c'est ma mission de couverture, donc ce qu'il faudrait que tu fasses, c'est que tu viennes avec moi jusqu'à la destination du vieux, puis que tu rentres dans mon village comme si tu étais moi. Une fois que tu seras en lieu sûr, dans ma maison par exemple, tu pourras annuler l'invocation et te téléporter chez toi, je ne pense pas que le sbire le remarquera une fois que tu seras rentré.
    - Hmm je comprends... En plus tu m'as fait visité ta maison une fois, et je me rappelle bien où elle est. Ça devrait être dans mes cordes, je vais faire ça tout de suite.
    - Merci Mobuiro, tu es un vrai ami, avoua Mashiro en donnant une tape sur l'épaule du gentil panda mauve."

    Mobuiro composa quelques mudras, pendant que Mashiro commençait à dissiper son fumigène. Il n'eut pas besoin de flanquer une raclée aux brigands, car ils étaient tous trois en train de ramper sur le sol, à cracher du sang de leurs poumons. Tanaka, surpris, et qui n'avait strictement rien compris aux agissements de Mashiro, l'interrogea sur ce qui s'était passé.

    "Oh, ce n'est rien, la fumée que j'ai produite est un peu nocive, elle attaque les poumons comme un puissant corrosif si on la respire trop longtemps. Et comme ces brigands sont des imbéciles, ils n'ont pas pensé à s'écarter du nuage de fumée, que j'avais fait suffisamment large pour qu'ils ne trouvent pas facilement la sortie d'ailleurs. Fumer, c'est pas bon pour la santé, dit-il d'un air sadique et en s'allumant une cigarette normale cette fois-ci."
    ** Sujou Mankibi no Genjutsu ! ** (illusion de vol d'identité)

    "C'est bon, j'ai repéré l'espion qui te suivait, et je l'ai pris dans mon Genjutsu. Il ne se rendra compte de rien, mes illusions sont de légères transformations de la réalité, indécelables.
    - Bravo Mobuiro, tu es un chef !"

    La charrette se remit en route, roulant sur les corps des bandits vomissant du sang sans aucune pitié, suivie de Mashiro et du panda mauve.

    "Euh,... Pourquoi est-ce qu'un panda violet nous suit ? , interrogea Tanaka-san, inquiet.
    - Oh ne vous inquiétez pas pour ça, c'est un ami qui va nous aider à veiller sur vous."

    Entre les hommes qui vomissaient du sang à cause d'un nuage fumée et un ami panda, Tanaka-san commençait à avoir un peu peur de Mashiro. Enfin, pour lui, le fait que sa sécurité ait l'air d'être assurée sans difficulté était tout de même la seule chose qui comptait, il ne se posa donc pas trop de questions et se contenta des choses telles qu'elles étaient. C'est l'avantage avec les gens simples : ils n'en demandent pas trop, tant qu'on leur donne ce qu'ils veulent. Une chose est sûre, le marchand ne se permettrait plus jamais aucune remarque déplacée sur l'âge d'un Shinobi. Peu après, leur petite expédition arriva à leur destination : une ville à l'est de Ta no Kuni, gouvernée par un riche Daimyo. Tanaka-san, malgré tout satisfait de la "qualité du service", insista pour que Mashiro l'accompagna rendre visite au Daimyo afin que le marchand puisse recommander ses compétences de ninja. Le Chuunin voulait refuser, expliquant que ce n'était pas grand chose, puis il céda finalement. Comme ce serait étrange de paraitre devant le Daimyo avec un panda mauve comme escorte, Mashiro et Mobuiro se séparèrent d'une chaleureuse poignée de main. Mashiro remercia vivement son ami, puis le panda mauve reprit la route en sens inverse, vers Kumo, toujours suivi par le sbire d'Akatsuki qui croyait suivre Mashiro qui rentrait de sa simple mission accomplie. Tanaka-san et Mashiro arrivèrent dans la pièce principale de la tour seigneuriale, et après un bref discours du vieux marchand qui s'avérait être un bon ami du Daimyo, le seigneur de la ville tendit une rondelette bourse de Ryôs comme prime supplémentaire à Mashiro, et certifia que s'il avait besoin de quelqu'un pour une mission délicate, il ferait appel tout spécialement à lui. Mashiro n'avait pas grand chose à faire des missions que pouvaient lui confier le seigneur de cette ville, mais il accepta poliment et avec le sourire, quelques Ryôs supplémentaires n'étant jamais de refus. La première partie de sa mission étant achevée, sa couverture étant mise en place de manière impeccable, il avait maintenant le champs libre pour attaquer sa véritable mission. Au sortir de la ville, le jeune Chuunin prit la direction du sud-ouest, vers la frontière du pays du feu...

    ____________________________________________________________ Fin de la mission de couverture


Légende :

Mashiro
Utoki
Mobuiro
Tanaka-san
Le chef des brigands
Kumo no Shinobi
Kumo no Shinobi



Nombre de Messages : 171
Localisation : House of the Rising Sun
Nindô : La carte maîtresse d'un combat est l'analyse.
Date d'inscription : 05/01/2011



Passeport Ninja
Grade: Jônin
Points d'Expérience:
57/1000  (57/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Mission d'escorte ?... Rang A   Lun 27 Juin - 6:29

    ___________________________________________________________ Début de la mission secrète


    Un marchand vêtu de vêtements clairs aux teintes beiges et à l'aspect usés et vieillis s'était arrêté devant un petit étang dans une clairière, où il semblait absorbé par ses pensées... C'était Mashiro, qui observait ces fleurs blanches et roses qui poussaient sur les larges nénuphars du petit point d'eau illuminé de soleil. Des lotus sacrés, aux pétales complétement immaculés. Cela interpella pour la première fois de sa vie le Chuunin : si lui-même restait à l'extérieur au beau milieu d'une clairière dans une forêt pendant longtemps, il serait couvert de feuilles mortes, de traces de boue, d'eau, les cheveux salis et tannés par le vent... Or les lotus, fleurs et feuilles, étaient d'une propreté parfaite. A cet instant, une petite goutte d'eau qui perlait sur une feuille d'arbre au-dessus de la mare tomba sur une des fleurs. Au lieu d'y rester, elle glissa aussitôt dans l'eau. Mashiro comprit alors le miracle scientifique et naturel que sont les fleurs de lotus : leurs pétales recouverts d'une fine couche de cire végétale hydrophobe, aux propriétés nanométriques, diminuant la surface de contact entre l'eau et la plante par des molécules chlorophylliennes formant de légers piques sur la surface, semblables à une planche cloutée, empêchent la goutte de s'étaler, la faisant donc rester sphérique, afin qu'elle glisse rapidement le long du pétale, emportant avec elle la moindre saleté sans laisser de traces.

    Comment éviter un incident diplomatique ? Dans les périodes tendues, pendant lesquelles on entend le mot "guerre" murmuré à chaque coin de rue, le mieux est encore d'éviter de s'aventurer hors de son propre pays. Mais lorsque l'on est forcé de le faire, comme Mashiro, il faut une couverture crédible. Le jeune Chuunin de Kumo marchait tranquillement à travers les forêts du pays du feu. Un peu avant la frontière du pays du feu, il avait marqué une pause, afin de sceller dans les sceaux de Heiki Fuuin apposés sur l'ensemble de son corps son bandeau ninja, toutes les armes qu'il portait sur lui, et l'équipement qui lui donnait l'apparence d'un ninja. Il était maintenant simplement vêtu en civil, avec un grand chapeau qui cachait son visage et une vieille cape beige qui lui donnait des allures de voyageur. Il avait conservé sur son dos, comme il les portait habituellement, quelques uns de ses grands rouleaux de parchemin. A la frontière, interrogé par une sentinelle ninja de Konoha, il avait expliqué qu'il était un marchand de parchemins pour Shinobi et qu'il allait en vendre sur le marché de Konoha afin de renforcer l'équipement des ninja de la feuille, qu'il (c'est ce qu'il raconta au garde frontière) soutenait diplomatiquement. Son histoire était passée comme une lettre à la poste, étant donné que ses rouleaux de parchemin auraient pu s'avérer être réellement une bonne marchandise pour un village caché ninja.
    Au lieu de tenter de s'infiltrer et de se cacher des yeux des Shinobi du feu qui surveillent attentivement les allers et venus, le Chuunin avait décidé qu'une telle couverture était un moyen plus sûr de pénétrer incognito le pays : ainsi, il ne prenait aucun risque. La défense était telle qu'il lui aurait été très difficile et risqué d'essayer de passer au travers en tant que ninja de Kumo, et une fois repéré, cela aurait pu avoir des conséquences fâcheuses.

    Spoiler:
     

    Réalisant son immobilisme soudain, Mashiro reprit ses esprits et se remit en route vers Konoha, marchant tranquillement : il n'était plus très loin, et s'il courait, ses déplacements révéleraient ses qualités de ninja. Mais la révélation du lotus avait entrainé toute une réflexion dans l'esprit du Chuunin, qu'il continua tout en marchant. Si, à l'aide d'un niveau de concentration supérieur qu'il n'avait encore jamais atteint, il devenait capable de déplacer le chakra à une échelle nanométrique, afin de restructurer la matière en la déplaçant quasiment atome par atome, il serait capable de façonner des techniques aux effets surprenants. Le chakra étant, d'un point de vue physique, une sorte de fluide énergétique et immatériel, pouvant être considéré comme une onde, il pensait à l'utiliser pour annuler des phénomènes tels que l'effet tunnel, ou encore, sur l'exemple de la solidité de la nacre, qui, à partir d'un matériau calcaire peu solide, crée par une réorganisation précise à l'échelle atomique une matière trois mille fois plus résistante, pour façonner des objets incroyablement solides. Bref, les pensées du ninja étaient emplies de réflexions sur la structure de la matière, et les moyens de la modifier par des mini-transformations. Une sorte de raisonnement très avant-gardiste qui mènerait plus tard les chercheurs sur la piste des premières nano technologies. Mais nous en diront plus à ce propos plus tard, dans des circonstances plus propices à l'inventivité de Mashiro, comme lorsqu'il aura l'occasion de retourner s'entrainer par exemple. Pour l'instant, la marche philosophique du Chuunin l'avait amené en vue des remparts du village de la feuille. Mashiro avait utilisé un maquillage spécial qui lui rendait le visage très bronzé et donnait l'impression qu'il était plus âgé, pour ajouter de la crédibilité à son déguisement. En toutes circonstances il préférait éviter le Henge lors d'une infiltration.

    "Qui êtes-vous et que venez-vous faire dans le pays ? , interrogea un garde à la porte de Konoha.
    - Je suis un humble marchand qui vient vendre des parchemins scellés à l'aide du Fuinjutsu aux Shinobi du village, afin de renforcer leurs préparatifs pour les combats qui s'annoncent à l'horizon, en ces temps d'avant-guerre...
    - D'avant-guerre ? Il est vrai que l'avenir se noircit bien vite... Merci de soutenir le pays du feu, marchand, toute aide est bonne à prendre d'un point de vue militaire ces temps-ci. Tu peux passer, mais je dois noter ton nom sur le registre.
    - Je me prénomme Mekui Salomonk, je suis un homme du sud, habituellement je voyage avec les caravanes qui traversent le désert de Suna.
    - Très bien Mekui-san. Bienvenue à Konoha."

    Sur ces mots, les lourdes portes closes s'ouvrir en grand, offrant à la vue du Mashiro un aperçu de la vie très active au sein du village de la feuille : des marchands faisant de la vente à la criée qui vantaient leurs marchandises haut et fort, et des villageois, civils comme ninja, qui grouillaient dans les rues de terre battue sous le beau soleil. La vue était chatoyante : les maisons aux couleurs variées et aux toits rouges, le ciel bleu, la région avoisinante toute verte et fraîche couverte de plaines herbeuses et de forêts. Mashiro, sous le faux nom qu'il venait d'inventer de Mekui Salomonk, pénétra dans un des plus célèbre village caché de Shinobi. Dans un sombre coin de rue, il se débarrassa dans une poubelle de son accoutrement de marchand, pour reprendre une allure de simple civil avec ses vêtements de la vie de tous les jours, préférant toujours le déguisement au Henge no Jutsu, chaque malaxage de chakra étant un risque de dévoiler son identité de Shinobi. Il jeta ses guêtres dans une poubelle et stocka les rouleaux de parchemin qu'il avait conservé sur lui dans son Heiki Fuuin (je le rappelle, un fuinjutsu permettant de stocker des objets dans une autre dimension). Puis il se dirigea vers l'ancien quartier des Uchiha, où il espérait trouver des informations utiles. Il s'était renseigné rapidement, dans un vieux bouquin d'histoire de sa bibliothèque personnelle qu'il avait consulté avant son départ, où il avait lu que les Uchiha habitaient tous dans le quartier du commissariat qu'ils dirigeaient, le chef de la police étant toujours l'un d'entre eux, avant que leur clan soit presque entièrement décimé par Itachi. Il fouilla quelques maisons vides, mais il n'y avait plus aucune trace, tout avait été soigneusement effacé. Il se rappela alors que non loin de là, les Uchiha, qui possédaient un large patrimoine, avaient un temple qui était réservé aux membres du clan et à leurs invités pour les occasions officielles : le temple Nakano.

    Spoiler:
     

    Après être sorti de Konoha et s'être dirigé vers les collines avoisinantes, Mashiro parvint jusqu'au temple de Nakano et pénétra à l'intérieur. L'ancien sanctuaire du clan maudit était abandonné. Pas un garde, il semblait même que pas une âme n'ait parcouru les lieux depuis des semaines. Les pièces intérieures étaient toutes entièrement vides. Le parquet qui recouvrait le sol, nu, disparaissait sous une épaisse couche de poussière. Pas étonnant qu'il n'y ait pas de gardes, se dit Mashiro, il n'y a absolument plus rien à garder ici... Par habitude de minutie, il ausculta tout de même les murs en les tapotant en divers endroits, puis fit de même avec le sol de son pied. Il sentit un léger courant d'air et se dirigea vers sa source. Il marcha alors sur une latte de parquet légèrement décalée et qui avait bougé sous son pied, comme si elle n'était pas fixée. Mashiro l'arracha. En-dessous, une plaque de métal. Il démonta quelques morceaux du parquet pour dégager la plaque : c'était une trappe. Il ouvrit, et descendit un petit escalier exigu. Après un couloir, il parvint à une petite salle éclairée par la lumière du jour par un petit trou qui perçait jusqu'à la surface de la terre. Au milieu de cette petite pièce circulaire il y avait une stèle. Mashiro souffla la poussière qui la recouvrait et décrypta une inscription.

    *"Je suis le gardien de ton secret, digne Uchiha, jusqu'où tes yeux peuvent-ils voir ?" , lut Mashiro en pensée. Cette stèle s'adresse aux Uchiha, et elle contient leurs secrets... Soit des informations concernant l'histoire du clan, soit leurs jutsu spéciaux peut-être ? Les yeux, ce sont les sharingan... Du peu que je sais, il existe de nombreux niveaux dans ce dôjutsu... Peut-être que plus le sharingan est développé, plus la stèle devient lisible, ça expliquerait le "jusqu'où tes yeux peuvent-ils voir ?". Grosso modo, n'étant pas détenteur du sharingan, je ne peux a priori rien faire de cette pierre. Mais à la réflexion, le seul moyen de créer une telle pierre, c'est le Fuinjutsu. Les sceaux permettent de définir des règles comme "aux yeux de ceux qui ne possèdent pas le sharingan, cette inscription restera invisible". Si j'essaie de briser le sceau avec mon chakra Fuuin peut-être...*

    Mashiro approcha la main de la pierre, une main qui s'entourait peu à peu d'un puissant chakra violet. Lorsqu'il la toucha, un énorme sceau apparut sur la stèle, brillant d'une lumière rouge. Une grosse explosion se produisit aussitôt, Mashiro eut à peine le temps de se couvrir le visage de ses avants-bras, il fut expulsé par le souffle de l'explosion, vola à travers le couloir et s'écrasa contre l'escalier très pentu qui menait à la cachette. Il étouffa un cri de douleur.

    *Aïe ! Ça brûle ! Je suis bon pour racheter des vêtements et passer à la prochaine étape de mon plan, celle-ci ayant vraisemblablement complétement échoué. *

    Il repassa jeter un œil à la stèle avant de partir. Elle était intacte. Les sceaux utilisés par les Uchiha pour conserver leurs nombreux secrets étaient encore d'un trop haut niveau pour le jeune Chuunin. Vaincu pour cette fois, Mashiro quitta le temple Nakano, après avoir repassé les planches pour ne pas laisser trace de son passage. Il rentra en ville où il se racheta une chemise propre, qu'il mit. Il était décidé à ne pas se laisser abattre par cet échec, et comme la fouille ne donnait rien, il pensait déjà à un autre moyen d'obtenir des informations sur le sharingan, pour remplir sa mission secrète confiée par le Raikage. Après un repas prit dans un célèbre petit restaurant de ramen, où il prit le temps de récupérer ses forces et ses esprits, il se dirigea vers le palais de l'Hokage, se remémorant au passage les explications qu'on lui avait faites un jour au sujet du centre administratif de Konoha.
    Yozo Hoshikuma a écrit:

    (*)
      Le bureau du Hokage est situé dans ce palais orné du kanji Feu entouré d'un rouge foncé. C'est dans cette bâtisse que l'on peut retrouver de ce fait le chef du village, mais aussi demander une mission dans une salle occupé par des employés qui confient aux ninjas du village les rouleaux contenant l'objectif de leur mission. Par extension, une salle à côté permet de recevoir les personnes demandant les services de Konoha pour accomplir une mission. Le palais de Konoha entrepose de plus les dossiers de ses ninjas, qu'ils soient déserteurs ou non. Les techniques de base sont aussi au sous-sol du bâtiment. Enfin, le palais du Hokage dispose d'une salle de réunion, utile pour les briefings à la veille d'une guerre inévitable ou tout simplement d'une mission d'importance majeure requérant les services de plusieurs shinobis expérimentés de Konohagakure no satô.


    "Bonjour, on m'a dit que vous recherchiez du travail en tant qu'administrateur de Konoha au palais ? J'ai déjà un travail, mais je me suis dit qu'il était peut-être plus urgent d'aider directement mon village, pour lequel je suis entièrement dévoué, assura Mashiro en souriant à la jeune hôtesse à l'accueil du palais."

    Mashiro avait entendu quelques commérages en marchant à travers les rues. En tant de paix il était logique que les administrateurs n'aient pas grand chose à faire, mais lorsque ces temps de paix touchaient à leur fin, comme un signal d'alarme déclenché par les évènements, l'administration devenait inondée de travail. Il avait donc eut vent du fait que l'on avait créé de nouveaux postes à pourvoir pour les civils du village, chargés de traiter et de classer des dossiers qui s'accumulaient en quantité, et de s'occuper de l'organisation progressive des archives, etc. Il avait bien entendu réagi immédiatement lorsqu'il eut surpris ces propos, se rappelant que Konoha conservait l'intégralité des données concernant ses Shinobi dans des dossiers rangés dans les salles d'archive du palais. Y travailler était la meilleure façon de s'infiltrer pour consulter certaines informations en cachette, bien que considérant le nombre d'employés qui parcouraient sans cesse le palais, cela n'allait pas être facile de ne pas se faire repérer.

    "Bonjour, oui, nous avons quelques postes à pourvoir... Vous avez de l'expérience ?
    - A vrai dire, pas beaucoup, mais j'ai toujours beaucoup aimé les livres, et j'ai travaillé un peu en tant que bibliothécaire. Je pense que je serai très utile aux archives.
    - Et bien n'en dites pas plus, presque plus personne n'a le temps pour s'occuper de ce secteur en ce moment, et les documents s'empilent sans être triés, c'est un bazar sans nom. Je vais vous faire signer quelques papiers puis cet homme là-bas (elle désigna un homme qui travaillait en silence derrière un bureau) vous montrera les lieux et vous expliquera ce que vous devez faire. Vous résidez à Konoha ?
    - Bien sûr !"

    Mashiro prit un stylo et suivit les instructions de la standardiste à la lettre : il remplit nom, prénom, date de naissance, adresse, etc. Tout cela entièrement inventé sur le coup bien entendu : il s'appelait maintenant Hamui Santorui, 19 ans, habitant le quartier populaire du village de la feuille. Pendant des heures on lui fit visiter le palais, on lui expliqua comment trier, classer, ordonner, commenter, résumer les archives. C'était un travail long, fastidieux, et de ce fait extrêmement ennuyeux. Alors que son guide le quittait, il restait encore quelques heures avant la soirée, et il décida donc d’entamer la besogne qui lui avait été confiée. Il voulait faire profil bas quelques jours, effectuant réellement les tâches qu'on lui demandait, jusqu'à ce qu'il ait une connaissance des lieux suffisante pour pouvoir mettre son plan en action : consulter les fichiers concernant les membres du clan Uchiha sans être repérer. Pour ceci il allait devoir connaitre exactement les horaires des gardes, leur nombre, leurs rondes, leurs postes, afin de se créer une voire deux routes d'échappatoire au cas où. Et puis, plus il travaillait, plus les autres lui feraient confiance, et plus il aurait de chance de se voir accordé légalement l'accès à ces informations. Mais alors qu'il traversait un couloir, il croisa un homme différent des civils rencontrés dans le palais jusqu'ici. C'était un ninja, mais pas seulement ; c'était un Shinobi d'une puissance incroyable, il en avait rarement vu de telle. L'homme saisit le chapeau qu'il portait sous le bras et le posa sur sa tête. C'était la coiffe du Hokage. Mashiro avait le Kage du village de la feuille en face de lui, il allait le croiser, et il baissa les yeux instinctivement. Même quand on essaie de les cacher, la culpabilité et le mensonge ressortent toujours devant une présence si supérieure qu'elle parait presque paternelle et fait ressortir un caractère d'innocence enfantine lorsqu'on la croise sans y être préparé. Grave erreur ! Pour un infiltré, l'essentiel est de garder un comportement serein pour ne pas avoir la moindre chance d'être suspecté par qui que ce soit. Yozo Hoshikuma, le Hokage, n'avait pas manqué ce regard fuyant, et son attention en fut aussitôt attirée sur le jeune homme aux cheveux blancs, une apparence bien insolite pour quelqu'un qui travaille aux archives. Mashiro avait compris ce qui se passait dans la tête de l'Hokage. Il sentait les yeux perçants qui devinaient vaguement la vérité déjà. Il se ressaisit donc et tenta de rattraper le coup.

    "Bonjour, Hokage-sama. Je suis nouveau ici, j'avais entendu dire que le palais était en sous-effectif et que l'administration avait besoin d'un coup de main, je me suis donc porté volontaire pour aider. Mon nom est Hamui Santorui."


________________________________________________
(*) : Yozo, je te pique ta description du bureau de l'Hokage, en expliquant qu'elle m'a été fournie par "quelqu'un", ce quelqu'un étant probablement un Shinobi de Kumo plus âgé ayant déjà été envoyé en mission au sein du village de la feuille par le passé.

Légende :

Mashiro
Le garde de Konoha
L'hôtesse d'accueil du palais de Konoha



Nombre de Messages : 1013
Localisation : Hôpital psychiatrique de Konoha
Date d'inscription : 07/01/2011



Passeport Ninja
Grade: Genin
Points d'Expérience:
50/1000  (50/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Mission d'escorte ?... Rang A   Mar 28 Juin - 7:41
Yozo était enfin de retour à la maison. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas vu les habitations du village, avec leur architecture propre au village caché de la feuille, ni le palais du feu, et encore moins aperçu la falaise des Hokages, où les visages sculptés dans la roche n'avaient toujours pas changés. Le Hoshikuma n'était pas étonné, le village caché de Konoha était toujours comme ça, à rester figer dans le temps. Jamais Konoha n'avait souhaité évoluer, aussi bien physiquement que mentalement. Les valeurs du village étaient toujours les mêmes, combattre au péril de sa vie même si on sait que sa présence sur le champ de bataille est inutile tout comme son sacrifice. Même le village en lui-même n'avait pas changé, pour preuve, Konoha fut reconstruit à l'identique après les attaques d'Oto et de Suna durant l'examen de sélection des Chûnins au cours duquel chaque Jinchuriki de Suna et de Konoha s'affrontèrent dans une lutte sans merci. Tout faisait pensait que les habitants du village ne souhaitaient pas perdre quelque chose qui en réalité n'avait aucun réelle valeur sociale, à moins d'avoir des pensées kamikazes. Après avoir passé la grande porte, où les gardes saluèrent solennellement leur supérieur absolu, chose que Yozo réfuta en affirmant que le Daimyo était bien au-dessus de tout, il poursuivit sa route jusqu'à rentrer chez lui. Son rapport de mission sur la disparition des activités douteuses de Hachiman no Nadare attendra plus tard.

Une fois chez lui, il posa ses affaires et s'écroula sur son lit. Les auberges de la cité des crocs étaient d'excellente qualité mais elles ne pouvaient égaler le bon petit lit de chez soi. Le Hokage s'endormit très rapidement et le lendemain, il reprit les bonnes vieilles habitudes, comme si rien ne s'était passé au cours des dix derniers jours. Il repartit ainsi à son bureau, l'air détendu, avançant tranquillement au palais du Hokage à pied, sans chercher la complication. Il aurait préféré continuer de s'entraîner à s'affronter contre d'autres ninjas de la Kiba no toshi, à perfectionner son art pour se rapprocher de sa Voie, mais son poste à responsabilités de chef des ninjas de Konoha le lui empêchait. Après être descendu de la falaise, il arriva au palais et commença à monter quelques étages, saluant les fonctionnaires qui passaient à côté de lui. Depuis son entraînement à la cité des crocs, le Hoshikuma semblait changé. Son regard était différent. Les gens ne le voyaient plus comme étant un Hokage chargé de la paperasse mais comme quelqu'un de puissant, de la même trempe que ses prédécesseurs. Son chakra avait lui aussi évolué. Sa réserve de chakra était bien plus grande et quand des ninjas passaient à côté de lui, c'était désormais toujours la même chose: ils regardaient le Hokage avec admiration. Le village commençait à apprécier le Rokudaïme Hokage mais ce dernier ne le voyait pas encore.

Lorsqu'il entra dans son bureau, une belle pile de paperasse l'attendait. Il sourit avec ironie, tellement ce travail l'ennuyait profondément. A croire qu'une fois les échelons de la hiérarchie, la phase ultime du ninja ayant déversé du sang pour sa patrie et de la sueur pour y parvenir à tout prix n'est qu'une tâche ingrate que même un simple fonctionnaire du palais pourrait assurer. Et comme si cela ne suffisait pas, la secrétaire de Yozo, appartenant au clan Nara, était absente, pour cause de mission au pays de l'océan. En clair, le Hoshikuma avait dès son retour du boulot en masse à faire. Il s'installa sur son fauteuil, attrapa un tampon et martela machinalement chaque papier qu'il prenait de la grande pile. Avec Partisan-senseï, il avait appris à être endurant aux coups, et à être plus patient pour trouver le meilleur moment propice à une riposte. Mais ici, impossible de faire abstraction de ses défauts. Le Rokudaïme au bout d'un quart d'heure avait envie de tout balancer par la fenêtre. Dans un tel cas, il aurait été tenté de sortir une petite clope et de fumer un peu pour se relaxer. Néanmoins, Yozo ne pouvait s'abaisser à un tel acte. Ses convictions le lui empêchaient et convaincus par ses idées, il resterait fidèle à sa façon de penser. Pour lui, fumer en tant qu'Eiseinin serait honteux. Connaître les risques du tabagisme et les conséquences qui suivaient, alors que l'on est censé empêcher que des gens souffrent du tabac, cela tracassait le Hokage.

Prenant son mal en patience, le fils d'agriculteurs sortit de la pièce quelques minutes plus tard. Il referma la porte d'un mouvement de la porte, cette dernière claquant toute seule avec la force donné par le coup de Yozo. Il souffla, se passa la main dans les cheveux puis contre le mur, pensa à tout et à rien. Etait-ce la vie qu'il recherchait ? Son rêve le plus fou était de devenir un grand ninja et comble d'ironie, la réalité l'avait rendu le ninja le plus important d'un village au niveau politique et administratif avec pour seule grandeur sa taille. Tout à coup, son chapeau de Hokage tomba au sol. Maintenant qu'il était revenu au bercail, il devait porter la tenue qui faisait de lui l'ombre du feu, à son plus grand regrets. Il se baissa ensuite pour prendre sa coiffe, puis la mis sous son bras le temps de se relever. Au même moment où il remettait sa coiffe sur sa tête, le rendant plus ridicule que jamais, il fut troublé par quelque chose qui arrivait. En effet, du fond du couloir arrivait un jeune homme, bien plus petit que notre protagoniste avec un physique particulier. Son visage était orné de tatouages rougeâtres qui entourait son œil gauche. Des cheveux grisâtres lui tombait légèrement au niveau du front à peine visible. Dans ce bâtiment, il n'y avait que deux types de personnes fréquentant cet étage. Les fonctionnaires, habillés en civils, et les ninjas d'un certain grade, vêtu des frusques de l'élite ninja. Le jeune homme arrivant en direction du Hokage était un mélange singulier des deux.

Portant des vêtements d'une certaine banalité, son chakra n'avait cependant rien de normal. A la Kiba no toshi, Yozo était en permanence exposé à de puissants chakras. Et ici, alors que le chakra des employés étaient disons faibles, celui de cette personne était assez puissant. Le Hokage se décrocha suite à cette réflexion de son mur et se méfia de l'arrivant. Au moment où les deux hommes croisèrent le regard, le civil trahit une certaine culpabilité en baissant la tête. Comme si les deux hommes s'étaient livrés bataille et que cette joute visuelle avait pour conséquences chez le perdant de dévoiler ses pensées. Puis soudain, le vaincu déclina son identité. Il se fit ainsi passer quelqu'un de respectueux en la personne de Hamui Santorui. Il raconta qu'étant donné le sous-effectif de l'administration, il était venu aider le palais du Hokage en tant que volontaire. Jouant sur la politesse, il paraissait quelqu'un de tout à fait correct. Yozo n'y croyait pas une seconde. A son tour, il joua le jeu et d'un ton amical, il proposa à Hamui:
    « Alors comme ça vous venez nous aider Hamui ? C'est très aimable de votre part ! Vous allez voir comment vous avez bien fait de venir travailler ici, ça paye très bien. Suivez-moi, je vous invite chez moi, on va fêter votre nouvel emploi ! »
D'un air festif, il prit son bras et l'enroula autour du Santorui pour le guider plus facilement à son domicile. Tout le long les deux hommes croisèrent des fonctionnaires, qui furent surpris de croiser un jeune homme comme Hamui. Yozo répondit à celà que sa motivation n'avait pas de limite et faisant preuve de cynisme, il se plut dans ses méandres à rire, tant il fallait être désespéré pour rejoindre un bâtiment rempli de bras cassés. Rapidement, ils arrivèrent au pavillon du Hoshikuma et en toute convivialité il fit rentrer son invité le premier. Il l'installa dans le salon et prétendant chercher à boire pour trinquer le nouvel emploi de Hamui, il revint quelques instants plus tard, débarassé de sa tunique de Hokage, son naginata en main, la pointe de son arme visant la gorge de l'espion.
    « Décline ton identité et ton village, j'ai pas que ça à faire de voir des espions traîner dans mon village. Tu pensais quand même pas que tu allais rester ici peinard, sans risquer de te faire débusquer ? »
Petit moment de silence entre les deux hommes. Hamui ne fit pas signe d'être gêné, ni d'être mis à jour. Il resta impassible, tandis que son hôte fit une petite remarque dans le vent.
    « Et puis franchement, c'est quoi cette fausse identité ? Mouais, ça fait pas habitant de Konoha ça, tu fais trop jeune blanc bec qui adhère pas à la propagande du village... »
Après cette réplique dont il n'en tint pas compte, le ninja espion parla. Afin de le laisser dialoguer avec lui, notre protagoniste retira sa lance de la gorge de son "invité" pour lui laisser plus de liberté et le mettre plus en confiance dans ses propos.
    « Étant démasqué, je ne chercherai pas à vous mentir. Je pense qu'il sera plus bénéfique pour vous comme pour nous que vous connaissiez la vérité de toutes façons. Je suis Mashiro Shingen Deckard, du village des nuages, et bien que je me sois infiltré secrètement dans votre village, mes intentions ne représentent aucun danger pour Konoha. Kumo est actuellement dans une situation difficile, peut-être en savez-vous quelque chose, et je pense que nous aurions tous intérêt à nous entre-aider. »
    « Je me doutais bien que quelque chose se tramait à Kumo, mais de là à ce Kumo envoie un espion pour s'en sortir, il y a vraiment un problème. Que me vaut l'honneur de ta visite ? Ta présence signifie-t-elle une alliance avec Ame ? S'il s'avère que c'est bien le cas, tu peux t'apprêter à mourir. »
Kumo no Shinobi
Kumo no Shinobi



Nombre de Messages : 171
Localisation : House of the Rising Sun
Nindô : La carte maîtresse d'un combat est l'analyse.
Date d'inscription : 05/01/2011



Passeport Ninja
Grade: Jônin
Points d'Expérience:
57/1000  (57/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Mission d'escorte ?... Rang A   Mar 28 Juin - 11:15
    Les pensées de Mashiro forment habituellement un flot rapide et continu, capable de changer de direction, de bifurquer ou d'accélérer en un instant, s'adaptant à chaque changement de situation, à chaque évènement imprévu, aussi improbable soit-il, sans jamais s'interrompre. Au cœur de ses pires batailles, affrontant seul des ennemis bien plus puissants que lui, il a su à chaque instant garder ce sang-froid qui permet au flot de pensées de s'écouler sans à-coups, même lorsque son effort physique était à son paroxysme. C'est seulement dans de rares moments d'oisiveté, le sommeil ou l'inconscience que ce cerveau trouve enfin un peu de repos. Et pourtant, lorsque le Hokage joua dans son jeu avec un peu trop d'enthousiasme à son goût, puis qu'il le saisit par le bras pour l'emmener boire un verre, l'esprit de Mashiro vacilla quelques secondes, pendant que ses jambes marchaient machinalement, sans oser opposer de résistance à la volonté de l'ombre de feu. Sa peau déjà très pâle ne le laissa pas transparaitre, mais la peur ralentit considérablement la circulation de son sang sous son visage, ses pensées se perdirent dans une vallée de désespoir l'espace de quelques secondes et s'il ne s'était pas repris juste à temps, il sentait qu'il allait être pris de vertiges. Il savait ce que l'Hokage avait compris. Son apparence, son chakra, n'importe quel détail avait pu trahir le Chuunin de Kumo (et il est vrai que Mashiro n'est pas très doué pour se fondre dans la masse d'un point de vue vestimentaire), et dès lors Yozo Hoshikuma avait très bien pu émettre un doute très vite transformé en quasi-certitude... Quant au fait que cet Hamui qui était en face de lui n'était pas plus Hamui que ses pieds, et qu'il s'agissait d'un espion ou autre être mal intentionné. Mashiro savait cela. Mais alors qu'il marchait bras-dessus bras-dessous avec l'Hokage, souriant et faisant bonne figure, riant même à un ou deux de ses traits d'humour jetés au hasard des rencontres de la rue, il reprit le contrôle. Son état nauséeux fit place à une poussée d'adrénaline qui remit ses idées en place.

    Analyse de la situation :


    Que fait-t-on aux espions ? On les tue. Avant cela ? On les interroge. Yozo Hoshikuma emmenait Mashiro chez lui. Certes sans doute pas pour boire un verre, mais plus probablement pour l'interroger personnellement. Étant donnée la situation de Kumo, Mashiro était donc dans une position très dangereuse. Il ne pouvait pas se permettre de mentir, car cela avait toutes les chances de se retourner contre lui et de le mener à sa perte, car il allait sans doute être confronté à des Shinobi capables de distinguer les mensonges sans difficulté, et peut-être même que Yozo lui-même avait un don pour détecter l'honnêteté. Il allait donc falloir jouer carte sur table. Et quelles cartes avait-il ? Akatsuki tenait Kumo entre ses griffes. Mais de l'extérieur, on ne voyait pas forcément le tableau de la même manière : "Akatsuki et Kumo sont-ils de mèche ? Kumo a un comportement étrange ces temps-ci, menant des missions agressives vis-à-vis des autres grandes puissances ninja... Ils se sont alliés à Uchiha Madara, celui que l'on suspecte d'être à la tête d'Akatsuki et vont lui prêter main forte dans ses méfaits..." Mashiro pouvait tout à fait imaginer ce qui se disait de Kumo un peu partout, et cette idée ne le réjouit guère. Mais tout espoir n'était pas perdu pour autant. En expliquant la vérité à l'Hokage, il avait des chances de réussir à le convaincre par la logique des éléments de l'histoire. Car après tout, Kumo, une grande puissance ninja, n'a aucun intérêt apparent à s'allier avec Akatsuki, la vérité sonnait donc beaucoup plus juste que cette version extérieure des faits. Mashiro était tout à fait calme maintenant, avec sa ferme décision de tabler sur la franchise, avec à l'appui une preuve : le but de sa mission. S'il devait rechercher des informations sur le Sharingan, c'était bien entendu dans le but de le contrer, lorsque la rébellion de Kumo contre l'envahisseur pourra enfin éclater ouvertement. L'esprit libéré d'un poids maintenant que Mashiro avait décidé de la conduite à suivre, il marcha avec plus d'aisance, afficha un sourire sans complexe et rit même à une plaisanterie de Yozo.

    Les deux hommes marchaient comme de vieux amis alors qu'ils ne s'étaient rencontrés que quelques minutes auparavant, et qu'au fond d'eux mêmes, l'un suspectait l'autre et l'autre craignait l'un. Quels jeux d'acteurs ! De l'affectation bien maîtrisée qui masquait en apparence totalement toutes ces arrières pensées. Grâce à cela, ils purent au moins éviter d'éveiller les soupçons des passants à propos "du jeune qui suivait l'Hokage", faisant réellement croire à une scène de deux amis allant boire un verre. Ils arrivèrent finalement à la demeure de Yozo, une maison plus grande que la moyenne de Konoha, mais à l'aspect étonnamment modeste. "L'hôte" de Mashiro, pour ne pas dire son interrogateur, le convia poliment à s'installer dans son salon. Mashiro s’exécuta tout naturellement, s'asseyant à une table, dans un fauteuil en cuir fort confortable. Peu après, Yozo revint dans la pièce, débarrassé de ses vêtements officiels gênants, et menaçant soudainement Mashiro de la lame de son arme. Ce changement abrupt d'attitude se poursuivit lorsque Yozo reprit la parole d'un ton sévère et menaçant. Maintenant que les deux hommes étaient en lieu sûr, il était grand temps de faire tomber les masques. Analysant les paroles et le niveau de colère de l'Hokage, le Chuunin de Kumo savait qu'il allait devoir choisir prudemment ses premiers mots, mais qu'il pouvait tout de même se permettre de prendre quelques secondes pour peaufiner un discours habile. Les termes utilisé par Yozo n'étaient plus affectés de la moindre politesses, ils étaient le reflet direct de sa pensée, sans modification aucune. Mashiro savait qu'il fallait se méfier de ce genre de caractères un peu impulsifs, mais que d'un autre côté ils étaient souvent accompagnés d'une qualité inestimable : une grande honnêteté. Il annonça donc d'entrée de jeu qu'il serait lui aussi complétement honnête, et l'éclat de ses yeux, tout comme l'assurance de sa voix, venaient confirmer ses dires. La détermination et la franchise de Mashiro s'entendaient, se voyaient, et personne n'aurait pu s'empêcher d'être naturellement convaincu de sa bonne foi, mais Yozo ne baissa pas sa garde pour autant : rien de plus dangereux qu'un ennemi qui a une tête d'honnête homme.

    Yozo Hoshikuma était de toutes évidences une personne très sensée et même plus humaine que beaucoup de Shinobi sans doute. L'effet que désirait produire Mashiro avec sa petite introduction fut immédiat. L'animosité de l'Hokage s'estompa quelques peu et il commença à prêter l'oreille.

    *Et exactement comme on pouvait s'y attendre, Yozo suspecte une alliance entre Kumo et Ame, siège d'Akatsuki. De ce point de vue, Madara a parfaitement réussi son coup, jeter le doute et la zizanie pour faire s'entretuer les grandes puissances, c'est sans doute la stratégie la plus efficace qui soit pour entamer une guerre... Il va falloir une bonne dose d'argumentation convaincante, de tact et de subtilité pour sortir cette idée là de la tête d'une personne qui me considère comme un ennemi potentiel. Lorsque l'on vit dans les combats comme nous autres Shinobi, on ne plaisante pas avec ses ennemis, et c'est sur cette haine latente que s'appuie Madara ; nul doute d'ailleurs que ce vieux renard des temps anciens est un tacticien hors pair... Empêcher ses plans, ça risque de ne pas être du gâteau...*

    Tout en répondait à Mashiro, Yozo avait sorti deux verres et y avait versé un alcool aussi parfaitement incolore et transparent que l'eau la plus pure. Le Chuunin de Kumo reconnut cet alcool lorsque son odeur atteint ses narines, cette odeur si caractéristique... De la Vodka. Son parfum charmait certains et dégoutait les autres, mais c'est, pour tous, une boisson qu'il est difficile d'ingurgiter sans sourciller. Lorsque l'on sert de la vodka à son ennemi, cela signifie qu'on souhaite un dialogue à cœur ouvert, car elle délit les langues et embrume trop l'esprit pour qu'il puisse tenter de déblatérer la moindre sornette tout en conservant sa crédibilité. Yozo et Mashiro vidèrent leurs verres d'un trait, sans laisser le goût fort qui envahit leur bouche et brûla leur gorge faire apparaitre la moindre trace de grimace sur leur visage, contrôlant tous les deux chacun de leurs muscles ; faisant ainsi preuve de la maitrise qui scie à la fierté d'un homme. Aussitôt après, Mashiro entama sa réponse.

    "Vous avez donc eu vent des rumeurs ? Mais vous êtes un homme intelligent, Yozo Hoshikuma. Vous savez comme moi que les rumeurs sont, dans la grande famille des informations, les plus viles et les plus vicieuses. On ne sait jamais d'où elles viennent, et si elles n'ont pas été créées pour nous induire en erreur, nous manipuler. Car il suffit qu'un instant l'esprit s'accroche là où il croit discerner la vérité, et une opinion en est aussitôt forgée. Une opinion, une idée... Il n'y a pas de maladie plus incurable qu'une idée, pas de malade plus sûrement condamné qu'un convaincu. Laissez-moi maintenant vous expliquer...
    - Laisse-moi t'interrompre. Qu'est-ce qui me pousserait à te croire toi plutôt que ces rumeurs ? Tu as tout intérêt à inventer un bon mensonge pour sauver ta peau, vue ta situation.
    - C'est vrai, répondit aussitôt Mashiro, qui sentait que Yozo le testait habilement. Je vais donc tenter d'apporter le plus d'arguments synthétiques et logiques à ce que j'avance. Et ce que j'avance, c'est ceci : Akatsuki, ou encore Ame, un de leur plus gros repaire, si vous préférez, est une organisation maléfique menée par Madara. Jusqu'ici, je suppose que je ne vous apprends rien. Mais mon village et Akatsuki ne sont pas le moins du monde des alliés. Uchiha Madara a juste commencé à mettre en place sa stratégie pour la guerre qu'il veut provoquer. Il a choisi Kumo car c'est un village qui possède des troupes de Shinobi parmi les plus puissants, et que nous vivions une période de grande instabilité politique. Saisissant l'occasion, il a pris le pouvoir par la force et la menace. Il contrôle notre Kage, qui se voit obligé de lui obéir au doigt et à l’œil s'il veut préserver les habitants de son village. Grâce à cela il parvient à faire croire au reste du monde que le village des nuages s'est rallié à sa cause, jetant le doute et la zizanie entre les autres villages. De plus, il envoie ses sbires et le Raikage lui-même pour effectuer des missions hostiles sur les territoires du village de la brume sanglante, Kiri Gakure, afin de pousser Suzumi Yume, la Mizukage actuelle, dans ses derniers retranchements, ne lui laissant pas d'autres choix que de finalement déclarer la guerre à Kumo, que ce soit par la colère ou simplement pour défendre l'honneur de son village. S'il réussit à accomplir cela, nous jouerons alors tous dans le creux de sa main, et ce sera le début de la fin pour le monde tel que nous le connaissons. Les jeux d'alliance joueront en faveur de Kiri puisque tout le monde pensera que Kumo a rejoint Akatsuki. Et si Iwa, Suna, Konoha, Kiri et Kumo ont un point commun, c'est bien de vouloir anéantir Akatsuki. Donc je continue mes pronostics : Kumo sera alors anéanti, mais Kiri et ceux qui leur seront venu en aide auront subi d'énormes pertes. Madara passera ensuite à la seconde phase de son plan. J'ignore de quelle nature est cette seconde phase à vrai dire, mais je suis certain qu'il est tout à fait capable d'utiliser les dégâts d'une première grande bataille pour ensuite gagner sa propre guerre, que ce soit par des moyens directs ou détournés. Maintenant que je vous ai expliqué de quoi il s'agit, je vais maintenant tenter de vous amener à me croire. Tous les Shinobi de Kumo ont le cœur brûlant de rage contre l'Akatsuki, ce sont des hommes fiers que les hommes du pays de la foudre, et un homme fier ne déteste rien plus que d'être contrôlé par un tyran maléfique et menaçant. Une partie d'entre eux a déjà commencé une rébellion ouverte, mais la vérité est que nous nous sommes tous mis d'accord : certains détournent l'attention des espions d'Ame en faisant croire à une petite rébellion pendant que les autres continuent à suivre les ordres de Madara, surtout le Raikage qui ne peut rien faire contre la volonté d'Akatsuki, les risques seraient bien trop grands pour Kumo si sa conduite s'écartait de la volonté qui le dirige. Ceux qui continuent à faire sembler de se plier à la volonté de Madara jouent tous en réalité un double-jeu, prêt à défendre leur village le moment venu, et tentant de collecter des informations utiles et de se préparer à la guerre du mieux qu'ils peuvent en attendant, sans éveiller les soupçons d'Akatsuki, car c'est là la clé de notre plan : Nous devons tout préparer pour renverser l'équilibre des pouvoirs en limitant au maximum les fuites. Bien sûr, Madara ne s'attend pas à ce que Kumo lui tombe tout cuit dans le bec, il s'attend à de la résistance, et nous lui en montrons pour endormir ses soupçons. Ce qui nous voulons, c'est parvenir à préparer une rébellion suffisamment énorme pour le surprendre et le déstabiliser. Je fais partie de ceux qui jouent un double jeu, et j'ai été nommé secrètement par le Raikage diplomate de Kumo. J'ai été envoyé au village de la feuille pour trouver des informations sur le Sharingan, c'est ma véritable mission, et c'est dans le but de consulter les dossiers des membres du clan Uchiha, vivants ou morts, que je m'étais enrôlé en tant qu'administrateur dans votre palais. Pour quelles autres raisons aurions-nous besoin d'informations sur le dôjutsu d'un clan presque éteint, si ce n'est pour trouver une faille dans la force du légendaire Madara Uchiha ? L'objet même de ma mission prouve que nous ne sommes pas de leur côté et nous nous préparons à la guerre contre eux. De plus, comme je l'ai mentionné précédemment, Kumo est un village puissant. Nous n'avons aucun intérêt à nous allier à Akatsuki : ils n'ont rien de bon à nous apporter, nous détestons leur manière d'agir et nous n'adhérons à aucun de leurs idéaux. De plus, le mentalité de Kumo nous conduit à une volonté d'indépendance. Les seules alliances qui nous ayons jamais conclues n'étaient que par nécessité stratégique, nous préférons, tant que possible, nous débrouiller seuls. Et enfin, ma dernière preuve : cette coïncidence exacte dans le temps entre notre période instabilité politique, l'attribution du titre de Raikage toute récente à Onizuka Yakami, et les rumeurs parlant d'une alliance entre Kumo et Akatsuki. Il est clair que si on expose les faits ainsi, le complot de Madara est parfaitement mis en évidence. Je pense que ces arguments logiques et irréfutables vous laissent déjà saisir une vision plus claire des évènements et de la réalité. Et pour que l'heure de la véritable rébellion puisse sonner le plus vite possible, et la situation est très pressante comme vous le comprenez, il faut absolument que je convainque Konoha de s'allier à nous, et que Konoha transmette la vérité à ses propres alliés ensuite, afin qu'ils se rallient eux aussi à la cause de Kumo. Nous devons conclure tous ensembles, avec tous ceux qui sont prêts à se battre pour contrer les plans d'Akatsuki - et je pense que cette cause rallie tous ceux qui souhaitent sauver notre monde et y ramener la paix durablement, un pacte secret - une alliance non officielle, qui ne doit pas pour l'instant être annoncée au grand jour pour ne pas parvenir aux oreilles de Madara avant l'ouverture des hostilités. L'effet de surprise est crucial, si Madara apprend nos plans avant l'heure, il les contrera et nous filera entre les doigts. Mais même si cela doit se faire dans le plus grand secret, il faut absolument conclure ces alliances au plus vite. Lorsque que l'heure de la riposte arrivera, les forces de Kumo se soulèveront toutes d'un coup, comme un seul homme les troupes de Shinobi des nuages fonceront sur les hommes d'Akatsuki, et j'espère que vous nous accompagnerez et que nous ne serons pas seuls, parce qu'il y a des chances que les hommes d'Akatsuki ne soient pas seuls eux non plus. Je pense que cette guerre qui approche... Nous avons en cet instant, vous et moi, Yozo Hoshikuma, le pouvoir de l'écourter, et de réduire considérablement les dégâts qu'elle causera. Allions-nous, maître Hokage. Nous ne pouvons pas laisser Uchiha Madara, qui prépare sa revanche depuis sa défaite contre le fondateur du village de la feuille, réussir à embrouiller davantage les esprits de tous. La vérité doit se répandre à Konoha, à Iwa, à Suna et à Kiri au plus vite. Elle doit se répandre silencieusement et rapidement, agile comme un serpent qui chemine en zigzag entre les brins d'herbe. Nous nous battrons côte à côte et nous étoufferons une fois pour toute ce mal issu de la haine de ce monde, et qui répand ses maléfices comme une nuée toxique. Comme ultime garant de ma bonne foi, je vous offre mes humbles services. Je suis un des rares experts en Fuinjutsu vivant, descendant d'un clan du Grand Nord, les Deckard, qui connaissaient des techniques de sceaux uniques. Par rapport à mes ancêtres, j'en suis encore au balbutiement de mon art, et c'est bien peu ce que je peux vous offrir par rapport à ce que je vous demande, j'en suis conscient... Mais honnêtement, c'est l'offre la plus utile que je puisse faire en ces circonstances. Car après tout... Je n'avais pas prévu d'entamer une négociation diplomatique si rapidement, et avec l'Hokage lui-même qui plus est. Peut-être cette offre éveillera quelque intérêt qui pourrait vous faire pencher en la faveur de la cause que je défends, si ce n'est pas déjà le cas. Je l'espère de tout cœur en tout cas, conclue enfin Mashiro en poussant un léger soupire de soulagement maintenant qu'il avait eu la possibilité de dire l'intégralité de ce qu'il avait à dire, sans que sa tête ne soit tombée (pour l'instant).."

    Un long silence suivit ce monologue. Mashiro avait parlé longtemps, regardant tout du long le jeune Hokage droit dans les yeux, parlant sans hésiter, sûr de lui. Il émanait de ce jeune Chuunin, à cette minute grave pour le destin du monde des Shinobi, un pouvoir de conviction étonnant... Cette volonté qui l'animait, c'était l'amour de la vie. L'amour de sa patrie, de son pays, de son village, de la liberté et de la paix. Toutes les valeurs qui lui avaient permis de vivre comme il le souhaitait jusqu'ici, en homme libre et heureux, il sentait son devoir de les défendre au plus profond de lui, en ces temps où que pour la première fois une ombre était apparue, menaçant d'anéantir ces valeurs comme on brûle une maison de bois et de paille... Yozo Hoshikuma avait écouté en silence, pesant sans doute chacun des propos de son interlocuteur, et ne laissant pas paraitre la moindre émotion sur son faciès. Une violente anxiété vint faire vaciller l'assurance de Mashiro alors qu'il scrutait le visage de l'ombre du feu en attente de sa réaction... Les prochains mots du maitre Hokage allaient déterminer non seulement la vie ou la mort de Mashiro, mais aussi l'avenir du monde. Le Chuunin était pendu aux lèvres de Yozo, et chaque seconde qui s'écoulait durant la réflexion du Kage de Konoha allongeait davantage le cours du temps. Il ne s'était peut-être même pas écoulé un quart de minute, mais il semblait déjà à Mashiro que le temps s'était totalement arrêté, et il ne reprit sa marche infinie lorsque Yozo eut prononcé les quelques premiers mots de sa réponse à la requête de Mashiro...




______________________________________________________
Légende :

Mashiro
Yozo



Nombre de Messages : 1013
Localisation : Hôpital psychiatrique de Konoha
Date d'inscription : 07/01/2011



Passeport Ninja
Grade: Genin
Points d'Expérience:
50/1000  (50/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Mission d'escorte ?... Rang A   Jeu 7 Juil - 4:57
Autour d'un bon verre d'alcool, afin de mettre à l'aise l'invité, les deux hommes entamèrent une discussion beaucoup plus sérieuse que celle qui était envisageable entre le prétendu Hamui et Yozo. L'espion qui déclina son identité sous l’appellation Mashiro Shingen Deckard semblait faire preuve d'autant de lucidité que d'anxiété. Malgré le fait que Yozo l'ait débusqué, il gardait son sang-froid et cherchait un moyen pour se sortir de sa situation avec brio. Après tout, le calme est parmi l'une des qualités du ninja. Même si certains ne le respectent pas, le calme est essentiel pour le shinobi. Dans les missions d'infiltration, afin de se faufiler parmi les rangs de l'ennemi sans attirer l'attention des gardes, en mission d'assassinat pour éliminer la cible sans risquer qu'elle ne vous repère et tente de fuir, et ici, en plein interrogatoire, pour tenter de survivre. A l'opposé de Mashiro, notre protagoniste était assez énervé. Peut-être était-ce l'alcool qui le rendait plus aigri, cependant le fait de savoir que dès son retour un espion se pointait sur Konoha, celà ne pouvait que le rendre colérique. Mais en regardant de plus près, l'alcool n’interférait pas dans les émotions du shinobi. Au contraire, la vodka qu'avait sorti Yozo était un outil de travail. Installé dans son salon, tout était mis en scène d'après lui pour ressembler à une séance d'interrogatoire.

L'ambiance posée et aussi reculée du salon de Yozo empêchait à Mashiro de se sentir dans une salle d'interrogatoire. Après tout, notre protagoniste avait effectué plusieurs séances dans des salles d'interrogatoires, et il savait très bien que si les civils crachaient le morceau rapidement dans ces salles aux apparences lugubres et froides, les ninjas eux tenaient bon. En changeant d'atmosphère, Yozo espérait ainsi avoir l'espion sur son propre terrain sans que ce dernier ne se sente dans l'obligation de cacher des informations compromettantes. La vodka permettait par ailleurs de jauger la résistance de son opposant. Si ce dernier ne tenait pas l'alcool, il serait aisé de lui faire avouer toute la vérité et rien que la vérité une fois que la cible serait sous l'effet de la boisson. Et dans le cas contraire, si elle parvenait à s'opposer à l'ivresse, il n'y aurait d'initiative restante que la manière forte et bien violente. Mais dans le cas de l'espion de Kumo, tout se déroulait normalement. A vrai dire, tout se passait trop normalement. Mashiro expliqua la situation assez inquiétante de son village au Hokage. Lors de son périple à la Kiba no toshi, il avait récolté des informations d'Ame grâce à son élève Asuko, données qui une fois interprétés correctement suggéraient une alliance au moins économique entre Ame, siège politique de l'organisation criminelle Akatsuki et Kumo. Mais lorsque le Chûnin de Kumo expliqua la vérité, Yozo fut tout surpris sous tous les angles.

Ce qui choqua en premier lieu le chef des ninjas du village caché de la feuille, fut le fait que Madara Uchiha était dans le coup. Il aurait ainsi orchestré un ultimatum sur Kumo visant le village à s'allier de force à Ame et par conséquent à collaborer avec Akatsuki pour ses plans obscurs. Au début de la tirade du Kumojin, Yozo pensa que Madara était mort et que le fait qu'il soit encore vivant relevait de la chimère. Pour lui, cet homme n'était plus qu'une légende, un personnage dont on parlait aux enfants uniquement pour transmettre les grands événements historiques de Konoha. Eminent membre du clan Uchiha, il avait mené les forces armées du clan contre celles du clan Senju. Cependant au final, les deux clans s'allièrent pour former un village, celui de Konoha, et le seigneur de la région forma un pays, celui du feu. Petit à petit, le grand chef de guerre qu'était Madara s'éteint et après une dernière tentative désespéré dans un combat face au Shodaïme Hokage, chef du clan Senju, Hashirama, il disparut du monde des vivants. Réapparaître des dizaines d'années après sa supposée mort paraissait illogique mais pourtant, Yozo y trouvait une certaine cohérence. Semer le chaos était le crédo du sinistre ninja aux pupilles maudites et semer la confusion en feignant sa propre mort pour revenir ensuite pour mettre la pagaille dans le monde étaient bien dans ses cordes. Par extension, le Hokage comprit qu'il avait désormais affaire non pas à un simple prodige déchu du clan Uchiha, mais au véritable chef d'Akatsuki. Celui qui se fait appeler Pain serait-il donc manipulé dans l'ombre par Madara ? Le ninja médecin n'avait pas le temps de se poser de telles questions, car pour l'instant son interlocuteur poursuivit son long discours. Mashiro continua ses explications en déclarant que si l'on ne faisait rien pour stopper les sombres agissements de Madara, la confusion gagnerait chaque camp, Kiri étant d'ores et déjà attaqué par des sbires d'Akatsuki, obligeant la nation connue autrefois sous l’appellation village de la Brume Sanglante à prendre une initiative belliqueuse.

Par la suite, le Chûnin expliqua que Kumo ne se laissait pas faire pour autant. En effet, même si un Godaïme Raïkage, répondant au nom d'Onizuka prit la tête de Kumo sous les ordres de Madara dut faire règner une intense propagande, les shinobis du village caché des nuages n'en restèrent pas niais pour autant. Au contraire, une rébellion s'organisa, afin de semer la discorde dans les rangs de l'envahisseur, tandis que la faction restante joua un double-jeu pour tromper l'ennemi. Mashiro faisait ainsi partie de ces hommes qui jouaient la carte de la ruse pour triompher de l'adversaire. Yozo n'était pas étonné, vu la facilité avec laquelle il parvint à infiltrer le village de Konoha. Au final, Yozo se rendit compte que la raison de la venue de cet espion n'était autre que la collecte de données sur le clan Uchiha, permettant ainsi à Kumo de trouver une faille dans la défense presque absolue de Madara. Notre protagoniste se souvint ainsi de son rapport de biopsie du Sharingan de Kakashi Hatake, fils du Croc Blanc Sakumo. Cette pupille maudite était un concentré de réactions chimiques permettant au clan Uchiha d'imposer au fil du temps sa réputation de clan aux pouvoirs mystiques.

En outre, l'activation du Sharingan colorait la pupille en rouge; des virgules nommés tomoes se formaient, selon un nombre proportionnel à la puissance du ninja. Yozo fut indigné de voir que les emblèmes du dieu Hachiman pouvait servir dans une telle technique. Ces virgules permettaient ainsi au shinobi de voir le chakra. Agissant comme des pupilles, elles filtraient d'une certaine façon la lumière de telle sorte à faire apparaître les chakras environnants. La lumière passe ainsi à travers ces pupilles entourés d'une pigmentation rougeâtre et est décryptée par le cerveau qui perçoit le chakra par couleurs, chaque couleur étant attribuée à une affinité particulière. Cette faculté ne s'arrêtait malheureusement pas là, puisque le Sharingan permettait d'analyser et de décomposer les perturbations du flux de chakra d'une cible pour ensuite utiliser cette fréquence pour copier les techniques adverses. En observant le chakra d'une cible, le Uchiha pouvait grâce à son Dôjutsu utiliser les perturbations pour faire de mêmes via le système anciens de mûdras et de cette manière, singer les jutsus de l'ennemi en un rien de temps. Le Sharingan facilitait également les connexions entre le chakra et les terminaisons nerveuses de l'adversaire, augmentant grandement l'efficacité des illusions ou Genjutsu, spécialités majeures des membres du clan dont l'emblème est un genre d'éventail - ou disons-le, d'une raquette de ping-pong. Mais ce que Yozo pensait impossible, c'est que cette pupille si raffinée possédait une évolution, nommé Mangekyô Sharingan, ou kaléidoscope hypnotique du Sharingan.

Heureusement pour Konoha que le village disposait d'éléments aussi puissants que Kakashi; ce dernier était en effet en mesure de développer son Sharingan greffé à son oeil gauche pour créer une version assez primitive du Mangekyô Sharingan. Cette extension du Sharingan pouvait s'obtenir sous des conditions uniques, demandant au cerveau humain une adaptation considérable aux effets dévastateurs de ce Dôjutsu presque mythique. On peut citer ainsi une cécité progressive; provoquer par une destruction progressive des nerfs oculaires à cause de la quantité énorme de chakra accumulée dans chaque œil. Dans le cas de cette technique de pupilles, l'utilisateur est capable de contrôler l'espace-temps avec une certaine restriction. Débloquant une espèce de don verrouillé dans les yeux du Uchiha, le Mangekyô Sharingan scellait progressivement le pouvoir de ce dernier dans les yeux qui ne voyaient qu'au final que les ténèbres engloutissant leur vue. Demandant à son invité de patienter sagement autour de son verre, Yozo s'absenta quelques instants pour revenir avec le rapport de biopsie et le confier à Mashiro. Il déclara ensuite:
    « Je te fais confiance Mashiro-san. Tes paroles censées sont dignes d'un ninja sincère qui n'a d'autres choix que d'aller chercher les solutions aux problèmes de son village dans les autres villages cachés. Qui plus est, lorsque je t'ai croisé au palais, j'ai senti ton chakra et je n'ai pas senti une once de "méchanceté" en toi. Cependant, ne t'attend pas à trouver aussi facilement des réponses à tes soucis, car même si je viens de t'aider pour ta collecte d'informations sur le clan Uchiha afin de contrer Madara, sache que cet homme n'a rien d'un Uchiha classique. Même aujourd'hui, où le peuple de Konoha pense encore que Madara n'est plus de ce monde, le simple fait d'évoquer son nom rappelle toujours de mauvais souvenirs, tant la puissance de ce shinobi est incroyable. Je pense même qu'il a très certainement du dépasser le niveau du Mangekyô Sharingan pour parvenir à survivre pendant ces longues années, ses techniques sont par conséquent d'un tout autre niveau que ce que tu as pu voir. Mais comme tu l'as si bien dit auparavant, si les cinq grands villages cachés ninjas que sont Iwa, Suna, Kiri, Kumo et Konoha ont un point commun, c'est bien la suppression de l'Akatsuki. Peut-être ce que je vais dire est assez paradoxal mais l'annexion de Kumo par l'Organisation de la Lune Rouge est l'occasion rêvée pour détruire justement l'Akatsuki. J'imagine combien la rage de repousser l'envahisseur est grande dans vos rangs car ce dernier est près de vous sans pour autant pouvoir l'atteindre. Du moins pour le moment, car lors d'une guerre où Akatsuki pensera se servir de la puissance militaire de Kumo pour attaquer Kiri par exemple, Konoha se joindra à Kiri pour attaquer Kumo, en apparence, pour finalement libérer Kumo de l'emprise qui les ronge pour à leur tour aider à l'attaque de l'Akatsuki. J'espère que cette stratégie ne se limitera pas à Akatsuki, car Ame étant une place forte de cette organisation, le village caché de la pluie devra lui aussi subir les conséquences de leurs actes. Sans parler de Yami no kuni... »
Yozo prit une pause dans son discours. Il reprit place dans un fauteuil, verre de vodka en main, le vidant d'une traite. Sa bouche pâteuse se remplit d'un liquide aux saveurs et aux senteurs si particulières qu'elles furent effacés par l'alcool tellement fort qui brûla dans sa descente la gorge du Hoshikuma. Feignant l'indifférence face aux effets de la boisson, il reprit sa discussion.
    « Les choses ont étrangement changés dans ce monde, et plus particulièrement avec cette nation émergente. Autrefois je me rappelais de Tetsu no kuni, pays isolée dans un froid éternel, où de fiers samouraïs vivaient dans une prospérité millénaire. Pas une seule fois le pays du fer ne rentra en conflit avec les autres nations, toujours choisissant de rester neutre. Mais aujourd'hui, il y a eu une grande évolution et ce nouveau pays porte bien son nom; le pays des ténèbres semble cacher de sombres intentions. Nous avons il y a de là une année demandé à des envoyés diplomatiques de rencontrer les nouveaux dirigeants de ce pays, mais les temps passèrent et nous nous sommes aperçus qu'au final, ils avaient été mis en charpie par une puissance inconnue. L'état dans lequel ont été retrouvé les corps montrent une puissance inconnue, qui n'a rien d'une force humaine et je sais bien que certains ninjas peuvent être plus des monstres que des humains mais là encore, il semblerait que cette nation dispose d'une force frappe unique puisque les corps ont été abattus sans chakra, juste avec de terribles explosions. Autant dire que même si Konoha n'est pas très futé pour faire copain-copain avec de nouveaux pays, Yami est une nation à surveiller également dans le grand déroulement des choses. »
La méfiance de Yozo à l'égard de cette nouvelle nation qu'est Yami no kuni fut aussi grande que son intérêt pour les dernières paroles de Mashiro. Ce dernier affirma en effet appartenir à un clan de ninjas du nord de Kaminari no kuni spécialisés dans l'art des sceaux ou Fuinjutsu. Notre protagoniste ne possédait aucun sceau en particulier, si ce n'était ces petits parchemins permettant d'invoquer des objets scellés au préalable dans les rouleaux. Cependant il n'avait rien qui pouvait se rapprocher d'une vraie technique de Fuinjutsu. Et voilà que l'occasion se présentait devant Yozo en la personne de Mashiro. Le Chûnin en question proposait ainsi ses services en gage de sincérité dans ses propos et surtout pour donner une monnaie d'échange qui ne soit pas visible au niveau diplomatique. Créer une alliance officielle avec Kumo serait bien trop risquée et il fallait jouer le jeu d'une opposition entre Kumo et le camp de Konoha pour donner l'illusion de contrôle à l'Akatsuki. En d'autres termes, Mashiro allait littéralement sceller l'alliance secrète entre Konoha et Kumo sur le corps de Yozo. Quels effets allaient devoir produire ce sceau ? Le Hoshikuma en avait déjà un petit aperçu. Raison pour laquelle il proposa à Mashiro:
    « Concernant notre alliance, inutile de le crier sur tous les toits de Konoha, cela serait inutile. Konoha et Kumo seront alliés dans le secret le plus total, bien sûr je saurais faire part de nos relations cachées avec mes autres alliés, mais en temps voulu. En attendant, pour accepter ton offre, j'aimerai que tu m'apposes un sceau spécial. Il faudrait que ce dernier puisse à la manière du sceau maudit d'Orochimaru évoluer sur mon corps à partir d'un seul symbole. Cela devrait être facile, du moins je ne sais pas comment tu t'y prendras pour créer le sceau de base, mais en tout cas au final le résultat final sera simple d'utilisation, une impulsion de chakra sur le sceau suffira à activer la phase de multiplication et de répartition du sceau mère. Les sceaux couvrant mon corps sauront capable d'absorber le chakra par un simple contact physique. L'épiderme étant recouvert par une forme solide de chakra, sachant que le sceau implanté sur la surface de la peau, ne subira que peu de dégâts, environ la moitié des dommages de base. Je préfère m'arrêter là dans ma demande, je pense que j'en ai déjà assez fait pour une technique de Fuinjutsu. »
Puis il finit le fond de son verre avant de ranger la bouteille d'alcool ainsi que les deux verres dans la cuisine, laissant Mashiro s'occuper de lui apposer le sceau marquant le début d'une nouvelle ère, un ère marquée par une guerre diplomatique cédant à une véritable lutte acharnée entre tyrannies et nations prospères...
Kumo no Shinobi
Kumo no Shinobi



Nombre de Messages : 171
Localisation : House of the Rising Sun
Nindô : La carte maîtresse d'un combat est l'analyse.
Date d'inscription : 05/01/2011



Passeport Ninja
Grade: Jônin
Points d'Expérience:
57/1000  (57/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Mission d'escorte ?... Rang A   Dim 17 Juil - 10:33
    Extérieurement calme et sérieux, Mashiro avait écouté silencieusement les trois tirades du maître Hokage. Mais intérieurement, il jubilait. Au fil du discours de Yozo, le Chuunin de Kumo découvrait avec joie qu'il avait vu juste en jouant la carte de la sincérité avec cet homme. Comme il l'avait soupçonné, leurs points de vue sur la situation actuelle du monde ne pouvaient pas être si éloignés que cela, une fois les choses mises au clair. Fondamentalement, dans leurs idéaux et leurs manières de penser, on pourrait dire que Kumo et Konoha étaient des alliés naturels, et ce phénomène se révélait à travers ce dialogue. Dialogue qui commençait à s'avérer d'une importance bien plus grande qu'on aurait pu le soupçonner : au lieu d'un espion évincé, une alliance secrète naissait. Un point sombre ramena toutefois Mashiro à la réalité. L'ombre du feu conclut sa description de la situation diplomatique actuelle du monde par quelques paroles inquiétantes concernant Yami no Kuni, ce qui ne fit que confirmer les soupçons que le jeune Chuunin ressentait envers cet nation. Plus encore, il pressentait qu'Iwa no Kuni, pays frontalier de Yami, allait sans doute devenir un des champs de bataille principal de cette guerre prochaine... Mais le sujet était maintenant clos, tout le nécessaire et l'utile avaient déjà été prononcés. Il ne restait plus qu'à "sceller littéralement l'alliance", selon les très justes termes employés par l'Hokage. Chassant donc cette réflexion de son esprit tumultueux et inquisiteur, Mashiro se concentra sur sa tâche immédiate, qui n'allait pas être facile à exécuter. La technique de Fuinjutsu qu'avait décrite avec une assez grande précision Yozo Hoshikuma présentait deux difficultés majeures : Elle était extrêmement puissante ; et elle n'existait pas encore. Quelle épreuve plus difficile peut-on imaginer pour un utilisateur de Fuinjutsu que l'invention d'une technique complexe et dont l'effet est imposé ? Il allait falloir se montrer à la hauteur. Cette demande ayant un impact sur l'avenir du monde, l'échec n'était pas une option pour Mashiro.

    "Je vois. Cette requête révèle votre intelligence, car c'est sans doute un sceau qui aura des utilités extraordinaires sur le champs de bataille. Toutefois, une telle technique n'existe pas, et, de par sa puissance, va sans doute être très complexe à mettre en œuvre. Je vais donc devoir vous demander un peu de patience et également quelques matériaux pour mettre au point ce nouveau Fuinjutsu. Ne croyez pas que je cherche à m'enfuir : je resterai ici chez vous, sans tenter de bouger, sous votre surveillance, jusqu'à l'aboutissement de mes recherches et l'apposition de ce sceau sur votre corps. Toutefois je suis obligé de vous le dire ouvertement, cela va sans doute me prendre pas mal de temps.

    - Combien ? , interrogea simplement et calmement l'Hokage.
    - Je ne peux faire d'approximation exacte alors que je n'ai encore aucune idée de la marche à suivre, mais je pense que ce sera de l'ordre de 48h minimum."

    L'Hokage acquiesça. En tant qu'un des plus grands expert dans les arts ninja de son temps, l'ombre du feu comprenait mieux que quiconque la complexité de la tâche qu'il demandait au Chuunin. Mashiro avait donc déjà gagné un peu de temps, mais cela ne résolvait pas tout, il fallait se creuser les méninges pour trouver un moyen de créer un tel sceau. L'alcool lui embrumait légèrement l'esprit, mais par-dessus tout la pression qui pesait sur ses épaules étant donné la situation créait trop de stress pour lui permettre de faire tourner la machine qui lui servait de cerveau à plein régime. Il lui fallait dans un premier temps trouver la concentration nécessaire. Ignorant totalement la présence du plus puissant ninja de Konoha, qui allait et venait, vaquant à ses occupations dans sa demeure, Mashiro s'assit confortablement en tailleur dans son fauteuil et ferma les yeux. Il chassa totalement les pensées qui l'assaillaient : pensées d'inquiétude pour Kumo, pour le monde, pour lui. Il fit le vide total, visionnant dans son esprit un espace noir et infini. Les seules choses qu'il laissa pénétrer dans cet espace psychique furent les données utiles à la création du nouveau Fuinjutsu.

    *Caractéristiques : Support humain. Extensible. Activable sur une impulsion de chakra de l'utilisateur. Absorption de chakra. Réduction des dommages. Première restriction : il me serait impossible de créer un sceau absorbant le chakra pour bloquer autre chose que des techniques de Ninjutsu. Pour se protéger du Taijutsu il faut des défenses physiques, et je ne parle pas des autres arts. Mais s'il s'agit du Ninjutsu il est sans doute possible de le faire sans se contenter d'une simple réduction des dommages, je devrais pouvoir créer un sceau qui absorbe la totalité du chakra de la technique de Ninjutsu au moment où elle rentre en contact avec la peau de l'utilisateur. Ainsi cela revient à une annulation de la technique, et l'utilisateur du sceau ne subira donc aucun dommage. Voilà, j'y suis ! Le principe à utiliser est clair maintenant. C'est une évolution du Fuuinka Houin no Fuinjutsu. Les différences à apporter par rapport au jutsu d'origine sont :
    - Le support d'une part. La peau plutôt qu'un parchemin. La forme du sceau est donc très particulière puisqu'elle doit recouvrir tout le corps, mais se limiter à une petite marque lorsqu'il est désactivé.
    - Au lieu de stocker la technique telle quelle pour pouvoir la réutiliser par la suite, il faut que le sceau transforme le Ninjutsu en chakra pur, une sorte de filtre qui ramènerait le chakra malaxé avec une affinité à son état naturel...
    - Le Chakra sera ensuite déversé dans les tenketsu puis dans le système circulatoire des chakra pour s'ajouter aux réserves personnelles de l'utilisateur.
    Mais cela pose un autre problème... La quantité de chakra maximale qu'un Shinobi peut contrôler est d'environ 170% la quantité de chakra qu'il possède lorsqu'il est au repos et que ses réserves sont pleines. Cette approximation de maximum a été calculée par des scientifiques, à partir de recherches sur l'essence même du chakra, qui, rappelons-le, ne peut être contrôlé que par un équilibre parfait entre le physique et le spirituel de l'utilisateur. Si par l'utilisation de ce sceau l'on venait à dépasser ce maximum, cela infligerait d'énormes blessures physiques internes au corps de l'utilisateur de la technique. Il faudra que j'avertisse Yozo de ce risque, bien qu'en tant qu'ombre du feu, il possède sans doute une quantité maximale de chakra extrêmement élevée.
    En dehors de cela, je pense que cette extension du Fuuinka Houin a toutes les chances de fonctionner. Bon, comme on dit dans le langage populaire, il n'y a plus qu'à. Commençons par la première étape.*


    Mashiro, toujours en tailleur sur son fauteuil, ouvrit les yeux. Sa méditation avait été assez longue, car même si la description ci-dessus en est relativement courte, il lui fallut une bonne heure pour parvenir à mettre en place toutes ces idées, que je n'ai fait que résumer de manière synthétique. Il se leva et fit quelques pas en direction de Yozo, qui s'était installé à son bureau et travaillait, sans doute à rédiger le rapport d'une mission récente. Le fait amusa Mashiro : même lorsque l'on possède un tel rang, on échappe pas à ces petites obligations enquiquinantes au possible.

    "Pourriez-vous me donner les plus gros rouleaux de parchemin que vous avez en votre possession, Hokage-sama ? Je crois que j'ai découvert un moyen de créer un sceau dont les effets seront assez proches de votre demande, mais il va me falloir effectuer de nombreux tests avant de vous l'apposer, je ne peux pas prendre le risque de créer sur vous un sceau expérimental et instable, ce serait trop dangereux. Pour votre sécurité il faut que je sois sûr de mon coup."

    Le sérieux de Mashiro était assez éloquent. Yozo, convaincu, expliqua qu'il avait d'importants stocks de rouleaux dans la pièce à côté, dans la grande armoire, et qu'il n'avait qu'à s'y servir directement. Le Chuunin de Kumo s'exécuta et ramena une dizaine des plus gros parchemins qu'il put trouver. Puis il s'installa à son tour sur le bureau de l'Hokage, en face de celui-ci, et déploya un premier rouleau. La scène qui suivit fut assez amusante : deux jeunes hommes, qu'a priori les circonstances auraient facilement pu opposer quelques heures auparavant, écrivant silencieusement à la plume, l'un en face de l'autre, comme deux sages écoliers. Ils échangèrent même un sourire lorsque leurs plumes se heurtèrent dans l'encrier. Mashiro ignorait ce que l'Hokage pensait de lui, et ne s'en inquiétait pas trop. Il avait de toutes façons réussi à négocier sa vie et bien plus encore, les sentiments personnels ne lui importaient donc que peu. Mais il éprouvait lui même une vive sympathie à l'égard de ce personnage. Mais revenons-en à l'entrainement du Chuunin.

    Les inscriptions que Mashiro traçait sur un parchemin à l'aide d'un pinceau entouré de chakra violet commencèrent à s'animer, décrivant des trajectoires diverses sur le papier, traversant élégamment la feuille d'un bout à l'autre, tels les danseurs d'un ballet. Il s'exerçait à contrôler ces mouvements afin de parvenir à recouvrir un corps entier. Après quelques heures et l'emprunt dans la bibliothèque de Yozo d'un livre de biologie afin d'avoir une claire vision de la disposition des Tenketsu, il réussi à contrôler les mouvements de 361 inscriptions simultanément, en les faisant coincider avec tous les points de passage du chakra. Il "coda" ensuite ces mouvements par un texte imprégné de son chakra, créant un programme décrivant la manière dont les tomoe se déplaceraient à l'activation du sceau. Cette première difficulté technique dépassée, il entama l'étape suivante : l'effet "filtre" du sceau, qui permettrait de re-transformer un chakra malaxé en chakra à l'état naturel. Comme il n'était pas très sûr de lui sur ce point, il écrivit de longs paragraphes tous différents sur une dizaine de rouleaux. Puis il les testa les uns après les autres. Pour se faire il prit l'un des parchemins et le coinça verticalement entre deux cales en bois. Puis il positionna ses mains de chaque côté de la feuille, ouvertes, les paumes tournées vers le papier. Dans la main droite il commença à malaxer du chakra Raiton. Yozo leva furtivement les yeux vers lui, sentant l'électricité dans l'air, puis, voyant qu'il ne s'agissait que de la suite des expérimentations du Chuunin, il se replongea dans sa paperasse administrative. Un petit éclair s'échappa de la main de Mashiro en direction du parchemin. Au contact du papier, une petite onde de choc se produit à la surface et les inscriptions s'illuminèrent d'une lumière violette, et aussitôt le parchemin s'embrasa et fut réduit en cendres en un instant. Il répéta l'opération, et les sept fois qui suivirent furent toutes des échecs : plusieurs parchemins brûlèrent, une ou deux fois rien ne se produisit, sur le cinquième l'éclair traversa la feuille et vint électrocuter Mashiro, et le septième renvoya l'éclair comme un réflecteur renvoie la lumière. Apparemment l'effet filtrage n'était pas au point, mais le Chuunin ne désespérait pas, il avait en partie fait ces tests en sachant qu'ils étaient voués à l'échec, simplement pour voir ce qu'il se produirait. Il fut même étonné lorsque l'éclair frappa le neuvième parchemin et qu'un flux de chakra bleu s'échappa de l'autre côté et rejoint sa main gauche. Enfin un premier succès ! Il mit donc ce neuvième parchemin de côté, avec le programme de déplacement sur les Tenketsu qu'il avait élaboré quelques heures auparavant. Yozo était parti dormir, le jour n'allait pas tarder à poindre. Deux parties du sceau étaient au point, mais il restait énormément à faire, c'était un travail comparable à la création d'un programme informatique très complexe, tout en considérant qu'il ne s'agissait pas que de pianoter sur un clavier mais de programmer à l'aide de chakra.



    _________________________________________________________



    C'est seulement quand le maître Hokage émit l'idée de manger un morceau que Mashiro prit conscience du temps qui s'était écoulé. Il avait travaillé vingt quatre heures sans interruption. Yozo avait sommeillé légèrement quelques heures dans un coin de la pièce, prêt à réagir au quart de tour si Mashiro s'était comporté de manière suspecte. Quant à notre Chuunin aux cheveux argentés, l'avancement de ses recherches semblant prendre des tournures bien complexes. A sa gauche une très fine pile de parchemins soigneusement pliés : les réussites à ses nombreuses expériences. A sa droite, et débordant sur le sol, une montagne de parchemins froissés, brûlés... De nombreuses tentatives échouées. La partie du sceau qu'était en train d’élaborer Mashiro relevait d'une telle spécificité dans le Fuinjutsu qu'il serait impossible de l'expliquer à des non-initiés à l'art des sceaux. Mais il avançait, doucement et sûrement. Toutefois il est amusant de relever la scène de ménage qui suivit la proposition de l'ombre du feu.

    "Tu dois avoir très faim, tu veux quelque chose à manger ?
    - Vous allez... Cuisiner ? , hésita Mashiro, se rendant compte de l'absurdité de la situation : le chef d'un village ennemi cuisinant pour lui, un espion de bas étage.
    - Oui, je suis généralement trop paresseux pour ça, mais je ne résiste pas au plaisir d'un bon repas de temps à autre. En temps que médecin je pourrai ajouter quelques substances énergisantes pour t'aider à finir la création de ce Fuinjutsu dans les plus brefs délais. Après-demain, une délégation importante doit venir me rendre une visite officielle et diplomatique.
    - Une délégation de quel village, si ce n'est pas indiscret ?
    - Du village de la brume sanglante. Étant donné la situation actuelle entre Kiri et Kumo, je pense que tu comprendras que je n'ai pas très envie que les hauts placés de Kiri trouve un Chuunin de Kumo réfugié chez moi.
    - En effet. Je vais mettre les bouchées doubles, je ne me reposerai pas avant d'avoir fini.
    - Bien. Ah et... Est-ce que tu pourrais me nettoyer ce bordel ? , ajouta Yozo en fixant d'un regard sévère la pile de détritus à la droite de Mashiro.
    - Oh, je m'excuse, le travail me fait perdre conscience de ce qui m'entoure."

    D'un petit éclair de Raiton il réduit la pile de papier en cendres. Cendres qu'il souffla discrètement sous la table. Avec un dernier regard en coin, l'Hokage disparut en direction de la cuisine. Plus tard les deux hommes partagèrent un repas qui redonna beaucoup de forces et de vivacité d'esprit à Mashiro.


    _________________________________________________________


    "Attaquez-moi.
    - Hein ? Quoi ?"

    Yozo ouvrit les yeux et regarda Mashiro avec stupéfaction. Il s'était endormi avec un bouquin à la main, assis dans un des fauteuils de son salon. Mashiro se tenait devant lui, l'air déterminé et un petit sourire satisfait en coin.

    "Attaquez-moi avec un de vos Ninjutsu.
    - Tu as achevé le sceau... ?
    - Je suis assez confiant de mon travail. Mais je ne pourrais me permettre d'apposer sur l'ombre du feu un sceau qui est encore au niveau expérimental. Je vais donc servir de cobaye pour vérifier que le fruit de mes expériences est aussi efficace que je le suppute."

    La détermination du Chuunin frappa Yozo Hoshikuma. Il n'avait travaillé qu'environ 35h contre les 48h annoncées, et il était si honnête et professionnel qu'il était prêt à risquer sa peau pour prouver sa bonne foi et l'efficacité de son sceau.

    "Très bien, je vais t'attaquer avec une petite technique Suiton de mon cru. Je ne vais pas y aller trop fort, mais si ton sceau ne fonctionne pas, tu risques de prendre de sacrés dégâts.
    - J'apprécie, mais vous ne devriez pas avoir autant de compassion. Je suis un Shinobi. Je suis prêt à tous les sacrifices pour mon village. Toutefois il est vrai que j'ai plus de valeur vivant que mort pour l'instant, et je dois avouer que j'espère moi aussi très fortement que le sceau fonctionnera, je ne suis pas spécialement bon pour encaisser les coups, ironisa Mashiro."

    Mashiro éleva sa main droite. Il replia son annulaire et son auriculaire, puis son pouce par dessus, ne laissant que son index et son majeur pointés vers le plafond. Du chakra violet entoura les deux doigts. Puis il posa l’extrémité de ses doigts sur un petit shuriken noir composé de quatre tomoe incrusté à l'encre noir dans sa peau, entre la nuque et l'épaule droite. Plusieurs shuriken similaires apparurent, se démultiplièrent rapidement, puis disparurent sous ses habits, se répartissant sur l'intégralité de son corps.

    "Chacun de mes tenketsu est recouvert par une partie du sceau. Au moment où votre technique me frappera, votre chakra Suiton redeviendra du chakra pur à l'état naturel et sera absorbé par les shuriken de tomoe les plus proches, pour être transmis à mon système de circulation du chakra par les tenketsu. Vous pouvez y aller.
    - Si cela fonctionne, je dois avouer que c'est assez impressionnant."

    Yozo Hoshikuma composa quelques mudras puis avança sa main droite en avant, paume ouverte.


    ** Suiton Hahonryû no Jutsu ! ** (Technique du torrent destructeur)


    Un petit et puissant tourbillon d'eau concentré se créa dans le creux de sa main, avec laquelle il frappa violemment Mashiro. Le coup projeta Mashiro en arrière, mais l'eau disparut en un instant et l'impact fut très faible : celui d'un simple coup de poing (coup de paume, pour être exact).

    "Vous avez une sacrée droite ! Et je ressens la puissance de votre chakra circuler en moi, cela m'a fait regagner l'intégralité de mes forces, je crois que je n'ai jamais eu autant de chakra d'un coup... Heureusement que vous y avez été doucement, car je ne suis pas sûr que j'aurais été capable de contrôler une plus grande quantité de chakra. En tout cas... Le sceau fonctionne ! Je vais donc pouvoir vous l'apposer."

    Mashiro désigna un gros rouleau de parchemin qu'il avait soigneusement enroulé sur la table, puis se dirigea lui-même dans cette direction.

    "Voici l'aboutissement de ces dernières trente et quelques heures d'expérimentations. Je suis plutôt fier de moi. Ce parchemin, que je conserverai précieusement, contient la synthèse de toutes les caractéristiques d'Hachiman. C'est ainsi que j'ai nommé cette technique, à cause de la forme du sceau. Les exploits de l'ombre du feu ne me sont pas inconnus, et je sais que vous nommez souvent vos jutsu à partir de dieux de la mythologie. Vous n'ignorez donc pas qu'Hachiman est le dieu de la guerre, et qu'il se bat avec une arme composée de tomoe. Ce parchemin n'est donc pas un parchemin de technique comme les autres. C'est une arcane, l'essence même d'Hachiman. Je saurais sans doute le refaire s'il venait à être détruit ou perdu, mais cela me redemanderait une grande quantité de travail. Dans l'histoire du Fuinjutsu, peu de sceaux sont si complexes qu'ils nécessitent un catalyseur aussi complexe et unique que le texte de ce parchemin, expliqua Mashiro avec un légère accent de fierté. Je suis heureux de voir que le talent de mon clan n'a pas arrêté de couler dans mes veines. Je suis, après tout, le dernier héritier du savoir-faire des Deckard..."

    Chassant la tristesse qui avait légèrement envahit sa voix, Mashiro saisit le rouleau de parchemin, le déroula puis le ré-enroula autour du torse de Yozo Hoshikuma. Son chakra violet, clé de tous ses Fuinjutsu, entoura ses deux mains, qu'il plaqua contre la poitrine de l'Hokage. Le texte du parchemin, écrit extrêmement petit, s'illumina en intégralité d'une couleur violette. Puis, de la même couleur, un petit shuriken composé de quatre tomoe apparut dans la nuque de Yozo. La lumière s'éteignit (de ses mains, du texte, et du shuriken dans le cou de Yozo) et Mashiro retira ses mains puis le parchemin qu'il replia. Les deux hommes portaient maintenant exactement la même marque dans la nuque.

    "Voilà. Pour l'activer, il vous suffira de transmettre un peu de chakra à la souche du sceau, puis il se répandra sur les tenketsu de l'intégralité de votre corps jusqu'à ce qu'il soit désactivé. Le sceau ne fonctionne que fasse aux Ninjutsu, et lorsqu'il en a absorbé suffisamment, il se désactive de lui même. Faites attention lorsque vous décidez de l'utiliser : si la quantité de chakra absorbée est trop grande, cela pourrait vous causer de sérieuses blessures internes. La quantité de chakra que peut stocker un Shinobi s'élève en général à environ 170% de ses réserves naturelles. Ne l'oubliez pas."



Nombre de Messages : 1013
Localisation : Hôpital psychiatrique de Konoha
Date d'inscription : 07/01/2011



Passeport Ninja
Grade: Genin
Points d'Expérience:
50/1000  (50/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Mission d'escorte ?... Rang A   Ven 5 Aoû - 5:26
Lorsque Yozo souhaita conclure cette alliance secrète avec Mashiro, il n'espérait pas voir ses vœux exaucés aussi rapidement. Il avait en effet en face de lui un Chûnin de Kumo. Un espion qui finalement, était devenu un émissaire de la liberté à Kumo. Certes, il appartenait à un clan disparut, puissant pour ses compétences de Fûinjutsu, l'art des sceaux, mais il n'en restait pas moins un ninja de niveau supérieur. Son niveau actuel ne lui permettait pas forcément de réaliser une technique aussi complexe et puissante que le Hokage le désirait, du moins, pas aussi facilement en claquant des doigts. Pourtant, Mashiro semblait un ninja plein de ressources; doté d'un sens de la réflexion très aiguisé, il avait analysé la demande de son interlocuteur avec perspicacité. Mieux, il était parvenu à survivre en jouant la carte de la sincérité d'une façon admirable face au Rokudaïme Hokage. Et rares étaient ceux qui arrivaient à obtenir la confiance de Yozo, qui jusqu'ici, avait eu beaucoup d'ennemis.

Acceptant la proposition du Hokage, il donna une durée de deux jours pour la création et l'apposition du sceau. Un temps relativement long, comme pourrait le penser certains, mais nécessaire pour la conception d'une technique aux effets encore occultes. Le sceau qui désirait Yozo était digne d'une technique de grand niveau qu'un simple ninja ne pouvait concevoir en l'espace de quelques heures. Et encore moins avec un kunaï et du chakra, accessoires dont disposait uniquement le Kumojin. Contraint à devoir accueillir chez lui le temps de la création du jutsu, Yozo partagea son domicile. Pendant deux jours donc, Mashiro allait côtoyer le quotidien de l'Ombre du Feu. Il allait comprendre comment Yozo vivait au cœur de Konoha, comment subissait-il la pression du Conseil, bref, il allait comprendre la face caché de la politique du village caché de la feuille. Le jeune homme aux cheveux de cendre resta tout d'abord positionné sur le fauteuil de son hôte, assis en tailleur. Surpris de ce geste, le Hoshikuma laissa continuer Mashiro qui se concentra en fermant les yeux. L'invité de Yozo était en pleine réflexion, et le déranger serait complétement contre-productif. Notre protagoniste quitta donc le salon pour laisser tranquille Mashiro. Pendant ce temps, il gagna sa chambre, une pièce assez sobre dans laquelle l'attendait son naginata.

Il prit l'arme ainsi qu'une pierre pour aiguiser la lame et se posa sur le bord de son lit. Installé à son aise, tout comme - du moins il l'espérait - Mashiro, il s'occupa l'esprit en améliorant le tranchant de son trident. Il commença donc tout en douceur avec la lame centrale, la plus longue, la plus tranchante. C'était bien entendu la plus sanguinaire des trois, puisqu'elle atteignait en premier la chair des adversaires de Yozo. Dans un mouvement régulier, il bougea de haut en bas la pierre censé rendre plus puissante le morceau de métal. En contemplant son arme, Yozo se souvint du nombre de victimes qu'il avait engendré. Ce naginata acquis au cours d'une mission de rang S lui avait finalement beaucoup servi. Presque cette arme était un signe, un symbole, un attribut lié au Rokudaïme Hokage. Dans les rues, les gens décrivaient souvent Yozo comme un grand homme, séduisant, au kimono noir et portant un naginata sur son dos. Pourtant, dans les champs de bataille, on le voyait comme un ninja de grande taille, au regard vide et au trident comparable à une faux, une guillotine de combat. Chacun son point de vue. Yozo continua d'aiguiser son arme, et changea de lame. Les minutes passèrent et finalement, le Hoshikuma avait fini. Cette activité n'était guère divertissante, cependant, il avait l'occasion de le faire. Son naginata ayant besoin d'entretien, et devant attendre la fin de la méditation de Mashiro, il trouva comment faire passer le temps en joignant l'utile à l'agréable.

Une heure s'était écoulée depuis la méditation du Chûnin. Après quoi, ce dernier était semblait-il prêt à démarrer. Alors que Yozo avait reçu un rapport de mission d'un Genin, qui avec son équipe devait escorter un riche notable du pays jusqu'à Tanzaku, Mashiro entra dans sa chambre. Installé sur son bureau, le Hoshikuma s'occupait du dossier de l'équipe et tourna la tête vers le Kumojin. Le ninja du village caché des nuages lui demanda alors de lui passer ses plus gros parchemins vierges. Dans sa demande il expliqua qu'il avait finalement trouvé le moyen de créer le sceau tel que Yozo le désirait. Le Hokage acquiesça et désigna une grande armoire située dans la pièce à côté, contenant tout ce dont le Shingen avait besoin. Quelques instants plus tard, le Chûnin revint de la salle avec les rouleaux qui lui étaient utiles. Il s'installa face à Yozo et tous deux usèrent du même encrier pour faire leur travail. Tandis que Yozo s'occupait de nouveaux rapports de mission, Mashiro lui débutait la confection d'un prototype du sceau.

Naquit alors entre les deux hommes une certaine complicité. Par moments, leur pinceaux venaient à se heurter dans le pot contenant le précieux liquide noirâtre. Même si avant, ils étaient prêts à s'affronter, désormais, ils s’échangeaient quelques sourires. Yozo admirait le travail du Chûnin de Kumo. Jamais auparavant il n'avait vu à l’œuvre un ninja maniant le Fuinjutsu créer un sceau. Louchant sur le côté de Mashiro, il vit le pinceau de ce dernier s'illuminer au bout d'une lueur mauve. Chargé de symboles en tout genre, le manuscrit était en perpétuel mouvement; le papier ondulait sous les caractères mouvants. Ne comprenant pas spécialement ce qui se passait sous ses yeux, il préféra se concentrer sur son travail administratif et laisser Mashiro à son travail. Ce dernier expérimenta sa technique à de maintes reprises, utilisant son autre affinité, le Raïton, pour sa tâche. L’électricité se dégagea d'une main, réduisit en cendres un parchemin, et pendant plusieurs minutes, ce fut la même chose.

• • •
Les deux jours étaient passés. Mashiro avait tenu ses engagements. A part pour assurer ses besoins physiologiques, le Kumojin n'avait cessé de travailler sur la création du fameux sceau. Mettant corps et âme dans la confection de la technique, il avait multiplié les échecs, amassant même une montagne de parchemins en cendre. Cependant, il n'avait jamais abandonné. Était-ce parce qu'il était contraint par Yozo d'exécuter ses ordres, de peur de mourir, ou bien car il ne pouvait tolérer l'échec ? Yozo ne le saurait jamais, incapable de lui demander une telle question, néanmoins, il avait une petite idée en tête sur la nature de la détermination du Kumojin. Désormais, une grande amitié, assez particulière il faut l'avouer, s'était tissé entre les deux hommes. Deux jours leur avaient suffis à changer la face des choses; Yozo ne craignait plus Mashiro comme étant un vil espion à la solde d'Akatsuki manipulant Kumo. A la place, il appréciait les qualités du jeune homme, qui faisait preuve également d'une approche scientifique du ninjutsu, ce qui plaisait encore plus au Hoshikuma.

Lorsque le moment de tester la technique, avant l'apposition du sceau, eut lieu, Yozo fut contraint d'attaquer Mashiro. Il lui avait demandé de le frapper avec une technique de Ninjutsu afin de tester l'efficacité du sceau. Ce dernier activa dès lors la technique, qui à la base prenait l'aspect d'un simple shuriken composé de quatre tomoe. Yozo remarqua qu'au lieu des quarante huit heures prévues pour la création du sceau, Mashiro avait usé de trente et quelques heures. Espérant que la qualité du Fuinjutsu soit à la hauteur de la rapidité de sa conception, le Hoshikuma décida de lancer une technique Suiton, le Hahonryû ou torrent destructeur sur le Chûnin. Ce jutsu étant divisé en deux versions, une à distance et l'autre au corps à corps, Yozo préféra se servir de la version au corps à corps. Elle reposait sur la rotation d'une sphère de chakra Suiton dans la paume, à la manière du Rasengan. La seule différence avec la technique de l'Orbe Tourbillonnant réside dans la libération du chakra Suiton du ninja utilisant le Hahonryû sur sa cible. Un puissant courant tourbillonnant se déploie alors sur ce dernier et même s'il n'est pas projeté violemment contre un obstacle, le choc entre le jutsu et la cible est dévastateur.

Après que Mashiro ait expliqué la composition du sceau, qui s'élargissait à partir du shuriken pour former des tomoe à quatre branche situé sur les trois cent soixante et un Tenketsus du corps humain pour sceller à tout moment le chakra d'une technique, Yozo composa les mûdras de son jutsu. Pendant qu'il faisait avec ses dextres les signes incantatoires, il verrouilla une zone du corps de Mashiro propice à de meilleur résultat. Choisissant donc le ventre, plus exactement au-dessus du nombril, il fit apparaître dans sa main un siphon miniature dont la rotation lui donnait une légère forme sphérique. Puis il se plaça bien face au shinobi de Kumo, fit reculer sa main pour prendre de l'élan et donnant une impulsion de la jambe, il envoya sa paume percuter le Kumojin en déclarant le nom de son jutsu.

Le tourbillon aqueux vint se heurter à la cible, libérant des flots déchaînés. Cependant, le sceau de Mashiro s'activa illico presto et absorba immédiatement le jutsu de Yozo. La tornade d'eau s'attira contre les sceaux du Chûnin et disparut rapidement. Le choc de l'attaque fut reculer néanmoins l'utilisateur de Fuinjutsu de quelques pas, tant la puissance de l'impact combiné avec le coup de paume de Yozo était grande. La technique étant donc un succès, le Shingen pouvait dès à présent apposer le sceau nommé Hachiman. Notre protagoniste apprécia nettement le nom de cette technique, qui était directement issue du Dieu Shintoïste de la guerre. Il comprit également la puissance de ce jutsu, expliquant le choix de ce nom, mais aussi la raison plus logique qui était la présence de tomoe à quatre branche en guise de sceaux recouvrant les cavités de chakra appelées Tenketsus. Ces dessins étaient le symbole de Hachiman, ce qui plut encore au Hokage.

Mashiro expliqua ensuite le mode d'activation du jutsu, qui était relativement simple: une impulsion de chakra dans le shuriken noir situé sur la nuque, et les tomoes recouvraient en un instant le corps. Une fois fait, il passa aux inconvénients de la technique, point sensible à aborder auquel Yozo allait écouter attentivement chaque point. Tout d'abord, effet logique du jutsu: il ne marche que contre les Ninjutsus. Le Genjutsu étant un art bien trop subtil pour que le chakra passe par la peau, Hachiman ne pouvait marcher contre les illusions. Même le Taïjutsu était impossible, car le chakra utilisé pour ces jutsus de corps à corps restait contenu dans les membres souples et solides des pratiquants de l'art martial ninja. Par ailleurs, les sceaux ne peuvent absorber qu'une quantité limité de chakra contenu dans les Ninjutsus. Cette limite atteinte, la technique s'annule automatiquement, le sceau retrouvant sa forme de shuriken. Dernier détail important; la quantité de chakra contenu dans le corps. Car si Hachiman absorbe et scelle les dégâts, le chakra absorbé par les tomoes revient ensuite à Yozo. Cependant, s'il s'avère que le Hoshikuma absorbe trop de chakra, le mélange énergie physique et énergie mentale deviendra instable. Par la suite, des dommages internes se feront et un dérèglement mental apparaîtra en même temps.

Ces avertissements pris en compte, Yozo réfléchit déjà à la façon de contrer le surplus de chakra. Après tout, si un adversaire suffisamment intelligent prenait en compte cette faiblesse, il lui suffirait d'envoyer une grosse attaque sur le Hoshikuma pour que ce dernier, à cause du surplus de chakra, éclate comme un ballon de baudruche. Incapable de s'imaginer mourir ainsi, le Hokage comptait bien combler ce défaut. Mashiro donna une limite de cent soixante dix pour cent, mais le fils de paysans comptait bien un jour dépasser cette limite, via l'entraînement. Maintenant que l'entretien avec Mashiro ainsi que le contrat qui les unissait, c'est-à-dire Hachiman, était clos, le Chûnin de Kumo pouvait rentrer chez lui. Le membre du clan disparu Shingen avait d'ores et déjà rassemblé ses quelques affaires, mais avant qu'il ne parte pour retrouver sa patrie, Yozo se devait de lui dire quelque chose. Ainsi, avant qu'il ne quitte le domicile du Hoshikuma, Mashiro fut stoppé par le grand homme.
    « Avant de partir, n'oublie pas une chose: je t'ai donné des renseignements sur le clan Uchiha certes, mais s'il y a bien un détail que tu dois prendre un compte c'est le pouvoir du Sharingan. Cette pupille maudite est le meilleur allié du ninja maniant le Genjutsu. Les Uchiha ont fait bien des choses avec, et vu la puissance de Madara, je suis certain qu'il est encore plus dangereux qu'il n'y paraît. Il lui suffit d'une seule et unique seconde d'inattention et tout est fini. Même si Konoha est issue de la coopération des Senju et des Uchiha, nous ne savons pas tout encore du Sharingan et des pouvoirs occultes du clan à l'éventail. Même si de toute manière, la guerre forcera Madara à dévoiler son pouvoir, il vaut mieux que je te prévienne sur ce point. Cela parait logique en apparence, mais il vaut mieux le rappeler, car le Genjutsu est un art imprévisible et instable, tout comme Madara... »
Kumo no Shinobi
Kumo no Shinobi



Nombre de Messages : 171
Localisation : House of the Rising Sun
Nindô : La carte maîtresse d'un combat est l'analyse.
Date d'inscription : 05/01/2011



Passeport Ninja
Grade: Jônin
Points d'Expérience:
57/1000  (57/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Mission d'escorte ?... Rang A   Mer 10 Aoû - 10:23
    Un épais dossier sur l'histoire des Uchiha et diverses informations concernant le Sharingan sous le bras, Mashiro s'apprêtait à prendre congé de l'ombre du feu, qui lui fit une dernière mise en garde contre ce clan maudit avant son départ. Même si cela rendit le Chuunin dubitatif quand à l'utilité de sa mission, puisque le légendaire Madara avait sans doute déjà dépassé les niveaux connus du Sharingan... Les informations qu'il avait obtenues ne seront sans doute pas suffisantes pour le vaincre. Mais sa mission avait abouti à un résultat bien plus satisfaisant que l'objectif de départ, inattendu, mais sans doute salvateur. Une secrète amitié s'était tissée entre les deux hommes et ainsi par transition entre les deux villages, et Mashiro espérait que l'Hokage allait réussir à convaincre Kiri du bienfondé de la cause de Kumo, afin d'apaiser les tensions et de faire de Konoha, Kiri et Kumo le tronçon d'une grande alliance. La clé était de discerner le véritable ennemi. Ensuite, si tout se passait comme il l'espérait, cette puissante alliance pourrait combattre efficacement leurs ennemis communs. Quand à l'Hokage, il l'appréciait et sentait que c'était réciproque. Il eut même le pressentiment qu'ils se retrouveraient bientôt côte à côte sur le champs de bataille, lorsqu'ils échangèrent une dernière poignée de main chaleureuse.

    Après avoir quitté la demeure du plus puissant Shinobi de Konoha, il aurait du rentrer le plus vite possible à Kumo pour rédiger et déposer le rapport de sa complexe mission au quartier général. Mais cela faisait presque trois jours qu'il n'avait pas fermé l’œil, et il ne se sentait pas capable de faire la route tout de suite. Il se dirigea donc vers une petite auberge dans le centre ville du village de la feuille, où il demanda une chambre et une bière, puis il s'installa au bar...


___________________________________________

Mission achevée, l'histoire continuera dans un RP relatant de la rencontre de Mashiro et Ayumi, qui est elle aussi dans le village de la feuille à ce moment-là puisque la délégation de Kiri composée de la Mizukage, de Kuroshiro et de la diplomate Ayumi est entrée dans le pays du feu ce même jour qui marqua l'achèvement de la création d'Hachiman.



Nombre de Messages : 492
Nindô : Vivre pour enseigner.
Date d'inscription : 25/02/2011



Passeport Ninja
Grade: Kage
Points d'Expérience:
314/1000  (314/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Mission d'escorte ?... Rang A   Sam 13 Aoû - 5:57
Analyse de la mission:

Même si je ne m'attendais pas du tout à ce scénarios, ta mission est pleinement réussite !
J'ai quand même du mal sur le fait que dans certains poste tu contrôle Yozo dans ses paroles, mais je suppose que vous aviez prévu cela à l'avance. Le fait d'avoir par la même créer une alliance améliore le rang de la mission au rang de S.
C'est rares que je fasse cela mais c'est bien mérité !
Une mise en page et des balises simples mais agréable pour un très long RP.

Je valide donc ta mission avec +50exp.


_________________
Tout ce que tu as à savoir sur moi, Invité, se trouve ici.

Prend garde cependant à ne pas te faire capturer, car celui qui te torturera, ce sera moi !
Kumo no Shinobi
Kumo no Shinobi



Nombre de Messages : 171
Localisation : House of the Rising Sun
Nindô : La carte maîtresse d'un combat est l'analyse.
Date d'inscription : 05/01/2011



Passeport Ninja
Grade: Jônin
Points d'Expérience:
57/1000  (57/1000)
Techniques:



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MessageSujet: Re: Mission d'escorte ?... Rang A   Sam 13 Aoû - 13:27
Ouais pour les dialogues avec Yozo on s'était mis d'accord, je sais que c'est pas terrible mais c'était pour faire avancer l'action plus vite, ça aurait fait trop de petits postes inutiles sinon. T'as pas osé me mettre de bonus après avoir élevé le rang de la mission ? ^^ Du coup t'as pas trop décrit les points positifs/négatifs mais bon si tu m'as accordée cette faveur, en dehors du scénario sympathique, c'est que t'as du bien aimer le RP dans l'ensemble.

En tout cas, merci, sympathique comme récompense, ça fait plaisir ^^
Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: Mission d'escorte ?... Rang A   
 

Mission d'escorte ?... Rang A

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Hi no Kuni - Konoha Gakure no Satô-